AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La mort n'est pas pour nours (part II)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 23 Sep - 3:13

Qu'est ce qu'il lui veut l'autre boule de pus ? Il se sent fouillé et il grimace car sans le vouloir...ou en le voulant, l'autre le secoue. Il entend les paroles qu'il crache et sa bouche s'ouvre malgré tout, malgré la mort qui rode, malgré la douleur.

-Hey, chéri, tout doux, je ne suis pas un sac de plâtre !

Son dos lui fait tellement mal qu'il doit mobiliser toutes ses forces pour ne pas hurler. Ils sont enfermés tous....humains, ombres, chimère...Ils sont les proies, eux qui se chassent...Ils ont un ennemi commun....Il n'arrive pas vraiment a comprendre, il a trop mal. Il essaye de savoir comment vont les autres, comment elle va...Mais ses yeux se ferment parfois. Il ne voit pas....Mais il entend. Il entend la voix rageuse de la boule de poil, il en sourit. Faible et si subtile sourire....Mirahil. Sa voix, il la perçoit, elle vit, cela lui suffit.

Et la gamine dans son délire.....Bordel, mais ils n'avaient que ça en tête ? Leur délire égoiste ?

-Aïe....

Juste un léger gémissement alors qu'il se sent bougé, animé par des bras qui ne sont pas les siens.Il n'a pas oublié la Lune. Il est trop carré pour elle, il est trop lourd...Il le sait. Les mots effleurent ses lèvres, mais ils ne les franchissent pas. Un instinct peut être ? Il a été élevé a l'ancienne, même si il n'a pas forcément appliqué les preceptes que lui fourrait sa mère dans le crane, il sait qu'une femme doit être protégée, quelqu'elle soit...Mais là, il n'essaye même pas, sachant qu'il se heurterait a une volonté capable de lui tenir la dragée haute...Finalement il se retrouve étalé sur un matelas de...Sac ?!!! il a envie de rire d'un coup mais il ne le fait pas, un manque de force ? Surement, certainement...Il s'essouffle a tenir sa conscience éveillée, mais il le faut. Sa fossette se revèle sous des doigts caressants, elle est si rare cette fossette. Petit creux qui s'éveille sur sa joue lorsqu'il sourit avec sincérité. Il aime ce contact...Déjà lorsqu'il avait serré une main fine...La brulure de sa peau à vif recule doucement sous la fraicheur des lèvres. Il sait...non...

-Reste avec moi. Sélène, reste avec moi.

La carapace a sa faille....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 23 Sep - 13:00

Etrange... Le froid et les ténèbres... Jamais jusqu'à présent elle ne les avait autant craint. En fait, jamais jusqu'à présent n'avait elle réellement connu la peur. Cette angoisse qu'elle ressentait lorsqu'elle était encore humaine et qu'elle pensait ne jamais sortir de cette Vallée, l'appréhension bien légitime lors des combats qui l'avaient opposée en tant qu'Ombre aux humains et autres chimères, le doute sur ce que serait son avenir prise au piège dans ce lieu hors du temps et des réalités... Rien de tout cela n'était de la peur ! Non. La peur c'est ce qu'elle éprouvait en ce moment même. Cette bizarre et désagréable sensation qui avait pris possession de son corps mais aussi de son coeur et de son âme. Ce sentiment affreux qui vous prend pour ne plus vous lâcher et qui vous réduit à l'état d'une pauvre marionette désarticulée. Celle qui s'insinue dans votre esprit pour mieux y semer le trouble, la confusion, le doute et le désespoir. Cette petite voix qui n'a de cesse de vous sussurer au creux de l'oreille que la fin est proche et que rien ne sert de lutter. Qu'elle allait mourir ... Elle et tous ces êtres qui l'entouraient. Et lui... Lui aussi allait mourrir, rien ne servait de lutter. Lâcher prise et se rendre... Voilà ce que la peur aurait souhaité la voir faire.

Mais c'était mal la connaître. Oui, Selene était pétrie de peur et plus d'une fois elle avait failli renoncer. Renoncer à soigner le militaire à qui elle semblait tant tenir. Renoncer à tout espoir une fois de plus. Renoncer et attendre que la Mort ne vienne la chercher pour la seconde fois. Après tout, cela n'aurait peut être pas été si grave... Peut être aurait elle pu enfin trouver le repos éternel après toutes ces années d'errance et de souffrance. Mais quelque chose l'avait retenue. Quelque chose que la jeune femme n'avait pas prévu et qui la retenait à la vie la poussant à préserver cette petite étincelle d'espoir. Selene n'était plus seule. Et il y avait quelqu'un qui comptait pour elle. Quelqu'un qui, sans qu'elle s'y attende le moins du monde, avait su faire battre son coeur et ouvrir ses yeux sur autre chose que son éternelle mélancolie. Même si elle se refusait encore à l'admettre, Maxime avait si bien su la toucher que tant qu'il serait présent à ses côtés elle continuerait de se battre. Pour lui... Rien que pour lui...

Comme hypnothisée par cette porte qui la séparait encore de ce tapis blanc gorgé d'eau mais aussi de la Bête prédatrice, Selene réfléchissait. Si elle voulait vraiment aller chercher de l'eau il lui faudrait franchir cette porte et affronter ce démon de glce qui la terrifiait. Elle savait aussi qu'il lui serait impossible de rester intangible très longtemps, étant incapable de porter quoique ce soit dans cet état. Elle ne pourrait alors compter que sur sa chance et sur sa célérité pour s'en sortir le plus indemne possible. Autrement dit, elle avait toutes les chances de tomber sous ses crocs... C'était de la folie pure et elle ne le savait que trop bien. D'un autre côté, elle ne pouvait rester içi sans rien faire ni rien tenter ! L'état de Maxime était loin de s'arranger ni même de se stabiliser et sans soins corrects il finirait par... Elle n'arrivait même pas, refusait de formuler ne serait ce que l'idée de le perdre. Jamais ! Jamais elle ne le permettrait !

Sa décision prise, elle était sur le point de s'élancer vers la porte lorsque la voix du militaire lui parvint. Stoppée dans son élan, le souffle coupé, le coeur bondissant dans sa poitrine, elle fit volte face et se précipita vers l'homme. Se laissant choir à ses côtés, elle approcha son visage du sien. Ses longs cheveux tombaient en bataille devant son regard et les longueurs venaient chatouiller la nuque à nue du jeune homme. Pendant que l'une de ses mains vint saisir celle de son compagnon l'autre se posa sur sa joue en une tendre caresse. Selene approcha son visage près du sien, si près que le souffle de la jeune femme vint se mêler à celui de Maxime. Faisant de son mieux pour ne pas laisser transaparaitre son trouble ni cette peur qui l'étreignait, elle l'embrassa un peu moins furtivement cette fois puis prit la parole, d'une voix quelque peu tremblante :


- " Je suis là Maxime... Je suis là... N'espère pas te débarasser de moi si facilement..."
dit elle dans un demi sourire.

Elle avait du mal à supporter la vue de ce corps d'athlète mutilé et en sang. Elle connaissait suffisemment le beau militaire pour savoir que celui ci ne laisserait jamais sa douleur éclater aux yeux de tous. Et pourtant elle pouvait lire dans ses yeux et voir aux gouttes de sueur qui perlaient sur son front à quel point la douleur devait être intense. Et elle eut mal aussi. L'eut elle put qu'elle aurait pris sur elle cette souffrance. Elle aurait voulu être là, à sa place, et lui péargner toutes ces souffrances. A lui qui avait si bien su sauver sa soeur et les guider tous jusque dans cet asile de fortune. Lui, l'homme dont elle admirait le courage et la fierté et qu'elle découvrait à présent sous un nouveau jour. Un jour tellement plus humain, tellement plus faillible... et qui le rendait encore plus charmant aux yeux de la jeune femme.


-" Ne bouges pas Petit Prince... Tu ne dois pas faire le moindre effort. Tes blessures...
; dit elle d'une voix étranglée ; Je... J'ai fait de mon mieux mais je n'ai pas ce qu'il faut içi pour te soigner. J'ai besoin d'eau pour laver tes plaies... Je dois aller chercher de la neige Maxime, tu comprends ? Je dois le faire... " dit elle dans un souffle.

Elle savait que l'homme ne la laisserait certainement pas faire. Mais avait elle encore le choix ? Le regarder s'éteindre sans rien faire elle ne le pourrait pas supporter. Mais d'un autre côté elle ne se sentait pas non plus le coeur de le laisser là... Selene était perdue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 23 Sep - 18:14

Certes, il voguait sur la frontière entre conscience et inconscience, mais pas assez pour ne pas percevoir son entourage. Il gardait une attention soutenue a son environnement, il le devait, même si c'était dur, même si ça faisait mal. La douleur l'aidait, car au lieu de s'y soustraire, il l'affrontait. Elle lui disait qu'il était encore vivant, et qu'il s'accrochait, même si son murmure était aussi brulant que l'etna. Brasier apaisé sous une caresse légère.

Il entendait la voix douce de Sélène, les grognements d'une boule de poils rageuse, les frémissements de la gamine...Il s'accroche aux doigts fins qui venaient de se glisser entre les siens, plus gros, plus forts...

Elle l'embrasse...
Il revit...

Il ne chercha pas à la retenir, il comprenait ces mots et savait qu'elle avait raison. Il n'est pas en état de vraiment s'opposer il ne le sait que trop. Il avait la bouche sèche, et il déglutit avec difficulté. Il entrouvrit les paupières, laissant juste filtrer un léger éclat émeraude, lueur déterminée forte de sa volonté.

-Regarde...Regarde autour de toi...

Il s'essouffle et la moindre respiration lui fait avaler de la poussière.

-Regarde si il n'y a pas un seau..Un récipient...C'est un vieux moulin, il doit y avoir quelque chose...

Il ferma les yeux quelques secondes et inspira doucement.

-Des cordes peut être ? Il suffit juste d'entrouvrir la porte, elle ne peut pas entrer...Tant que tu reste dedans, les pieds dans la poussière...Elle ne peut rien. Même si tu dois y aller a coup de petites cuillières, reste dedans...Ou amasse la neige sur le pas de la porte a l'intérieur...

Il était si fatigué tout à coup, comme si ces quelques mots lui avait volé ses forces. Mais il ne dormira pas. Pas encore.

-Reste dedans...Je n'aimerais pas devoir venir te chercher...

Un reste de rire, une douce moquerie pour cacher sa peur de la voir se jeter dans la guelle du loup. Une légère fossette qui apparaît sur sa joue, un sourire en coin à peine esquissé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 23 Sep - 20:08

Un sourire s'esquisse sur ses lèvres à elle aussi alors qu'elle l'écoute lui prodiguer ses conseils avisés et ses judicieuses recommandations. En d'autres circonstances la jeune femme se serait même certainement laissée aller à rire de bon coeur devant autant de prévenance. Elle n'était plus une petite fille incapable de se défendre et fuyant devant le danger... et le militaire le savait lui aussi. Pourtant... pourtant il continuait de parler malgré la difficulté qu'il éprouvait à le faire et la fatigue qu'elle sentait si bien le gagner. Maxime lui parlait et, oserait elle vraiment y croire, il y avait bien plus dans ces simples mots jetés dans un souffle. Tellement plus que des conseils... Pour la première fois elle le sentait inquiet et décelait même une étincelle de peur dans ce rire étouffé qui sonnait si faux.

Comme s'il avait craint pour elle. Elle une Ombre. Elle qu'il y a si peu de temps il ne connaissait pas et à qui il avait juré de se mesurer un jour... Mais la main du hasard était venue sournoisement piper les dés et ces deux êtres qui auraient du s'entredéchirer et se hair s'étaient trouvés. Point de haine entre eux deux, point de rivalité... Juste une sincère inquiétude et une immense préoccupation pour le sort de l'autre. Etrange et troublant sentiment que celui qui les unissait maintenant. Sentiment qui n'était certes pas étranger à la belle même si elle persistait obstinément à refuser de mettre un nom dessus.

Elle sentait les doigts de l'humain serrer plus fortement les siens. Se penchant à nouveau vers lui elle passa sa main sur son visage, essuyant du revers de sa main la sueur qui baignait son front. Prolongeant son geste, elle passa sa main dans ses cheveux puis, revint caresser sa joue et lentement et tout aussi doucement redessina le contour de ses lèvres. Les yeux du militaire étaient presque clos et c'est à peine si elle parvenait encore à discerner la mer de jade de son regard.

Là, si proche de lui, sa main glissée dans la sienne, Selene oublia subitement toutes ses peurs et ses angoisses. Elle ne craignait plus rien. Elle savait qu'elle venait enfin de trouver un but à sa bien fade existence. Elle avait un but dorénavant. Et elle avait trouvé la meilleure et certainement la plus belle raison de se battre et d'espérer.


- " Chut...
murmura t'elle du bout des lèvres, le visage enfoui au creux de l'épaule du jeune homme, sa bouche si près de son oreille qu'elle venait effleurer la peau de sa joue à chacune de ses paroles. Ne parles pas... Tu dois te reposer... Laisses moi prendre soin de toi... Laisses moi faire cela pour toi Petit Prince... "

Puis, elle ôta lentement sa main de son précieux et si tendre écrin et se leva lentement. Là, loin de lui et de sa chaleur elle réalisa enfin à quel point il faisait froid en ces lieux. Elle avait déchiré sa chemise pour en faire des bandages et se mit à grelotter dans son petit bustier. Serrant ses bras sur sa poitrine elle fit quelque pas pour se réchauffer et inspecter, une fois de plus les alentours. Un instant elle hésita à aller requérir l'aide du reste du groupe mais y renonca bien vite. A part Mirahil elle n'avait guère d'atomes crochus avec les autres... Selene soupira longuement et se mit en quête d'un récipient quel qu'il fut. Passant devant le petit groupe où se trouvaient la Chimère ennemie et la rouquine hystérique elle leur adressa un faible sourire. Plus tard, elle reviendrait vers eux et si elle le pouvait elle ramenerait aussi de la neige pour sa soeur Ombre. C'était bien là le moins qu'elle puisse faire ! Après avoir arpenté le Moulin en long et en large, après avoir fébrilement retourné absolument tout ce qui s'y trouvait elle eut l'immense soulagement de trouver une sorte de vieux baquet. Celui ci n'était pas très grand et fendillé de partout mais elle ne pouvait se permettre le luxe de faire la fine bouche et décida que cela conviendrait parfaitement. Enfin... elle l'espérait.

Elle se rapprocha de Maxime le baquet dans ses bras. Un instant encore elle s'arrêta. Elle ne supportait plus de le voir aussi diminué et aussi impuissant prisonnier de ce Moulin maudit et de cette souffrance qu'il s'évertuait a cacher et à taire.

* Tu es fier Maxime... Sans doutes trop mais c'est ainsi que tu me plais... Jamais je ne pourrais aimer un pleutre... Mais toi...Et toi ? Pourrais tu seulement aimer une ombre ? *


S'agenouillant une fois de plus près de lui, elle fait contre mauvaise fortune bonne figure et affichant son sourire le plus radieux et le plus rassurant elle reprit un moment sa main, juste le temps de lui dire doucement :


- " Tu avais raison. J'ai finalement pu trouver quelque chose pour y mettre la neige. Je vais pouvoir te soigner correctement maintenant... enfin dès que j'aurais récupéré cette foutue saleté d'eau ! "
dit elle à voix basse réalisant soudainement le côté quelque peu risqué de la situation.

Un seul faux pas de sa part et s'en serait fini pour de bon cette fois ! Un frisson lui parcourut l'échine et elle ne put empêcher sa main de trembler légèrement dans celle du jeune homme. Se ressaissant vite, suffisemment vite espérait elle pour qu'il ne sente pas cette peur qui grandissait si bien en elle, Selene lâcha prestement cette main si chaude et après avoir déposé un dernier baiser sur la joue du jeune homme s'éloigna non sans lui avoir jeté un dernier clin d'oeil complice et ces quelques mots :


- " Dors un peu tu veux ? Qu'il y en ait au moins un de nous deux qui puisse se reposer... Et inutile de rêver mon doux : jamais je ne te donnerais l'occasion de venir me chercher ! Je ne suis pas une princesse en danger et toi tu n'as rien du beau Prince sur son blanc destrier ! "
railla t'elle doucement comme pour chasser à son tour toutte inquiétude chez son compagnon.

Puis, d'un pas hésitant et rendu maladroit par la fatigue et la peur Selene se dirigea vers la porte. Quelle idée elle venait d'avoir là ! Elle qui d'habitude se montrait des plus raisonnables elle était sur le point de prendre des risques insensés pour un homme, humain de surcroît, que quelques mois auparavant elle n'aurait même pas regardé ! Oui mais voilà... Aujourd'hui elle le regardait et son coeur était secoué et animé par nue furieuse envie de le regarder encore, de le sauver et de le voir à nouveau sur pieds. Et pour cela il n'y avait pas trente six mille solutions ! Il lui fallait se procurer cette foutue eau !

Sa main trembla lorsqu'elle ouvrit la porte légèrement, juste assez pour laisser sortir sa main fine et agile. Aussitôt le vent glacé s'engouffra dans le Moulin. Lui rappellant, comme s'il en était réellement besoin, que la Bête rodait toujours et l'attendait. Un instant pétrifiée par le froid et la peur, elle fut incapbale de faire le moindre mouvement. Mais il lui suffit d'un regard jeté par dessus son épaule en direction du jeune militaire pour qu'elle surmonte cela.

Le baquet posé à ses côtés, Selene avanca prudemment sa main et commenca à tatonner pour trouver le contact froid et humide de la neige. Bientôt ses doigts sentirent la morsure de la neige et la jeune femme commenca son long labeur. Poignée après poignée elle ramenait le précieux trésor à l'intérieur le jetant dans le baquet avec milles précautions. Elle ne voulait pas en perdre un seul flocon !

La tâche n'était pas aisée... Ses doigts engourdis par le froid étaient malhabiles et peinaient à ramener la poudre blanche. Enervée par sa maladresse, angoissée par ce vent qu'elle sentait souffler de plus en plus fort comme pour annoncer l'arrivée de la Bête Selene perdait presque plus de neige qu'elle n'en ramenait effectivement. Le baquet se remplissait lentement, si lentement ! A bouts physiquement et moralement, Selene ouvrit un peu plus grand la porte et se pencha légèrement en avant . Ses pieds ancrés dans la poussière du Moulin son buste dépassait tout juste dehors. S'aidant de ses deux bras cette fois ci elle ramenait la neige par brassées et la jetait en pluie au fond du récipient qui se remplissait ainsi bien plus vite.

Mais subitement, elle s'arrêta tétanisée. Le vent avait cessé de souffler. Que se passait il encore ? Tendant l'oreille, tétanisée par la peur, elle écouta. Plus un bruit ne lui parvenait de l'extérieur. Le vent s'était tu et ne restait que le silence mortel qui précédait peut être une attaque. Tremblante comme une feuille, pressée d'en finir, Selene commis l'imprudence de se pencher en avant pour amasser encore plus de neige. Accroupie, en équilibre sur ses talons fins, le buste touchant presque le sol enneigé, elle avait amassé une importante quantité de neige. Puis ce sifflement qu'elle connaissait si bien. Non. Pas maintenant. Redoublant d'ardeur elle se pressa un peu plus. Elle tremblait de plus en plus, frôlant de peu la panique la plus totale. Chaque son, chaque mouvement qu'elle pensait percevoir la renvoyait à l'image hideuse de cette créature qu'elle craignait plus que tout !

Elle avait presque finit son tas et s'apprêtait à reprendre sa position initiale bien à l'abri à l'intérieur du Moulin lorsqu'elel crut entendre un souffle glacé et presque strident fondre dans sa direction. Hallucination générée par la peur ou réalité, elle n'aurait su le dire, mais toujours est il qu'elle eut si peur qu'elle en perdit l'équilibre. Incapable de réagir, Selene sentit son talon glisser et son corps tout entier s'effondra. Selene tomba et s'affala de tout son long...

Heureusement pour elle sur le sol protecteur du moulin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 23 Sep - 22:32

Elle est courageuse. Plus que beaucoup d'homme, elle est mordante et téméraire et si douce alors qu'elle murmure a son oreille. Il sourit devant cette volonté, jumelle de la sienne.

-Prendre soin de moi ? Tout ce que tu veux...

Déjà il se sent plus fort par la grâce de son regard sur lui, il découvre ce pouvoir qu'elle a sur lui et il devrait se cabrer, renier, réfuter....Mais il ne le peut pas, il accepte, il n'a pas l'habitude de se voiler la face, il sait et il accepte ce que cela entraine...

Elle lui échappe et il l'entends fouiller le moulin. Il espérait avoir raison, il devait avoir raison ! Ce vieux moulin était abandonné mais pas vide ! D'ailleurs, elle revenait, lui disant qu'il avait eut raison et le soulagement fut de courte durée tout de même. Elle s'éloigne déjà en bafouant son côté protecteur, mais elle le fait avec tant de pudeur contenue qu'il ne se vexa pas. Il a sentit ses doigts trembler et il a juste resserer son étreinte, à peine, le temps d'un souffle avant de la liberer..

-Je n'ai jamais su monter sur un canasson, Princesse.

Elle s'enfuit et sa présence lui manque. Il se fait violence pour endiguer la douleur que fait naitre son mouvement alors qu'il pose les mains sur les sacs. Il est allongé sur le ventre, la tête tournée sur le côté...Mais pas le bon, de là où il est, il ne voit pas la porte. Or, il veut la voir, il doit la voir ! Il prends appui sur ses mains, serre les dents, il se surélève, un peu, juste le temps de tourner la tête et retombe...Fais attention, Princesse, fais attention...tu es forte et douce, un peu folle, un peu sadique, trop fière, ne laisse pas la mort s'étreindre...Il penses chaques mots, avec tant de convictions. Il aime.

Il tremble pour elle, alors qu'elle agit, il voit son équilibre précaire, il saisit le danger, il veut agir mais il est si faible...Malgré tout, il s'assoit, il réussit...Son dos le brule, il a si mal ! Mais pour elle, pour ses yeux, lacs changeants, il tiens. Son regard est torturé par la douleur alors qu'il regarde ce qu'elle fait et...elle tombe...Il a déjà bougé. Son dos le fait souffrir la mort alors qu'il avance doucement vers elle. Il reste indifférent a Chahid qui berce Mirahil...Ces deux là s'aiment, la bête prendra soin de l'Ombre, il le sait. La gamine semble...Perdue. Elle apprendra bien assez vite. Il avance, sur ses deux pieds, mue par cete volonté qui est la sienne, d'argent, d'or, de platine, elle est incassable. Il s'agenouille près de sa muse, de sa walkyrie.

-Tu en remontrerais à Churchill, Princesse.


Un souffle taquin qui loue son courage, il admire cette femme éthérée capable de soulever des montagnes. Il ose embrasser ses lèvres, il est sur de lui, il peut se tromper, marcher sur le chemin de l'erreur mais il l'embrasse sans hésitation avant de se redresser. Ses traits se tordent sous la mordure de la douleur, mais il ne gémit même pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Lun 24 Sep - 12:59

La vision de cette maudite Vallée que recouvre un épais tapis de neige. Cette immensité immaculée et lumineuse au point d'en devenir aveuglante. Cette blancheur que ça et là viennent souiller des traînées sanguinolantes et des traces de pas qui mènent jusqu'au Moulin providentiel. Mais la Vallée n'a que faire de ces salissures ! Riant du malheur de ces êtres qu'elle retient prisonniers dans ses griffes acérées elle il lui suffit d'entrouvrir ses lèvres pour qu'un tourbillon glacé ne s'élève et ne vienne recouvrir de purs flocons ces traces rouges qui salissent son blanc manteau.

Telle est la vision que la jeune Ombre perçoit par l'espace que cette porte légèrement entrouverte laisse percevoir. Voilà ce que Selene voit alors qu'elle se sent tomber à la renverse. Elle tente de rétablir son équilibre, de bander chacun de ses muscles pour échapper à cette chute. Mais la fatigue et la peur sont trop grandes et elle ne peut que se laisser faire. Son corps s'affale mollement sur le sol poussiéreux, faisant à peine de bruit. Pourtant le choc lui était bien réel. Sa tête vint frapper le sol avec violence tout comme son épaule déjà douloureuse. La jeune femme grimace, serre les mâchoires sous la douleur mais aucun son ne sort de sa bouche. Elle est trop fière. Si fière ! Et qu'est ce que sa douleur en comparaison du martyr que vivent sa soeur et l'homme qu'elle aime ? Rien ! Rien du tout... et Selene ne se plaindra pas. Elle ne se l'autorisera jamais !

Allongée sur le sol, l'esprit quelque peu embrumé, son premier regard est pour le baquet qui se trouve là, non loin d'elle et dans lequel elle voit scintiller la masse blanche de la neige qu'elle est tout de même parvenue à ramasser. Le sourire aux lèvres, elle voit celle ci fondre petit à petit et les flocons blancs se transformer en eau pure et salvatrice. Soulagée, elle ferme les yeux et soupire longuement et profondément. Elle avait réussi. Epuisée, le souffle coupée, le corps encore secoué de tremblements dûs à la peur, elle ferme les yeux et sombre peu à peu dans un demi sommeil.

Mais déjà le bruits de pas traînants lui parviennent. Des pas fatigués et douloureux qui se pressent de leurs mieux pour venir vers elle. Ces pas elle les reconnaitraient entre tous. Maxime ! Que faisait il debout ? Alors qu'elle ouvre les yeux elle entend sa voix transformée par la douleur lui parvenir. Ces mots qui, enrobés d'humour, lui font le plus beau des compliments. Ces mots qui la touchent en plein coeur et lui donnent la force de se reprendre et de se relever quelque peu. Il est là, près d'elle... Malgré la douleur, la souffrance qu'elle lit sur son visage et entend dans sa voix...

Maxime est là et avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit il se penche sur elle et l'embrasse tendrement. Premier baiser qui enveloppe la jeune femme dans un tourbillon de tendresse et d'amour. Vague déferlante de chaleur qui innonde tout son être, submergeant et noyant sur son passage toutes ses peurs, ses craintes et même ses doutes. Contact si brûlant de ses lèvres qui se joignent aux siennes et qui, pour un si furtif instant, lui entrouve les portes du bonheur. Et Selene comprend subitement. Elle sait maintenant que tant que l'Amour restera possible sur ces terres maudites alors jamais la Vallée ne pourra gagner. Peu importe qu'ils soient Humains, Ombres ou Chimères, l'Amour est la seule chose qu'elle ne pourra jamais leur voler ! Et de cet Amour naîtra l'espoir le plus pur et le plus fort qui existe. Un espoir contre lequel ni elle ni aucune de ces satanées créations ne pourra jamais rien !

Mais déjà Maxime s'éloigne, la porte se referme et l'hideuse réalité reprend ses droits. Selene se raccroche à cette mer de jade où elle aimerait se perdre à jamais. Elle sait, elle sent sa souffrance mais n'en laisse rien paraître. ELle ne le peut pas. Elle se doit d'être forte. Pour lui... Pour cet homme qu'elle aime éperdument elle le sait maintenant. Plus tard, plus tard oui elle se laissera aller mais maintenant... Maintenant elle doit tenir encore et agir.


-" Que veux tu Petit Prince ? Tu croyais vraiment que j'allais te laisser rafler la palme du courage pour toi tout seul ? "
murmure t'elle avec une bien douce ironie.

Un moment, elle se laisse glisser tout contre le torse du beau militaire. Ses mains encore légèrement tremblantes se posent sur l'endroit où son coeur bat si vite, tellement vite. Levant légèrement la tête Selene laisse son tendre regard se fondre dans le vert émeraude de son ami. Il y a tant de choses qu'elle aimerait lui dire ! Tant de mots qui brûlent ses lèvres ne demandant qu'à être prononcés... Mais le temps n'est pas encore aux confessions, même aux plus tendres. Alors, gardant en son coeur ces douces déclarations, Selene se contente de sourire presque timidement. Doucement, elle prend ce visage d'une beauté incroyable malgré la douleur qui tente de l'avilir. Elle caresse les joues de l'humain et lui rend son baiser. Baiser où se mêlent avec harmonie douceur et passion, tendresse et amour.

Puis, s'éloignant à regrets, elle sourit doucement et se relève prestement.


-" Assez joué les sauveurs et les héros pour aujourd'hui Petit Prince... Maintenant tu vas me laisser prendre soin de toi ! Je ne suis quand même pas aller chercher cette flotte pour rien, n'est ce pas ? "
dit elle sur le ton de la dérision, n'osant pas adopter un ton plus sérieux qui aurait laissé voir sa douleur et sa peine.

Passant l'un des bras du militaire autour de ses épaules elle l'entraine à nouveau vers les tréfonds du Moulin et l'aide à s'allonger aussi confortablement que cela était possible. Alors qu'ils avançaient elle était consciente d'être maladroite et de lui faire mal. Elle avait beau faire preuve d'autant de douceur et de délicatesse que possible elle savait qu'elle lui faisait mal. Et cette douleur la blessait, lui faisant oublier sa propre douleur. A un moment son oeil se posa sur son épaule qui était secouée de fourmillements et qui semblait parfois secouée de décharges électriques. Selene se mordit la lèvre pour ne pas hurler sous la douleur. Mais étrangement la douleur s'estompa, disparaissant presque totalement. En fait, la jeune femme ne sentait presque rien dans son bras droit. Mais elle n'avait pas le temps de penser à cette épaule certainement luxée... Pas plus qu'elle n'avait le temps de se préoccupper de ce filet de sang qu'elle sentait descendre le long de sa temps. En heurtnat le sol, elle avait du se faire plus mal qu'elle ne le pensait ! Pas grave... Elle verrait cela plus tard ! Secouant la tête de façon a ce que ses cheveux viennent voiler son visage, elle tenta au mieux de dissimuler son égratignure.

Se laissant tomber à genoux près de lui, laissant son sourire apparaitre sous sa masse de cheveux, elle prit la main de Maxime et lui murmura :


- " Je t'en prie... Maintenant toi tu te reposes et tu me laisses faire. Je...
sa voix se tut un moment. La tête de la jeune femme se mit à tourner et elle vacilla légèrement. Puisant dans ses ultimes ressources, faisant appel à sa volonté de fer, elle se ressaisit et reprit, comme si tout allait pour le mieux ; Je t'abandonne un instant pour aller chercher le baquet je reviens. Ensuite je tenterai de laver tes plaies et de faire un bandage correct... Je ne suis pas médecin Maxime, j'en suis désolée... Mais je ferai de mon mieux, je te le promets... De toutes façons tu es fort et bien trop têtu pour te laisser aller, n'est ce pas ? " murmura t'elle tremblottante et le sourire douloureux aux lèvres.

Selene luttait pour ne pas sombrer, pour forcer ses membres à lui obéir encore un peu, pour que son esprit reste éveillé, pour que Maxime ne vois rien... Une luxation et une simple égratignure n'allaient pas avoir raison d'elle quand même ! Affichant un radieux sourire et laissant un petit rire cristallin et nerveux fuser, elle passa sa main dans ses cheveux. Et sous prétexte de remettre ceux ci en place elle essuya le sang qui coulait maintenant sur sa joue. Jetant un rapide et discret coup d'oeil sur sa main elle aperçut le sang qui maculait celle ci. La plaie était peut être plus grande qu'elle ne l'avait d'abord pensé. Tant pis... Pas le temps.

Elle dissimula sa main derrière son dos alors qu'elle se penchait vers son Prince pour lui donner un dernier baiser.
Puis elle s'apprêta à se lever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Mar 25 Sep - 2:22

Il se laisse porter, il se laisse entrainer. Il la tenu dans ses bras, il la serrée contre lui...Il a oublié qu'elle n'était pas pour lui, qu'ils n'avaient rien a faire ensemble. Il a oublié les lois de la vallée, il ne veut plus les suivre alors qu'elle dort sur son torse. Il sent sa minceur, sa fragilité, même si il la sait aussi forte que l'ébène. Son dos le cuit, mais il serre les bras autour d'elle, une pierre précieuse. Il n'est pas un poéte, il n'est pas Beaudelaire, il ne sait pas l'enivrer de vers, il ne sait pas la bercer de rimes, il ne sait pas...Mais il sait ce qu'il est. Il est a elle. Il se découvre faible, il se voit si vulnérable tout à coup, l'homme de guerre n'est plus, il glisse doucement dans les méandres de sa douceur pour n'être qu'un homme qui aime. Trop. Pas assez. Intensément. Tendrement. Il boit sa vie a ses lèvres, aspire son sang a son souffle. Elle est magnifique.

Mais déjà, elle s'évapore, elle quitte ce qu'il veut créer pour elle et la réalité est dure, elle mâche sous ses crocs avides l'illusion d'un Eden. Elle le recouche doucement, rit, moqueuse, défiante, victorieuse mais blessée. Il a vu la tache que fait naitre son essence sur sa joue. Forte, invincible, elle se cache, elle se perds...Elle s'épuisera si il la laisse faire.

-Têtu ? Possible. Reste là.

Il attrappa sa main alors qu'elle voulait aller au bout de ses forces, au bout d'elle.

-Reste là. Je ne mourais pas cette fois ci, mes blessures peuvent attendre un peu, par ce froid, je ne risque rien.

La vigueur renait doucement des cendres de la souffrance. Il sait ce qu'elle veut faire, mais elle n'a rien a lui prouver, rien a se prouver, elle ne devait rien aux autres. Il l'attirait doucement vers lui, la force presque a s'allonger et l'enveloppe. La chaleur nait lentement, elle est si froide, elle tremble. Il tendit la main, attrappa des bout de tissus rêche, de la corde trop dure pour sa peau trop douce. Les sac de burre serviront de couverture. Il a connu pire, il a vécu pire.

-Dis donc, Princesse, ce n'est pas une tenue ça.


Il sourit dans ses cheveux, il plaisante, il est si épuisé...

-Reste là, j'ai froid. Je vais dormir un peu, mais reste là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Mar 25 Sep - 13:27

Bien facétieux Destin qui aura réussi le tour de force de réunir en même lieu tous ces habitants de la Vallée. Ces êtres que tout devrait opposer et qui, pourtant, oeuvrent ensemble à présent. Et à l'intérieur de ce Moulin c'est une bien étrange pièce qui est en train de se jouer. Une pièce où la souffrance et la peur viennent flirter sous l'oeil moqueur de la Mort, cette funeste comédienne qui veille sur eux d'un oeil moqueur et cruel. Un théâtres où les ennemis d'hier deviennent peu à peu les amants de demain. Et qu'importe si cela semble une hérésie aux yeux du monde et des autres ! Qu'importe si cet amour naissant contrevient à toutes les lois de la Vallée ! La réalité devra attendre... Pour l'instant ils sont hors de sa portée. Hors du temps, hors du monde lui même...

Et pour la première fois de sa vie, Selene s'abandonne. Elle se laisse guider, se laisse mener par cette main qui saisit si tendrement la sienne alors qu'elle allait une fois de plus s'échapper. Elle n'a plus la force de lutter ni même l'envie d'essayer. Pourquoi lutterait elle ? Cette main, cette voix sont si douces... Elle ne proteste pas lorsqu'elle sent Maxime l'attirer contre lui et la couvrir de ces couvertures de fortune. La toile est rêche et irrite sa peau mais elle ne s'en aperçoit même pas. Elle ne sent plus que la chaleur de ce corps près, si près du sien. Elle sent ces bras l'envelopper à nouveau tels les ailes protectrices d'un ange. Selene sourit.

Doucement, très doucement pour ne pas briser cette tendre magie, elle se retourne afin de faire face à cet homme à qui elle appartient à présent. Elle ne cherche plus à nier l'évidence : elle aime. Oui, elle aime ce regard de jade qui sait si bien faire renaitre en elle la force et l'espoir. Elle aime cette fossette sur sa joue et qui s'accompagne d'un si tendre sourire. Elle aime ces lèvres qui, lorsqu'elles se joignent aux siennes, lui ouvrent les portes d'un monde de douceur et d'amour. Elle aime sentir ce corps collé contre le sien... Leurs deux chaleurs qui se mélangent pour n'en faire plus qu'une... Elle aime Maxime.


- " Dors Petit Prince... Que tes yeux se ferment et que ton esprit s'envole vers des cieux plus cléments. Dors ...Je ne bougerai pas, tu as ma parole. "
dit elle en collant son visage si près du sien.

Ses cheveux en bataille viennet se poser sur la nuque du jeune homme tandis qu'à chacun de ses mots ses lèvres viennent effleurer celles du jeune homme en autant de furtifs baisers.


- " Je ne te quitterais pas Maxime... Jamais... Si je dois être une Princesse, alors que je sis la tienne et celle de personne d'autre... Si je dois appartenir à quelqu'un alors que ce soit à toi..."
murmura t'elle en enfouissant son visage dans le creux de son épaule protectrice.

La chasseresse rend les armes. Elle ne veut plus se battre. Elle veut aimer et être aimée en retour. Peu lui importe à présent les dangers qui les attendent dehors, derrière cette foutue porte. Peu importe les obstacles qui ne manqueront pas de jaillir sur la route sur laquelle elle vient de s'engager. Elle s'en moque. Car pour lui, elle les surmontera tous... Même si elle doit pour cela renoncer à tout ce qui aura été sa vie ses quinze dernières années... Renoncer à la protection du Manoir et de ses frères et soeurs Ombres... Renoncer à Vincent... Renoncer même à l'amitié de Yorick... Elle s'attirera peut être leurs foudres, elle sera sans doutes bannie... et alors ?

Lentement, l'une de ses mains vient saisir celle de son amant et Selene ramene leurs deux mains jointes sur sa poitrine là ils peuvent sentir son coeur battre la chamade. Sous le contact de cette main si chaude sa poitrine se souleva légèrement, son rythme cardiaque s'accéléra un peu plus encore. Gardant cette main sur son coeur palpitant, Selene se rapprocha un peu plus encore, ses courbes épousant celles du corps du jeune homme. Ses jambes enlacèrent les siennes. Leurs deux corps ne firent soudainement plus qu'un.

Selene se sentait si bien. Sa deux ième main venant se poser, aussi légère qu'une plume sur la nuque de l'humain, elle laissa ses yeux se fermer doucement. La chaleur innondait son corps et apaisait ses souffrances. Elle ne sentait même plus ce sang qui continuait de s'écouler sur son front. Pas plus qu'elle ne se préoccuppait de cette épaule qui tantôt la lançait et tantôt s'engourdissait, comme morte. Elle ne sentait plus rien que la présence rassurante et bienveillante du militaire. Elle se sentit plonger dans un profond sommeil. Et avant que ses yeux ne se ferment totalement et que son esprit ne s'en aille rejoindre Morphée, elle laissa échapper, mais s'en rendit elle vraiment compte, ces simples mots :


- " Maxime ... Je t'aime... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Mer 26 Sep - 1:32

Le temps a coupé son fil tout à coup, le vieil homme s'est arrêté, contemplant de ses yeux aveugles les silhouettes enlacées. Tout est contre nature. Mais la nature a-t-elle seulement un sens dans cette Vallée ? Tout n'était qu'intangible et irréel, sauf cette femme qui se laissait aller contre lui. Il est assaillit par son parfum, mélange étrange où venait se greffer les senteurs de la forêt et du sang...Mais ils ne sont que frêles volutes face a la frangrance suave de sa peau. Enchevêtrement de subtils arômes si doux a son nez.

Langue de douceur qui l'étreignent dans leur chaleur, sa peau si froide, se réchauffe a son contact. Précieuse femme qui se lovait contre lui, union étrange, invraisemblable, mais tellement juste. Sa paume englobe son coeur à elle, délicat battement, miel d'une soie sous ses doigts trop maladroit parfois. Elle lui murmure des mots à l'oreille, promesse muette, serments sourds qu'il persevait a travers les brumes d'un sommeil qui se meut lentement en lui.

Le bras qui a glissé sous sa tête brune se replia doucement, sans heurt, plus près, encore plus près de lui. Il ne veut pas l'enchainer, il veut juste la tenir, un peu, beaucoup, toujours.

Elle souffle son amour, il se sent invincible, ce n'est que quelques mots, parfois jetés sans même réellement avoir du corps, mais il y croit. Naïf peut être, éperdu, surement.

-Alors laisse toi aimée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Mer 26 Sep - 17:45

Fait il encore jour où la nuit est elle déjà tombée ? Est elle en train de rêver ou est elle éveillée ? La jeune Ombre ne le sait plus. Abandonnée et offerte à ces bras qui l'enlacent si tendrement, elle oublie et s'évade. Elle fuit... cette réalité qui la ratrappera bien assez vite sans doutes, ces épreuves que la Vallée lui imposera encore et toujours. Elle fuit ses questions auxuqelles il lui faudra pourtant très bientôt répondre. Pour l'instant elle aime et seul cela compte. Elle aime sans compter, sans plus aucune autre retenue que sa soudaine timidité devant ce corps d'homme qui épouse si bien le sien. Elle aime même si elle sait que cela la perdra surement. Quel avenir une Ombre amoureuse d'un humain peut elle espérer ?

Mais à ce moment précis Selene se fiche bien de savoir de quoi demain sera fait. Là, dans les bras de son homme, le ciel pourrait bien s'effondrer, la Terre s'arrêter de tourner, elle ne s'en apercevrait même pas. L'Amour... voilà la seule chose à laquelle son esprit pense alors que, doucement, si doucement il sombre dans les limbes de l'inconscience.

Elle laisse ces bras si puissants se faire doux lorsqu'ils l'attirent plus près encore, tellement près. Elle s'abandonne à la délicate et si touchante maladresse de ses doigts bien plus habitués à tenir une arme que le corps d'une femme. Selene soupire longuement, laissant cette si douce chaleur envahir son corps. Lentement, avec amour, ses lèvres cherchent celles de Maxime, les trouvent enfin. Torrent puissant et déferlant d'amour qui se déverse. Sentiment étrange de ne plus faire qu'un, de se fondre dans l'autre, de lui appartenir corps et âme.


- " Pour toi je m'abandonnerai sans la moindre retenue... Pour toi je ne serai plus une Ombre mais juste une femme... Si tu le souhaites, je t'appartiendrais à jamais... Et si tu le veux, alors je serais tienne Maxime... "
dit elle ouvrant si simplement les portes de son coeur et de son âme à celui qu'elle aime.

Son visage s'enfouit plus profondément au creux de cette épaule dénudée dont elle laisse le parfum lui enivrer les sens. Ses lèvres papillonnent en une nuée de furtifs et délicats baisers alors qu'elle tente de prononcer une dernière phrase. Mais ses yeux se ferment déjà, le sommeil la gagne peu à peu. Son coeur enchassé dans ce si tendre écrin de chair se met à battre paisiblement. Ses mains errent un moment sur le corps de l'humain, effleurant sa peau qu'elle sent frémir sous la caresse. Puis finalement, l'une se pose sur le torse puissant et rassurant tandis que l'autre vient se loger aux frontières de ses reins. Elle veut sentir ce corps contre le sien, elle veut maintenant et pour toujours sentir cette chaleur dont elle sait déjà ne plus pouvoir se passer.

Alors qu'elle s'endort, un tendre sourire se pose sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Ven 28 Sep - 1:15

Souffle, caresse, mots murmurés. La douleur s'enivre de chaleur, brasier qui nait doucement alors qu'il erre sur les rives du sommeil. Cauchemar teinté de flammes qui naissent, qui se mêle a la souffrance, mélange étrange qui nait au creux de ses reins.

Le sommeil est léger, trop pour ignorer, pas assez pour éveiller. Il divague le long des courbes harmonieuses, ses sens éveillés au grès d'une paume douce, si douce...Les langues de la douleur s'emmelent au bras ondoyants d'une chaleur apaisante ? Non, trop volcanique pour l'être. Hypnos l'enlace et lui étreint Vénus. Une silhouette qui danse juste pour lui, nimbée de tendresse, auréolée de satin. Il rêve et c'est merveilleux. Ses doigts découvrent, explorent, noyant la souffrance dans un bain cotonneux. Les courbes sont affolantes, les lignes tellement ondulantes. L'étincelle deviens fournaise.Il rêve et il n'a pas mal. Il brûle mais les doigt décharnés de la souffrance n'agrippe pas sa peau. Elle frémit doucement, s'échauffe lentement, saigne parfois mais il ne sens pas la coulée incarnat sur son dos, il ne ressent que l'effleurement léger des flammes. Il rêve et il ne saigne pas. De maladroites, ses paumes deviennent conquérantes, exploratrice d'un monde qu'il ignore encore. Dunes parsemées de satin, creux gorgés de saveurs...La Vallée est loin, la bête est morte. Une bulle, un monde, juste lui et Vénus.

Il rêve et il désire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Ven 28 Sep - 18:57

Mince frontière que celle qui sépare la réalité des rêves... Si mince lisière qui trouble les sens et les esprits au point de les perdre. Où finit la réalité et où commence le songe ? Telle est la question que l'esprit ensommeilé de Selene parvient à se poser alors qu'elle sent une étrange chaleur la saisir et l'envahir.

Les yeux mi clos, errant entre deux mondes, la jeune femme s'abandonne. Si délicieux brasier qui prend naissance au creux de son ventre et qu'elle laisse se propager dans tout son corps. Oui, elle brûle et elle aime cette sensation alors que tout son être se consumme sous ces illusoires caresses.

Sa peau se fait terre d'asile pour ces doigts agiles et si masculins. Elle n'est plus qu'un territoire encore sauvage qui ne demande qu'à être découvert et exploré. Pour ce voyageur la terre se fait acceuillante et bienveillante. Elle aime se sentir aussi abandonnée, aussi offerte. Elle laisse ce voyageur parcourir ses chemins sinueux, reposer sur les dunes duveteuses de ses terres. Alors qu'il s'enfonce dans les gorges de ses vallées, elle ne le repousse pas. L'ile n'est plus sauvage. Le continent qu'elle est alors aime ce voyageur doux et attentionné. et doucement, elle l'appelle, l'invitant à la parcourir toute entière, dévoilant pour lui ses terres les plus reculées. Aussi n'opposa t'elle pas la moindre résistance lorsque le voyageur enhardi touche le coeur de ses terres, affleurant ainsi ses plus grands secrets. La terre sauvage cède sous tant d'amour et se rend. Elle n'est pas perdue... juste heureuse d'avoir su, enfin, trouver celui qui sera son maître...

Mais déjà la réalité réapparait affreuse et grimaçante. Le voyageur n'est plus et envolée la douce chaleur rassurante. Il ne reste plus que cet horrible froid qui lui glace les sangs et secoue tout son être. La douleur, vicieuse et perverse réapparait elle aussi, venant torturer ses chairs et affaiblir son esprit. Selene sombre de l'Eden aux Enfers... Morphée s'éloigne et Harès se présente à elle dans toute sa cruelle splendeur. Il est là et il enlace la jeune Ombre, profitant de sa faiblesse. Tel un amant violent il l'étreint trop fortement et lui sussure à l'oreille des mots qui la heuretnt comme autant de coups de poignard. Il lui montre le corps du militaire, lui désigne les chairs à nues et tellement à vif de son dos. Il le fera souffrir, il lui fera payer son si stupide héroisme. Il lui fera souffrir milles morts avant de le délivrer de son funeste baiser. Maxime et elle ont osé défié toutes les lois de la Vallée... Ils en payeront le prix...

Ce n'est qu'un rêve, un simple cauchemard et pourtant Selene sait qu'il y a du vrai là dedans aussi. Tout comme son chaleureux rêve flirtait avec la réalité, son cauchemard lui aussi est en partie réel. Il lui montre ce que sera son avenir si elle ne réagit pas, si elle persiste à s'enfoncer dans son erreur. Elle ne devrait pas aimer Maxime ! Elle ne le doit pas... Mais il est bien trop tard... Elle ne peut plus lutter : elle aime et désire.

Elle pleure et s'agite dans son sommeil, blessant encore un peu plus son épaule déjà bien fragile. Elle veut s'éveiller mais n'y parvient pas, prisonnière de ce foutu cauchemard. Harès la tente, lui souffle d'abandonner mais elle refuse. Peu lui importe les lois de la Vallée, elle les défiera autant que faire se peut et se battra jusqu'à son dernier souffle. Elle pleure et lutte pour s'extirper de cet antre située à l'entrée même des Enfers. Elle veut partir et rejoindre cette réalité qu'elle craint pourtant. Elle veut s'éveiller et soigner son amour. Elle ne permettra à personne, ni à ce cauchemard, ni à cette sombre Vallée, ni même à cet autre homme qu'elle a jadis cru aimer de toucher à Maxime. Le militaire vivra et guérira ! Il ne pouvait en être autrement !

Elle cauchemarde et ses larmes innondent ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 30 Sep - 3:15

Satin, douceur, folie...Il s'abreuve de tout cela. Il sait qu'elle est sa vie. Militaire, armé, aguerri, il connait la vie, la mort, mais l'amour.....C'est l'inconnu, mais il ne doute pas, jamais !

Le murmure de sa peau l'appelle, chante, une sirène qui le charme. Aveugle, il cherche le creux de sa vie, là bat son essence. Ses lèvres se posent, douce, charnues, affamées...Il rêve qu'il tiens une déesse...Mais le rêve est réalité, sublime femme, divine ombre, force et faiblesse, larme et sourire. Elle est son centre. Elle le subjugue, le fascine, l'envoute. Il l'aime, il l'adore, il la chérie. Elle repose contre lui, s'offre a son exploration avide. Envahisseur timide, il touche avec dévotion, un respect craintif que balaye l'ardeur. Pour elle, il sera fou, il sera sage, il sera rêve et cauchemar...Il sera ce qu'elle voudra...

Salée...Ses lèvres se pare de sel. Elle pleure...Souffrance qui l'étreint. Ne pleure pas Princesse, chut...Vis, vis pour moi, je vivrais a travers tes yeux...

Il aurait aimé crier, mais il dort, il grimace, il la veut, heureuse, violente, folle, qu'importe ! Il la veut...

Ses bras l'entoure, enlace son rêve, sa vie, sa mort, sa femme....Plus fort contre lui, il sera son rempart, qu'elle demande, il sera. Il boit ses larmes, il efface la tristesse des lèvres. Il s'empare de cette fleur a peine éclose, deversant la tempête qui l'agite. Il l'embrasse, amoureux, conquerant, soumit, fougeux, tendre....Il est tout cela pour elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Mar 2 Oct - 3:56

Les Enfers s'ouvrent devant elle, dévoilant à ses yeux écarquillés par l'horreur ce qui les attendra son bel amant et elle s'ils n'y prennent garde. Aussi sûrement que la Passion brûle en eux, innondant leurs corps de cette si douce et enivrante chaleur, aussi sûrement qu'ils penseront chacun des mots qu'ils ne manqueront certainement pas de se faire une fois cette épreuve surmontée, aussi sûrement qu'ils s'aiment... Aussi sûrement que tout cela cette gueule béante qu'Harès lui dévoile les avalera et les plongera au coeur d'un brasier éternel qui léchera leurs chairs et dévorera leurs coeurs et leurs âmes. Selene ne veut pas voir cela ! Elle refuse de laisser cette vision cauchemardesque et illusoire l'impressionner...

Elle tremble et pleure, seule, tellement seule dans cette fournaise. Elle lutte avec rage et ardeur mais ses forces l'abandonnent et bientôt elle se rendra. Elle se sent si faible. Tellement faible d'un coup. Puis, les ténèbres qui la retiennent prisonnière s'estompent. La chaleur de ces flammes laisse la place à celle, tellement plus douce de ces bras qu'elle sent l'enlacer et la serrer si fermement. Elle se laisse porter, Selene glisse dans les bras de son homme. Près de son coeur elle reprend peu à peu pied dans la réalité, s'extirpant juste à temps de ce cauchemard immonde. Harès tente de la retenir, de l'attirer à nouveau à lui mais il est trop tard. Le maitre des Enfers lui même et vaincu par cet amour naissant qui unit déjà si étroitement ces deux corps enlacés. La jeune Ombre se raccroche à ces lèvres qu'elle sent frémir sur sa peau. La bouche de Maxime qui se fait calice et qui receuille chacune des perles cristalines que ses yeux déversent. Leurs lèvres se joignent en un fougueux et passionné baiser. Selene s'envole, se laisse avec plaisir et jouissance happer par ce tourbillon d'amour et de force qui l'envahit alors. Elle se nourrit de la force du militaire, elle boit à ses lèvres et se sent plus forte, tellement forte à présent !

Ses yeux s'ouvrent alors. Son corps lui aussi s'éveille, fourbu et endolori comme après un long et âpre combat. Elle ouvre les yeux et découvre le visage de Maxime si près du sien. Elle sent sa peau contre la sienne, caresse envoûtante et enivrante. Maxime erre, comme elle le faisait quelques instants auparavant , prisonnier entre un monde d'illusions et une réalité si chargée en doutes, douleurs et questions. Malgré la fatigue qui la terrasse encore, malgré la douleur et la peur qui s'est insiunée en son coeur, Selene sourit. S'éloignant doucement, tout doucement pour ne point l'éveiller, elle se dégage de cette étreinte sans laquelle elle se sent nue et en danger. Ses yeux caresse ce corps d'homme encore allongé contre le sien.

Selene aime. Comme jamais elle n'a aimé auparavant. Comme jamais elle n'aurait cru pouvoir aimer. Comme elle pensait impossible d'aimer même. Elle aime avec passion et fougue. Elle aime sans retenue, sans limites. Pour cet homme, cet humain, pour Maxime... Pour son Prince Selene sera le plus humaine des créatures. S'il le lui demandait, elle renoncerait à tout et à tous. Qu'il parle et il sera exaucé. Qu'il formule un seul souhait et elle le réalisera, quel qu'il soit. Il bouge, elle se penche vers lui et dépose sur sa peau un délicat et léger baiser. Un instant ses mains s'attardent sur ce corps athlétique, suivant les courbes de ce buste musclé, descendant jusqu'à la taille, s'égarant au delà. Puis elle se penche un peu plsu et lentement lui sussure, avec tout l'Amour dont elle se sait à présent capable :


- " Dors et reposes toi, toi l'homme qui a su toucher mon âme aussi bien que mon coeur. Dors, toi pour qui aujourd'hui je renonce à tout... Dors, bel humain à qui j'offre mon être tout entier... Dors et laisses cette Ombre qui t'aime prendre soin de toi... Demain sera un autre jour et peut être ne restera t'il que des cendres de cette nuit magique, mais souviens toi, même si la Vie devait cruellement nous séparer, souviens toi que je t'aime... Quoiqu'il arrive je t'aimerais toujours Maxime... "


Puis, elle se leva enfin. Ses jambes étaient bien chancelantes et sa tête tournait légèrement. Mais elle avait connu tellement pire ! Et que représentait la Douleur elle même face à la détermination d'une femme amoureuse ? Son épaule la lança mais elle n'y prêta pas garde et c'est d'un pas aussi assuré que possible qu'elle se dirigea vers l'endroit où reposait toujours le baquet. Non sans un certain soulagement, Selene découvrit que la totalité de la neige avait fondue, laissant la place à une eau qui lui parut être la plus pure qu'elle ait jamais vue. Le plus beau des joyaux, le plus précieux des trésors grâce auquel elle allait pouvoir soigner son Petit Prince.

Soulevant avec une certaine peine ce baquet pourtant relativement léger, elle le ramena près de l'endroit où reposait le militaire. Son oeil attendri et aussi protecteur que celui d'une louve regarda un instant le bel éphèbe plongé à présent dan un sommeil serein, puis, elle se faufila derrière lui et se mit à la tâche. Ramassant les bandes faites des lambeaux de sa chemise, elle les plongea dans l'eau claire et lentement, avec d'infinies précautions, nettoya chacune des plaies. Les unes après les autres, elle les lava de son mieux, ôtant toute les fibres encore incrustées dedans. Ses gestes étaient loin d'avoir la précision de ceux d'un médecin mais elle fit de son mieux. Lorsque Maxime, sous un mouvement un peu trop brusque de l'Ombre ou pris dans un sombre rêve s'agitait, elle suspendait aussitôt son action ne reprenant que lorsque son amant semblait a nouveau paisible. Elle ne fit même pas attention à ces chairs à vifs qu'elle voyait rougeoyer devant ses yeux. Elle ne voulait pas voir cela. Si elle avait réalisé alors elle aurait été incapable de poursuivre.

Combien de temps s'écoula t'il avant qu'elel n'en ait eu fini ? Elle aurait été bien incapable de le dire... Cela lui avait semblé être une éternité mais cela aurait tout aussi bien pu durer un quart d'heure que six heures qu'elle n'aurait pas vu la différence. Seule cette pesante fatigue lui donnait encore quelques indications et encore... Elle s'assit sur ses talons et observa le fruit de son labeur. Le dos lacéré de Maxime était dorénavant débarassé de toute souillure et Selene était même parvenu à endiguer le flot de sang qui avait coulé pendant un moment. Elle regarda ce dos fort et puissant malgré ses meurtrissures. Mais sa vue commençait à se brouiller, ses yeux s'embrumèrent et bientôt, sans qu'elle puisse rien faire pour les retenir ses larmes se remirent à couler.

La pression, la fatigue, la peur... Selene était à bouts ! Elle qui à présent aimait et qui avait su puiser dans ce sentiment si intense une force incroyable en découvrait maintenant la faiblesse. Elle aimait et se découvrait faible. Demandez lui d'affronter une Chimère, nu groupes d'humains déchaines ou même l'une de ces hideuses créations de la Vallée et elle aurait su faire face. Mais demandez lui d'aimer et surtout de se laisser aimer et là vous la verrez fondre. La fière et arrogante Ombre n'est plus. Elle n'est plus que tendresse et amour et cela l'effraye. Elle a peur... peur car elle n'est plus seule à présent. Quoiqu'il se passe bientôt elle sait que dorénavant son coeur sera toujours en proie au doute et à la terreur. Elle craindra pour Maxime, pour sa sauvegarde, sa survie... Elle qui ne prie pas se surprend à implorer el ciel et tous ces Dieux de bien vouoir veiller sur cet humain, cet homme pour qui elle se damnerait sans hésiter.

Elle est épuisée et ses larmes ne tarissent pas. Elle pleure et s'en veut d'être soudainement aussi faible et fragile. Elle s'en veut de s'être si bien perdue avec délice dans les méandres du piège de l'Amour. Elle se sait déjà perdue. Et Maxime frémit sous cete main qu'elle a si inconsciemment laissé se poser sur son épaule. Il se réveille doucement. Elle ne veut pas qu'il la voit ainsi. Il ne doit pas la voir ni la savoir faible et fragile. Elle doit être forte pour lui. Elle le doit. Alors elle s'éloigne un peu plus, allant trouver refuge dans les pénombres du Moulin, s'adossant contre le mur de la bâtisse. Elle se plaque contre lui comme si elle avait voulu y disparaitre , sa tête venant doucement y reposer elle aussi. Elle étouffe d'une main ces sanglots qui secouent son corps tout entier sans qu'elel parvienne a se maîtriser. Elle ferme les yeux et prie pour retouver son calme. Elle prie pour qu'il ne la voit pas.

Elle prie pour qu'on l'autorise à aimer Maxime.
Elle prie pour avoir le droit de faire le bonheur de cet homme...
Elle prie pour qu'il vive...
Elle prie pour l'Amour... tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 7 Oct - 0:36

Il a froid soudain, le satin se dérobe, la douceur s'évanouie....Dans son sommeil, il cherche, il cherche encore, ses mains tatonnent...Sa présence lui manque et il grimace dans ses rêves, il grimace le vide de ses bras...Mais il est trop affaibli pour s'éveiller.

C'est à peine si il sens la douleur qu'elle lui inflige, par contre, sa peau frissonne sous la caresse de ses doigts. Son corps sait déjà ce que son âme ignore, perdue qu'il est dans les limbes du sommeil. Sa présence est palpable près de lui, son parfum, sa voix, la musique de son souffle...Il sent tout cela, comme un état second, comme a travers un brouillard....Parfois une pointe acide crève l'opercule de ses limbes fantômatiques, mais il sait qu'elle est là...Il s'apaise lorsqu'il entend sa voix, lorsque ses doigts légers effleurent sa peau....

Il aime avec passion, teintant ce sentiment de cette détermination qui le faisait avancer. Il est sur, sur d'aimer, sur de souffrir, mais aussi...Tellement sur de sourire a son regard...

La présence s'étiole, il frissone de froid, d'oubli...Il a peur soudain, peur que tout cela ne soit qu'un rêve, juste une histoire éphémère vécu sous l'abri de ses paupières closes. Qu'il a imaginer ce corps adorable, cette voix envoutante, ces yeux, ses feux qui brulaient si fort lorsqu'ils se posaient sur lui...Il a peur d'avoir perdu la raison, sa raison, celle qui s'imposait comme la source de sa force. Alors la peur éveille l'âme endormie, la terreur, si cruelle éveille sa proie...


Il ouvre les yeux, il la cherche...Vide...Un instant, il referme les paupières, fort, si fort, il endigue la douleur, il affronte le mal. Il panique, il s'accroche aux sensations qui errent encore avant de mourir et il entends...C'est tenu, c'est étouffé...La fenêtre de son âme s'ouvre brusquement...Là, dans le noir. Il se lève. Il a dormit, il nest soigné, il est plus fort maintenant...Et pourtant, il vacille un peu. Mais toujours Maxime se redresse.

Il meurs de voir ses larmes dans ses yeux, il saigne de voir la douleur sur ses traits. Il s'approche, doucement, son dos bandé le tire un peu, mais il est des blessures plus facile a affronter que d'autres...Et ses larmes à elle lui font si mal...il l'attire a lui, l'enlace, niche sa tête au creux de son épaule...

-Allons Princesse...Tu es si belle lorsque tu aime...Ne pleure pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 7 Oct - 3:34

Le vent... élément capricieux s'il en est. Facétieux souffle qui se joue de la Vallée et ses habitants, se faisant tantôt fraîche caresse tantôt froide morsure. Le vent qui n'obéit à aucune loi sice n'est les siennes. Le vent qui s'immisce dans ce Moulin et qui se surprend être ému. Il observe ces deux êtres que tout devrait opposer et qui pourtant se rapprochent dans la passion. Il est touché par ses regards qui ne vibrent que l'un pour l'autre, il sourit devant la passion ardente qui anime ces coeurs. Alors il décide et agit. De souffle il devient murmure. De violent il devient tendre. D'agresseur il devient protecteur. Il sait que la Vallée ne le comprendra pas, qu'elle se rebiffera devant son effronterie et qu'elle luttera pour désunir ces amants. Mais la Vallée est loin pour l'instant et ces minces barricades de bois suffisent pour l'instant à protéger cette douce ydille. Le murmure sait qu'il ne peut les protéger indéfiniment mais il veillera sur eux et les abritera sous son souffle chaud tant qu'il le pourra.

Alors qu'il voit le fringuant militaire faire ainsi fi de sa douleur pour se lever et rejoindre sa belle, le murmure veille. Il sent sa force parfois vacillante et lorsque l'homme menace de faillir il le retient d'un souffle et le porte de toute sa force vers son tendre but. Et lorsqu'il le sent trembler à la vue de ces perles cristallines qui inondent ce doux visage féminin alors le murmure se fait douce bise pour l'aider à les faire disparaître. Il se fait écho de ces coeurs qui palpitent à l'unisson. Bienveillant, doux protecteur, il se fait plus léger encore lorsqu'il les pousse dans les bras l'un de l'autre. Et lorsque la voix si chaude et tendre du jeune homme s'élève dans les ténèbres, il dépose sur ses protégés une dernière caresse avant de se retirer. La suite n'appartenant qu'à ces âmes soeurs.

Le regard de l'Ombre se perd dans ces océans de jade si semblables aux siens. Un seul regard échangé et déjà ses larmes se tarissent, s'évaporent sous ce feu ardent qu'elle voit briller dans les yeux de son amant. Selene ne pleure plus. Elle qui était en proie au doute quelques instants auparavant seulement ne doute plus. Elle sait que tout cela n'est que pure folie mais s'en fiche ! Que la Vallée, que les humains, que ses frères tentent ce qu'ils veulent pour la séparer de Maxime ils n'y parviendront jamais ! Parce qu'elle aime, intensément, passionnément, éperdument... Et parcequ'elle aimée en retour. Parce que cet amour surmontera tout. Il riera des pièges qu'on lui tendra, les évitera avec adresse et se dressera, fort et indestructible.

La jeune femme n'est plus que tendresse et volupté alors qu'elle sent ces bras si puissants se faire légers pour l'enlacer. Doucement elle se laisse attirer, plus près, tellement près de ce torse viril. Et l'espace d'un instant elle laisse ses yeux se fermer alors que la voix de Maxime, chaude et sensuelle, s'élève. Merveilleuse et enivrante mélodie que cette voix... Douce et si attendrissante déclaration que celle ci. Les mots sont simples mais d'un telle éloquence ! Pas besoin de grand discours ni de grandes déclaration. Pas besoin de poésie... Rien que la simplicité de ces mots qui se font le si parfait reflet de sentiments si forts ! La pureté de ces mots pour évoquer la pureté d'un amour naissant.

Selene se fait velours alors qu'elle attire son compagnon dans les ténèbres protectrices du Moulin. Obscurité effrayante pour qui est seul mais terriblement bienveillante pour deux jeunes amants. Lentement, doucement, elle attire à elle cet homme qu'elle aime et désire tout autant. Adossé contre cette mince paroi de bois, la jeune femme s'enivre du parfum de cet homme à qui elle a décidé de s'abandonner, de s'offrir et d'appartenir. Les courbes exquises de l'Ombre épousent celles du militaire. Là, tout contre sa poitrine palpitante elle sent le coeur du jeune Maxime battre, fort, tellement fort. Elle maudit la prison de satin qui enchasse encore son buste menu. L'eut elle pu, l'eut elle osé qu'elle l'eut fait disparaître, ne souhaitant rien d'utre que de sentir la peau de Maxime caresser la sienne. Mais elle n'ose pas prendre l'initiative. Peur de le brusquer, peur de se dévoiler totalement aussi peut être.

Elle n'ose pas mais ses mains, elles, se font plus audacieuses alors qu'elles explorent ces terres qu'elle n'a connu que dans son rêve. Ses doigts se font aussi légers et caressants que la plume alors qu'ils effleurent, qu'ils caressent ce corps divin d'homme. Elle aime sans retenue cette peau enchanteresse, terre de tant de promesses.

Avec une douceur infinie son visage se relève légèrement et ses yeux brûlants des feux de la passion cherchent leurs jumeaux. Elle est déjà à lui mais elel a besoin de le lui dire, encore et encore, toujours.


- " Aimes moi Maxime..."
murmure t'elle tendrement avnt de déposer sur les lèvres du militaire un fougueux baiser.

Ses sens s'enivrent , grisés par cette douce chaleur qu'elle sent naître en son ventre et qui, déjà, trouve écho au creux des reins de Maxime. Le désir s'empare d'elle alors qu'elle s'offre aux mains et aux lèvres de l'homme qu'elle aime.


- " Je t'en prie Petit Prince... Ne laisses pas ni le Temps ni la Réalité nous séparer... "
souffle t'elle doucement, comme la plus tendre des requêtes.

Elle sent ce corps puissant peser sur elle mais n'en éprouve pas la moindre peur. Selene voudrait se fondre en lui, ne plus faire qu'un avec son amour. Selene danse, ondule, aime.


-" Fais de moi ta Princesse... Fais de moi ta femme... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 7 Oct - 13:46

Ses doigts caressent les vagues soyeuses des cheveux de sa Vénus, s'égarent sur la rondeur d'une épaule, voguent sur le satin d'une peau au grain parfait. Il se sent gauche face a sa délicatesse, trop brute face a sa douceur. Elle l'envoute, elle l'ensorcelle, ondule contre lui. Le froid recule, doucement mais surement, vaincu par cette chaleur qui ondoie entre ses reins. Il est blessé et affaibli, il sait qu'il ne pourra pas résister a l'enchantement de cette toile de soie, de flammes. L'Ombre sensuelle, tisse, tisse, elle tisse de ses mains légères, affolant ses sens. Il se perd dans l'ocean de ses yeux, s'étourdit au creux de son cou, grisé par ses lèvres qui parcourt sa peau comme autant de délicatesses caresses...Il oubli où ils se trouvent, se laisse entrainer par sa sirène, par son chant...Il s'enhardit, tenté, il devient tentateur, il ose, il ose découvrir ce corps qui ondule contre lui. Il retrouve ses gestes endormit, laisse ses mains errer, libres et sans contrainte...Juste cette barrière de tissu qui l'empêche d'accéder a son Eden...Elle murmure des mots fous, des mots enivrants, des mots qui l'exhalte...Il pourrait se faire violence, passionné, faire céder ces barrages d'un coup tant l'urgence le tenaille. Ses doigts tremblent un peu, mais il effeuille, il défait, il abat ses barrières. Il explore ce nouveau territoire, ses mains en caresse les monts, les failles, elles étalent leur lianes de douceur sur la mer ondoyante...Il y porte les lèvres, goûte au nectar de sa peau. Il n'a plus mal, il renait doucement alors qu'il se consume.

Il se brûle les ailes sur le désir, elle l'encourage, se fait mélusine pour mieux le capturer, victime consentante des filets qu'elle jette sur lui. Il cède, il cède, séduit, amoureux..Elle est volcan contre lui, elle allume sa peau, embrase ses reins. Demain, il aura de nouveau mal et peut être sera-t-il mort, mais là, maintenant, alors l'étreint contre le bois brut, il est invincible..Il ne veut qu'elle, il n'aime qu'elle, il ne désire qu'elle...

Se perdre au creux de sa douceur, s'oublier dans les méandres de sa féminité, se laisser submerger par son univers si suave. Il brûle et devient orage, brasier, juste pour elle. Il l'enlace, la porte. Elle est écueil, havre pour l'homme assoifé qu'il est...Oasis de douceur, baie brûlante, la tête lui tourne alors qu'il conquiet ces terres de passion...Le vertige l'enivre alors qu'il boit ses gémissements a la source de ses lèvres...

-Je suis à toi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 7 Oct - 16:14

Le Temps et la Réalité cruelle de la Vallée s'effacent devant cette passion ardente qui consument ces deux corps. Le froid et la douleur eux même reculent devant un tel brasier. Les deux amants ne sont pas seuls en ces murs mais ils l'ont déjà oublié. La Mort rôde et viendra peut être déchirer de ses griffes acérées lacérer cette ydille mais ils n'en pensent même pas. Ils s'enivrent l'un de l'autre, s'abandonnent aux plaisirs de la voluptueuse sensualité. Ils s'aiment tout simplement.

Les regards enflammés se croisent et se fondent l'un dans l'autre alors que les corps se rapprochent. Plus près encore, tellement près. Les peaux se frôlent, se séparent pour mieux se retrouver. Êlle le sent impatient, brûlant de désir . Alors elle se fait maitresse, elle se fait amante. L'Ombre prédatrice n'est plus qu'un corps avide de s'offrir. Ses doigts effleurent, dessinent les contours de ce corps si parfait, si divin. Ils se perdent à l'endroit où elle sent son coeur palpiter, descendent poursuivant leur exploration. La douceur de cette peau l'enivre, lui fait perdre la raison. Selene n'est plus qu'une femme éperdument amoureuse qui découvre, émerveillée, les trésors de ce corps d'homme. Ses mains se dérobent à lui pour mieux revenir se poser sur ses hanches. Un instant elles restent immobiles mais juste le temps pour la jeune femme de sentir cette vague de désir monter au creux des reins du beau militaire. Ardent brasier si semblable à celui qui brûle en son ventre.Alors les mains se font tentatrices, elles invitent le beau militaire à entrer dans cette danse des sens qu'elle mène facétieuse et mutine à souhait. Ses hanches ondulent lentement, venant flirter avec celles de l'humain, les embrassant pour mieux les quitter. Selene ondule, ses reins se cambrent pour mieux venir se lover contre ceux de son amant. Et les mains descendent, explorent des terres vibrantes et inconnues.

Les yeux de la belle étincellent alors qu'elle laisse ses lèvres prendre le relais de ses mains. Elles se font papillons alors qu'elles se posent au creux de sa nuque. Elles embrassent, explorent, alors que chute l'écrin satiné qui retenait son coeur. Libre, son coeur explose sous la caresse de cette bouche aimée autant qu'aimante. Le corps de la jeune femme se tend de passion alors que ses yeux se ferment doucement. Torrent de passion, fièvre qui l'envahit. Maxime, son Prince, son amant laisse sa fougue se déchainer. Elle s'abandonne, frôle l'extase mais se retient. Ce corps d'homme la rend folle, ivre d'un plaisir encore insoupçonné. Alors Selene se fait plus lascive encore. Elle ouvre les yeux et plonge dans l'émeraude des siens. Elle ne les quitte pas même une seule seconde alors qu'elle explore de ses lèvres les terres vibrantes des plus beaux trésors de ce corps viril. Sa caresse est douce et fougueuse à la fois. Elle aime sentir son désir monter, adore le sentir vibrer sous son amour. Selene joue, aime, s'abandonne.

Elle cesse à peine sa caresse que déjà ces bras puissants et vigoureux l'arrachent à la terre ferme et la portent. L'Ombre se fait docile, féline domptée par son maitre. Les lianes de ses jambes enlacent la taille souple de son amour. Et pour celui qu'elle aime, Selene se fait calice. Elle est à lui aussi surement qu'il lui avoue dans un souffle lui appartenir. L'humain et l'Ombre se sont trouvés et ils s'aiment avec fougue et passion. Les mains de la jeune femme se crispent sur cette fine paroie de bois qui la soutient, elle griffe ce fin rempart alors qu'elle se sent vaincue, conquise. Comme une fleur sauvage son corps se ploie, se plie pour mieux se tendre ensuite. Elle brûle et sa peau frisonne alors qu'elle exhalte. Plusieurs fois elle manque de défaillir mais se retient, voulant savourer jusqu'au bout cette si enivrante ballade au creux des bras de Maxime. Cet homme la rend folle, allume un feu qui semble ne jamais devoir s'éteindre. Et lorsque la tempête se calme, lorsque leurs deux corps ont exulté, alors elle laisse son Prince noyer dans ses baisers ses murmures de plaisirs.


- " Avant toi je ne savais pas ce qu'était l'Amour... Et dorénavant il n'aura plus qu'un seul visage pour moi : le tien Maxime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 7 Oct - 17:06

Perdition dans l'extase, ascention fulgurante du brasier, il l'aime et le lui dit. Elle est chatte et féline, il en redemande. Elle est juste parfaite pour lui.

Il l'aime avec tout ce qu'il a de passion et de fougue, il lui donne ce qu'il est, ce qu'il deviens avec elle. Un homme a genoux, éperdu devant celle qu'il considère sienne, mais qui appartient à l'un, à l'autre ? Personne. Ils s'appartiennent et cela est tellement évident qu'il en tremble. Souple comme une liane, elle l'entoure et l'entraine dans leur monde, juste eux, juste ce qu'ils ressentent.

La douceur succède a la passion, il ne peut se détacher d'elle, il n'y arrive pas, alors il la sert contre lui avant de la couvrir. Elle est son trésor, interdit aux regards des autres...Elle lui murmure l'intensité de son amour et il répond d'un regard. De nouveau, il l'entraine sur leur tapis de burre, il l'installe comme un diamant, la couvre et l'entoure de ses bras. Le nez dans au creux de sa nuque, il devient rempart..Deux amants assit sur un tapis de misère..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Nacht~
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 7 Oct - 17:32

Une rumeur emplissait le Moulin, un bruit régulier et insidieux...aussi profond que le gouffre qui s'ouvrait toujours sous leurs pieds, aussi glacial que le vent qui sifflait entre les vieilles planches de la bâtisse...un bruit qui leur rappelait à tous ce pourquoi ils étaient là, ce qu'ils avaient fui, et ce qui les tenaient toujours à sa merci...une respiration lourde et terrible. Le souffle de la Bête.

Il y eut un choc. Le bruit sourd d'une masse percutant le bois avec force. Et le Moulin vermoulu tremblant sur ses fondations, il grinça et gémit devant la menace du monstre qui rôdait au dehors...quelque chose marchait lentement dans la neige, qui se faisait entendre et connaître délibérément...mais ce n'était que des bruits, des sensations diffuses, à la frontière de l'esprit des réfugiés...elle était au-delà de leur portée, là où ils ne pouvaient voir...

Le souffle glacial s'intensifia...était-ce le vent, ou était-ce la Bête ? Où était la différence ? Ils s'étaient abrités de la neige, mais ils ne lui avaient toujours pas échappé...Le bruit de sa force contre les murs, comme la mer qui érodait les falaises les plus puissantes...Le bruit de ses griffes grattant lentement le bois, comme impatientes de pouvoir caresser leur chair de leur tendresse vorace...Et parfois, on voyait voir dans un interstice, quelque chose comme un mouvement dans l'immensité blanche...quelque chose comme un oeil vide et affamé qui se posait sur leurs corps transis de froid...La Bête était toujours là.

Elle avait encore le goût de l'Humain en bouche...douce souffrance...la chaleur de sa chair se consumait dans sa panse vorace...elle les voyait toujours, moins clairement, elle les sentait encore...leur vie, leur espoir et leurs pensées...leur amour...toute cette chaleur, toute cette vie...sa langue vint se frotter contre le bois d'un mur et sa gueule de cauchemar s'élargit en un sourire cruel...tant de chaleur, tant de vie...ils ne pourraient pas rester ici éternellement...

Et elle les aurait...oh oui...elle les tuerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Mar 9 Oct - 3:00

La Vallée est en train de perdre la bataille et cela ne lui plait guère. Là, sur son blanc manteau enneigé se dresse, arrogant malgré son apparente décrépitude, un Moulin. Fragile asile où ce sont réfugiés ces êtres, ces immondes créatures qui ont osé défier son enfant, sa Bête et qui ont fui. Ils ont fui pour mieux se réfugier derrière ces fines parois de bois.

Mais la Vallée ne s'avoue pas facilement vaincue. Ce territoire est le sien et elle entend bien y régner en maîtresse absolue et incontestée ! Elle veille et surveille ces pauvres pantins prétentieux qui pensent encore pouvoir lui échapper. Elle s'amuse de voir comment, entre ces murs certains s'entredéchirent prisonniers de leur démence tandis que d'autres s'isolent pour mieux célébrer leur pathétique existence en s'unissant dans l'Amour.

Alors la Vallée appelle son enfant, sa Bête de glace. Elle sent la frustration de celle ci d'avoir été ainsi privée de son festin. Alors elle la réconforte et l'encourage à se rapprocher d'eux, ses proies. Elle sait que le cauchemard de glace ne pourra franchir cette barrière de bois mais au moins pourra t'elle leur faire sentir, leur rappeller sa présence à tous ces incoscients prétentieux.

Et la Bête se manifeste, se fait entendre. A l'intérieur du Moulin, les deux amants peuvent sentir sa présence cruelle derrière eux. Ils entendent ses griffes s'attaquer aux murds protecteurs, ils sentent vaguement son souffle glacé s'engouffrer par les minuscules interstices et venir caresser leurs peaux encore brûlantes de passion. Selene ouvre un instant les yeux alors qu'elle l'entend griffer et tenter de lacérer le mur mais bien vite ses yeux se referment.

La jeune Ombre est tout à son bonheur et se laisse calmement bercée par la chaleur du corps de son amour qui repose totu contre le sien. Avec tendresse, elle saisit cette main qui l'enlace amoureusement et la serre plus fort. Tant que son Petit Prince sera là, tant que Maxime l'aimera alors Selene n'aura plus peur de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Jeu 11 Oct - 23:29

Un grattement, un grondement, un coup d'estoc qui fait trembler le vieux moulin. Le souffle de la Bête s'infiltre par les interstices des lattes de bois. Cela ne le fait même pas frissonner.

Il ne sentait pas le froid, ni la peur, juste cette chaleur qui irradiait encore sa peau, ses frémissements qui parcouraient son corps et cette femme blottie contre lui. Le reste n'avait que peu d'importance, il respirait ses cheveux, son parfum, si envoutant. Ses épaules tréssautèrent légèrement :

-Le gentil toutou veux faire joujou. Pas de chance, je ne suis pas d'humeur a jouer a la baballe.

La Vallée peut envoyer tout ses bâtards, tous ses rejetons, il s'en moquait comme d'une guigne. Plus loin, il entendait les divagations des fous, plus près, le doux murmure du souffle de Sélène., le rythme de son coeur, tant qu'il enflera la douce poitrine de cette femme, il battra. C'était simple, simple et térrifiant quelque part, mais il est confiant, il est déterminé. Trop peut être, mais il est ainsi. Il aime et il veut aimer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Ven 19 Oct - 18:29

Pauvres fous !
Pauvres inconscients que ces deux créatures si tendrement enlacées !

L'Amour les à réunis et déjà ils y ont goûté, avec volupté, laissant leurs coeurs, leurs corps et jusqu'à leurs âmes s'en enivrer. Les amoureux se sont abandonnés aux délices de cette passion qui les dévore... allant même jusqu'à en oublier qu'en dehors de ces murs, la Réalité les guette et les attend.

La Vallée et ses enfants n'abandonneront jamais l'offense qui leur est faite et ils laveront, dans les hurlements, le sang et la Mort l'affront de ces deux amants bien trop téméraires...

Ils s'aiment ?
Mais de quel droit ?

La Vallée à ses lois et nul ne peut y déroger, aussi fort soit le sentiment qui peut les unir. Les humains et les ombres ne pourront jamais s'entendre. Ils ne sont et ne seront jamais que des prédateurs les uns pour les autres. Des chasseurs dont le seul avenir envisageable est une traque impitoyable pour leur survie. Les humains et les ombres s'entretuent ! Ils ne peuvent s'aimer ! Jamais !

Alors la Vallée prend les armes. Elle se fait sournoise, elle se fait plus cruelle et abjecte que jamais. Elle laisse son enfant, son dragon de glace se faufiler vers le Moulin et rappeller à tous ce qui les attend une fois qu'ils poseront un pied dehors... Elle leur rappelle que la Mort douloureuse et abominable les attend et que rien ne pourra les sauver...

Oh ! Oh oui elle sait la Vallée...
Elle sait que ces êtres ne se laisseront pas faire, qu'ils lutteront, la défiant encore et encore, prétentieux qu'ils sont. Cet amour nauséabond les poussera à se battre... mais pourtant ils perdront. Pire... Elle se servira de cet amour pour les perdre, les séparer, imposer sa loi. La seule et unique loi qui existe et existera jamais.

Elle les voit l'Ombre prédatrice au coeur trop tendre et le militaire qui se découvre faillible... Elle les voit si amoureusement liés l'un à l'autre et déjà elle sourit. Elle sent leurs forces, devine leurs faiblesses. L'AMour rend fort certes, mais il rend aussi parfois si fragiles... Elle sait qu'ils trembleront l'un pour l'autre, qu'ils feront des folies pour sauver la vie de cet être si cher à leur coeur. Elle le sait et elle en jouera.

Elle n'a qu'un simple geste à faire et déjà l'implacable destin se met en marche. Cette comédie n'a que trop duré et il est temps que cela cesse !

A sa demande la Bête intensifie ses rondes. Les grognements se font plus rauques, la menace plus présente. Et le vent froid et vif de la Vallée s'engouffre dans le Moulin, l'envahissant peu à peu. Invisible et impalpable il s'immisce dans cet asile et lentement se propage, flottant lentement vers celle désignée pour être sa victime.

Selene dort paisiblement. Son visage est étonnemment serein, le sourire sur ses lèvres presque béat. Allongée contre le corps de son homme elle se leurre la petite Ombre, se croyant suffisemment forte pour tout affronter, tout surmonter. Pour lui. Uniquement pour lui. Mais elle a tord. Déjà le souffle glacé s'approche d'elle et comme un amant invisible caresse sa longue chevelure, prolongeant sa caresse sur son beau visage. Il la touche comme l'eut fait son amant endormi. Il la caresse et , doucement, la tire de son ssommeil.

La jeune femme ouvre subitement les yeux, mal à l'aise. Quelque chose ne va pas. Elle se retourne. Maxime est là à ses côtés, paisiblement endormi. La jeune femme entend son souffle régulier et rassurant. Elle sent encore la chaleur de sa peau contre la sienne et ce parfum d'homme dont elle aimerait pouvoir s'enivrer jusqu'à la fin des temps.
Pourtant...

Pourtant quelque chose à changé...
Imperceptible et incompréhensible changement qui se produit en elle alors que le froid l'enveloppe de ses ailes givrées et souffle en elle une incoercible peur.
Le Rêve est fini. Selene reprend enfin contact avec al réalité et les yeux qu'elle pose à présent sur ce qui l'entoure ne sont plus seulement celle d'une femme éperdumment éprise mais ceux d'une femme qui a peur.

Le Moulin ...
Elle sait, elle réalise que cet endroit n'est qu'un asile de passage. Un si mince et faible rempart de bois contre cette Vallée maudite et ses créatures infernales. Un si illusoire asile où ils ne peuvent rester sous peine de dépérir. Hormis la faim qui les guettera tous bientôt, il y a parmi eux deux blessés qui doivent recevoir de vrais soins rapidement s'ils ne veulent pas y succomber.

Maxime...
Son regard se pose sur ce jeune homme pour qui elle tremble. Elle sait qu'elle a fait de son mieux mais elle n'est pas médecin et sans une personne capable de prendre soin de lui ses blessures risquaient de s'infecter et alors... Alors elle pourrait le perdre.
Selene sait qu'elle ne pourra jamais retourner au Manoir et vers Vincent... Pas après ce qu'il venait de se passer içi. Elle sait qu'elle est perdue aux yeux des siens et qu'il est tout simplement inenvisageable de demander la clémence de son amant pour sauver Maxime. Jamais Vincent ne le ferait. Il préférerait même l'achever c'en est presque certain...
Alors Selene comprend qu'il ne reste qu'une solution pour cet homme qu'elle aime : le renvoyer vers les siens, vers ce village des humains où elel sait se trouver une femme médecin. Cette dernière prendra soin de lui elle le sait.
Même si Selene comprend déjà ce que sa décision implique elle sait aussi qu'elle n'a plus le choix...
Elle perdra sans doutes Maxime, peut être même la vie mais peu lui importe...

Sans faire le moindre bruit, en prenant milles précautions pour ne pas le réveiller, elle se lève. Après avoir déposé un dernier baiser sur les lèvres de son amant, elle se dirige lentement vers l'unique fenêtre à la vitre crasseuse que comporte le moulin. Et là son sang se glace dans ses veines lorsqu'elle voit la sinueuse silhouette de glace du monstre se faufiler devant elle.Les yeux, véritables gouffres de néant, de la Bête croise son regard un instant et la dardent comme pour l'appeller.

Selene sourit presque d'un air entendu.
Elle sait. Elle comprend elle aussi.
Le Bête la défie, elle, l'Ombre intangible de venir se mesurer à elle sur son terrain enneigé. La jeune femme jette un tendre regard par dessus son épaule. Là bas, Maxime dort toujours. Cet homme est fier et brave et elle ne doute pas une seule seconde que l'humain eut été prêt à affronter de nouveau cette Bëte. Mais il avait déjà failli y laisser la vie une fois. Selene ne permettrait pas que cela se reproduise.

Maxime est blessé.
Maxime est fatigué.
Maxime n'aurait aucune chance !

Mais elle...
Elle est rapide.
Elle peut devenir intangible et éviter, pour un court instant, les crocs de la Bëte.
Elle a une chance.
Ténue et sans doutes illusoire mais c'est une chance qu'elle compte bien saisir au vol.

Selene sait ce qu'il lui faut faire.
Elle va sortir.
Elle va affronter le dragon de glace et l'attirer loin du Moulin et loin des autres.
Il veut jouer, alors elle sera son unique partenaire...
Elle sait qu'elle est blessée et faible, que ses forces ne lui permettront sans doutes pas de faire longtemps diversion...mais tant que cela laisse le temps aux autres et srtout à son amour de fuir loin de là alors c'est tout ce qu'elle demande.
Après, elle peut bien mourir, elle s'en fiche...

Silencieuse, elle retourne vers sl'endroit où son amour repose serein...
S'agenouillant à ses côtés, elle sourit avec tendresse devant ce visage d'homme dont elle aimerait à jamais pouvoir fixer chacun de ses traits dans sa mémoire...Passant délicatement sa main dans sa chevelure, elle se penche et embrasse une dernière fois ses lèvres.


- " Je t'aime Petit Prince... N'en doutes jamais je t'en prie... Ce que je vais faire, c'est pour toi et uniquement pour toi que je veux le faire. Pour que tu guérisses... Pour que tu vives... Pour qu'un jour, comme tu le souhaites, tu puisses enfin te réveiller de ce cauchemard et quitter cette maudite Vallée... Moi je suis déjà morte Maxime... J'appartiens à ces terres et c'est içi que je mourrais... Mais pas toi ! Ca je m'y refuse... Je t'aime déjà trop pour cela...Pardonnes moi "
murmure t'elle doucement au creux de son oreille avant de se lever à nouveau.

Son regard est froid et déterminé alors qu'elle se dirige vers cette porte qui la sépare encore de son destin.

Malgré son envie, Selene ne se retourne pas. Elle ne doit pas. Elle ne peut pas. Elle a pris sa décision et, quoiqu'il lui en coûte, elle ira jusqu'au bout.

Déjà elle est devant la porte et sa main se pose doucement sur la poignée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 39
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Dim 21 Oct - 20:57

Une main si fine, si douce qui se couvre soudain des doigts plus fort d'un homme entrainé a tuer. Puissant mais si doux alors qu'ils immobilisent la douceur. Pas un mot ne filtre, le visage de pierre du militaire ne cille pas, seuls ses yeux parlent, seul son regard hurle. Il a peur. Terriblement peur. Il a entendu les mots, comprit la mélopée. Il tremble pour elle, elle qui ne reculera pas, elle dont la volonté est sa jumelle. Il ne la fera pas fléchir, il le sait, la douleur accompagne la conscience. Son coeur, sa vie...Il ne pourra pas la retenir, il le sait. Elle est fière, indomptable et il l'aime ainsi.

La perdition de sa raison l'embrasse tout à coup, un avant goût de se que serait la vie sans elle, un enfer, un desert aride duquel la vie est bannie. La Peur lui était inconnue....jusqu'a maintenant. Là, alors qu'elle s'aprète a sortir, alors qu'elle va risquer sa vie pour lui, pour eux, il sait le goût de la Terreur. Elle s'insinue en lui. Sélène est sa vie...Toute sa vie. Il est né pour elle, il a grandit pour elle, il mourra pour elle.

-Tu comptais partir comme ça ?

Il ôte la main fine de la clenche, il est presque brutal alors qu'il l'attire a lui, qu'il plonge ses doigts dans la mer tortueuse de ses cheveux, il se fait doux alors qu'il la sert contre lui. Il est fort dans la peur, mais il ne peut cacher les tremblements qui l'agite.

-Une vraie tête de mule, Princesse, hein ?

Il l'écarte de lui, à peine, juste un peu, juste assez pour saisir son visage entre ses mains, juste assez pour plonger dans ses yeux magnifiques, juste assez pour s'y voir tout au fond de ses gemmes. Il pose sont front contre le sien, il chuchote doucement.

-Une sacrée tête de mule...Ne pars pas trop loin, que je puisse te retrouver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   Mar 23 Oct - 18:22

Un frisson parcourt l'échine de la jeune femme alors que les bras de son amant l'enlacent, que sa tête vient si doucement reposer contre la sienne. Maudite et pourtant si merveilleuse Vallée qui aura permis à ces deux êtres de se rencontrer et de s'aimer. Eux qui n'étaient que des chasseurs, des prédateurs, disséminant la mort parfois même avec un certain plaisir, les voilà qui se découvraient aussi doux que des agneaux. Elle, la prédatrice capable d'arracher le coeur de ses victimes et d'en rire, elle qui s'était juré de tuer chaque humain jusqu'au dernier la voilà qui se surprenait à trembler pour l'un d'entre eux ? Pire même...

Selene se savait prête à mourir pour protéger cet humain, cet homme sans lequel elle ne s'imaginait même plus pouvoir respirer. Lentement elle s'écarta de son amant et se dorçant à sourire plongea ses prunelles dans l'océan de jade des yeux de Maxime. Sa main s'éleva grâcilement et caressa avec une tendresse infinie la joue du jeune homme. L'Ombre aurait aimé pouvoir le rassurer, trouver les mots suceptibles de pouvoir effacer en son coeur cette peur qu'il laissait trop bien transparaître malgré tous ses efforts.

* Oh Maxime... Si seulement je le pouvais, pour toi j'inventerais des mots suffisemment forts pour te dire à quel point tu comptes pour moi ! Je te dirais que ce que tu m'as fait découvrir jamais je n'aurais pu ni même osé l'espérer ! Dans tes bras j'ai découvert ce que le Bonheur pouvait être... Même si cela n'est qu'une illusion et que, bientôt, ce doux rêve se déchirera sous les griffes de la Vallée... Je t'aime ... Laisses moi sauver ta vie comme tu as su m'insuffler l'espoir et le rêve... Laisses moi t'offrir ce cadeau... *

Selene pense et ses mots sont tendres et passionnés pour lui, rien que pour lui... Elle parle mais pas un son ne franchit la barrière de ses lèvres soyeuses. A quoi bon ? Les mots ne sont que des mots et ils ne seront jamais assez forts pour décrire ce sentiment qui la submerge à cet instant précis où, déjà, les adieux se profilent à l'horizon. Alors elle sourit et délicatement dépose sur les lèvres de son amour un baiser passioné.


- " Une tête de mule ? Je suis certaine que tu peux trouver mieux comme compliment, non ? Surtout que, sur ce point de vue, je ne pense pas que tu ais quoi que ce soit à m'envier Petit Prince... "
dit elle sur le ton de la dérision même si elle sait parfaitement qu'elle ne fait pas illusion.

Alors elle le repousse doucement mais fermement, lui échappant à contre coeur. A peine sont ils séparés que déjà la chaleur de ce corps d'homme lui manque. Elle aurait aimé courir se réfugier dans ses bras, poser sa tête contre son torse, lui avouer qu'elle aussi est morte de peur. Selene a peur. Peur de devoir affronter cette Bête dont elle a déjà vu les ravages. Peur de mourir sous ses coups. Peur, surtout, d'être séparée de son âme soeur... Selene est terrifiée à l'idée de perdre Maxime.

Elle s'approche de la porte à nouveau et, cette fois se retourne, une fois encore, rien qu'une dernière fois... Elle veut voir ce visage aimé et y puiser la force d'aller au bout de son insensé projet. Elle sent une larme monter et se mords doucement la lèvre inférieure pour la retenir. Elle ne pleurera pas. Pas devant lui du moins... La jeune femme inspire profondément au moment où sa main se pose sur la poignée de la porte et abaisse la poignée.

La porte s'ouvre lentement, le froid glacial et mortel de la Vallée s'engoufrant dans l'espace confiné du Moulin. Il fait froid mais elle ne ressent rien encore. Rien sauf cette terreur qu'elle sent l'assaillir et la faire trembler. Pourtant Selene n'hésitera pas. Dans un instant elle sortira et ira se jeter dans la gueule du loup... Pour ses amis, pour sa soeur, pour lui... Pour rendre Maxime au peuple auquel il appartient et auquel il appartiendra toujours. Maxime est humain et il le restera toujours. Jamais il ne sera à elle. Tout cela n'était qu'un magnifique rêve... Maxime doit vivre et continuer à espérer. Il doit rester ce chasseur qu'elle avait rencontré quelques temps à peine auparavant et qui affirmait vouloir se réveiller un jour. Maxime vivrait et, elle le souhaitait, se réveillerait un jour. C'est pour cet espoir qu'elle allait sortir. Pour son espoir à lui...

Elle ne se retourna même pas lorsqu'elle laissa échapper, d'une toute petite vois, ces quelques mots :


- " Quoiqu'il arrive, et si ce que nous avons partagé içi signifie quelque chose pour toi, alors quoiqu'il arrive tu ne dois pas te retourner ! Prends les autres et fuyez ! Je retiendrai la Bête aussi longtemps que je pourrais mais ... Retournes au refuge humain Maxime... Retournes parmi les tiens ! C'est là qu'est ta place... et non auprès d'une Ombre ennemie ! Même si celle ci t'aime... "


Puis, avant même qu'il ait pu dire quoi que ce soit, Selene franchit d'un pas hésitant le seuil du Moulin.


- " Je t'aime Maxime... "
murmura t'elle du bout des lèvres alors qu'elle s'élançait vers l'inconnu, les yeux embués de larmes.

Ses jambes flageoleaient, son épaule lui faisait mal, sa tête lui tournait mais elle n'en avait cure. Selene s'élança sous le froid et se mit en quête de trouver la Bête. Elle sentait sa présence toute proche, sentait son souffle flotter dans l'air. La Bête était proche, rodait, attendant sans aucuns doutes elle aussi l'afrontement.

Alors Selene alla se poster, immobile devant le Moulin, et attendit.
La Bête ne tarderait pas à venir.
Elle le savait.
Elle pouvait le sentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort n'est pas pour nours (part II)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort n'est pas pour nours (part II)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Départ précipité
» Fäardrill Aëndal [Ménestrel]
» Intéret pour Deatwatch, part 2
» La mort n'existe que pour ceux qui restent. [PV Tengoku no Seigi]
» Même la mort ne peut rien pour nous..[PW Alissa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 2-
Sauter vers: