AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tourisme improvisé

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Tourisme improvisé   Ven 11 Jan - 15:15

La lueur blafarde qui baignait les bois lui offrait une piètre visibilité, tant pis, il ne semblait pas vraiment avoir de destination de toute manière. Pour l’instant il se contentait d’avancer tout droit et en comptant sur un peu de chance il finirait bien par rejoindre la route et par la même tomberait sûrement sur une station service.
Une station service? Et pourquoi pas un 5 étoiles avec vue sur la plage …
Si seulement il arrivait à mettre la main sur son père, tout irait déjà beaucoup mieux. Nan mais franchement, être comateux ce n’était pas une excuse pour se décharger de ses devoirs parentales … et le devoir parentale à l’honneur en ce moment aurait dût être de se trouver ici avec le fiston, qui en passant était à deux doigts de se faire dessus, pour lui tenir la main.

" Seigneur … voilà que je délire. " Marmonna le garçon en butant et manquant de s’étaler de tout son long contre une racine.

" Et merde … "

Un mot qui sortait de manière récurrente et à faible intervalle de la bouche du russe depuis qu’il s’était réveillé comme la belle au bois dormant au milieu de cette forêt, complètement seul et sans le souvenir d’avoir décidé de passer la nuit à la belle étoile dans ce coin là. Dès lors sa première réaction fut avant tout de chercher des yeux son père, avec qui quelques instants plus tôt (du moins avant qu’il ne devienne narcoleptique) il tenait la même discussion que pourrait avoir un groupe de junkie gonflé à la poudre se faisant une soirée film d’horreur.
Niet, nada, aucunes traces du padre et là il avait commencé à avoir peur. Et alors ? A 17 ans, il estimait qu’on avait encore le droit d’avoir les foies en tout bien tout honneur sans devoir avoir honte … quoique en public.

Il fallait qu’il retrouve son père, et celui-ci arrangerait les choses, c’était son boulot non. Pour l’instant le garçon s’employait juste à avancer, un pied devant l’autre et c’était déjà une bonne chose. Il se refusait tout net à penser. Non, non, non il ne voulait pas savoir pourquoi il s’était réveillé en pleine forêt dans un coin où il ne se rappelait pas avoir mis les pieds, ni même avec des vêtements qui n’était pas les siens il en était certain et pourquoi diable son père était introuvable.


" Dans le genre, les parents du petit poucet avaient au moins refilé du pain à leur mômes avant de les envoyer au casse-pipe … "
marmonna-t-il à vois haute.

Non son père ne l’aurait sûrement pas laissé en plan dans un coin comme celui-là. D’ailleurs il ne l’aurait jamais laissé point barre. Le fan numéro 1 du père de Jakkob c’était Jakkob lui-même, rien pas le moindre soupçon aurait pût entacher la confiance qu’il avait en lui. Les sarcasmes n’étaient là que pour lui remonter un peu le moral et masquer son inquiétude. Il était seul, il avait peur, la nuit commençait à tomber, il pleuvait il avait froid , apparemment il était devenu narco si on lui donner l’opportunité de se plaindre à quelqu’un il aurait tout un roman de six cent pages à fournir.

La forêt lui rendit une réponse appropriée quand pour la enième fois de la journée le garçon trébucha sur une racine et avec moins de chance que la dernière fois, s'applatit face contre terre sur le sol boueux.


"Et merde " ... pour la forme.
Revenir en haut Aller en bas
Uneksia
Petite sadique en intérim
avatar

Nombre de messages : 68
Temps passé à Hollow Dream : La saison des neiges
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: C'est pas PV j'espere :)   Lun 14 Jan - 19:25

Il se croyait seul. Il ne l'était pas.
Elle était là.


L'amas de nuages vomissait des litres de liquide froid qui fouettait les feuilles de la forêt.
C'était une mélodie macabre qui se jouait de par le vent et les gouttes contre la forêt toute entière.
Chaque feuille, chaque branche, chaque tronc, chaque racine...
C'était l'arbre en entier et tous les arbres ensemble qui luttaient contre les flèches humides.

La pâle lumière du soleil était bien loin.
Déjà les rayons devaient traverser la flotte de nuage gris pour se voir ensuite emprisonner par les feuilles.
Avare de la moindre particule pour accomplir leur seul et unique rôle de vie : la photosynthèse.
Sans quoi... Cette forêt lugubre ne le serait qu'encore plus, entremêlement de ronces, de branches, et de troncs.

Une épaisse couverture laiteuse rafraîchissait le sol, un brouillard comme peu de corps vivants avaient pu en voir.
"A couper au couteau" était vraiment l'image qui s'imposait.
Mais de façon étrange, ce n'était qu'un tapis qui n'exédait pas le mètre d'altitude :

Une cachette idéale pour une petite fille.


Uni' avait abandonné le Lac de Gaïa bien plus forte.
A sa renaissance, elle avait été comme lui.
Perdue.

Mais une fois le choc disparu, une fois la réalité acceptée, Uneksia avait compris qu'en ce monde naissait une autre vie. Elle avait compris que l'autre monde qu'elle haïssait était loin derrière.
Y retourner ?
Pour y faire quoi ?

Bien qu'elle pensait cela, une chose au fond d'elle devait continuer d'espérer car la petite fille n'était pas encore redevenue une ombre.

Comme elle avait été.
Comme elle a oublié.



C'était donc bien plus confiante en elle qu'elle avait repris la route de son destin et pour cela, il fallait traversé cette forêt. Tâche difficile pour une aveugle. Mais à ceux qui perdent certains sens en naissent de nouveau. Et Uneksia avait developpé quelque chose d'assez extraordinaire.
Une chose encore bien mystèrieuse.
Il s'avérait donc peu simple mais possible la poursuite de son chemin.


C'est au bout de longues minutes, ou peut-être des heures - Qui pourrait estimer le temps dans ce monde au délà de toutes notions existantes ? - mais au bout d'un temps qui lui permis de réfléchir de façon conséquente, que Uneksia sentit quelque chose d'étrange...
Le plus étrange fut encore qu'elle entende un râle qu'elle ne distingua pas nettement néanmoins mais le plus étrange resterait toujours ce monde en lui-même et cette nouvelle existance...

Toujours est-il qu'un jeune homme marchait, seul.
Elle le suivit.
Elle ne l'entendait plus et ne le voyait pas mais à la place de cet homme se dessinait dans son esprit une sorte de fumée entre le bleu et le noir qui oscillait de pique en pique. Cet homme devait être contrarié.
Contrarié... ce bleu... mais surtout ces pointes de fumée noire...
Il avait peur !
C'était une évidence.
Et cela plaisait à la petite fille...




Entre ombre et humaine, la petite fille traquait silencieusement Jakkob.
Puis elle comprit qu'il venait de tomber encore une fois, mais que cette fois, il aurait bien plus de mal à se relever... Alors, elle fondit sur lui.

En quelques secondes, elle était au dessus de lui, le dominant de ses 140 centimètres de hauteur, la main sur la tête de l'homme a plat ventre - qui ne devait pas s'imaginer avoir à faire à une petite fille What a Face - elle pensa et l'homme sans le savoir se vit imposer en lui-même, au sein de son propre esprit, la question qu'elle lui posait avec un petit manque de politesse :

"Qui es-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tourisme improvisé   Mar 15 Jan - 19:51

Il n’esquissa même pas un geste pour se relever, il n’en avait pas la volonté. Son réveil lui avait parut d’une certaine manière douloureux. Comme si l’adolescent sortait d’un rêve brumeux, la mémoire défaillante, le corps frissonnant couvert d’une pellicule de sueur. Peut être avait-il cauchemardé ? Oui sûrement, après tout qui aurait bien trouver la quiétude d’un sommeil profond dans un endroit comme celui-là ?
Il était seul, perdu et apeuré.
Si seulement il pouvait tomber sur de l’aide, n’importe qui qui aurait pût lui prendre la main et le conduire en sécurité. Ensuite il serait plus facile de retrouver son père
.

Toujours allongé sur le dos, il se frotta le visage ce qui n’eut pour effet que de rajouter encore plus de terre sur la figure déjà crasseuse du garçon.
Pas besoin d’être devin pour deviner que quelque chose clochait. Tout aller mal depuis qu’il s’était réveillé seul au milieu de cette forêt sous la pluie. A moins d’être devenu narcoleptique, il ne se souvenait pas de s’être endormi.

Peut être qu’on l’avait attaqué ? Klaus l’avait bien averti sur l’hostilité de Hollow dream. Dans l’effusion de leur retrouvaille, il avait bien eu le temps d’évoquer le sujet, de manière vague très vague, et l’esprit encombré du russe n’avait retenu que l’existence d’êtres sanguinaires et dangereux.
Ils avaient été attaqué, puis on l’avait assommé … et ils avaient kidnappé son père et …


*Oh la ferme abruti t’as trop d’imagination *

Malheureusement pour lui, de l’imagination il en avait et à revendre. Le cadre étouffant de cette forêt, les lueurs blafardes et cette maudite pluie qui le glaçait jusqu’aux os n’avaient rien pour effacer les inquiétudes de Jakkob.
Le mal de tête ne demanda pas plus pour s’inviter à la fête et grognant de dépit il tenta vainement de se masser les tempes. Il arriverait peut être à chasser son mal de crâne mais il doutait fort qu’avec toute sa volonté il parviendrait à chasser ces …images de son esprit.
Honteux il ravala un sanglot, il n’avait plus dix ans quand même et ses cauchemars (car il n’y avait pas d’autres mots) n’étaient dû qu’au fait qu’il s’était retrouvé seul et décontenancé.

*Menteur, menteur tu n’étais pas seul*

Il ouvrit ses paumes et constata qu’elles étaient encore maculées de rouge.

*De rouge ? Dit le abruti de sang*

Du sang et de la terre, il en était couvert de la tête aux pieds. Ces vêtements qu’il portait en étaient baignés aussi. Il se frappa le crâne en serrant les dents, le mal de crâne revint à la charge, la douleur ayant au moins pour effet de le rappelé à la réalité.
Il avait oublié, il avait oublié comment et pourquoi il avait atterri ici. Pourtant ces images revenaient toujours à la charge. Du sang, du sang et un visage se tordant de douleur … du sang et encore du sang.

*Et t’en avais même plein les dents …*

Et cet amas de chaire sanguilonante, il n’avait pas pût rester … alors il avait couru jusqu’à trouver la force de se calmer et détourner son esprit de l’affreux spectacle.
Ca y’est ça le reprenait il avait encore l’estomac au bord des lèvres mais cette fois il n’avait même pas la force de se retourner.

Il était seul, perdu et apeuré.

Seul … du moins c’est ce qu’il avait crût jusqu’à une main le touche. S’il en avait eu la force il aurait bondit jusqu’aux cieux sous l’effet de la peur. Son premier reflexe fut de reculer, ses coudes douloureux émirent quelques protestations.
Puis une question, avant même qu’il ne laisse échapper ne serait-ce qu’un cri de stupeur.


" Qui es-tu ? "


La question semblait s’être imposée d’elle-même dans son esprit désordonné. D’une voix un peu trop haute il répondit immédiatement, non il cria plutôt la réponse :

"Jakkob"

Pourquoi diable avait-il répondu, la surprise et la peur le faisait régair comme un enfant et d’une voix à demi eteinte il osa articuler quelques mots.

" Et toi qui t’es ? "

Pour la première fois il maudit son imaginaire qu’il trouvait en ce moment trop fertile, il osait à peine lever les yeux et s’imaginait déjà face à un colosse effrayant.
Il plissa les yeux pour deviner une silhouette derrière la purée de pois qui avait envahie les lieux.
Une silhouette se tenait devant lui une petite silhouette … comme celle d’un enfant. Une pensée qui se voulait rassurante.


" Petit … nan petite … tu es perdue ? "

Mauvaise foi, il faisait écho à ses propres craintes.
Les jambes encore tremblantes il se releva maladroitement.
Revenir en haut Aller en bas
Uneksia
Petite sadique en intérim
avatar

Nombre de messages : 68
Temps passé à Hollow Dream : La saison des neiges
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Tourisme improvisé   Mer 16 Jan - 15:10

Sous la pluie battante dans la forêt inerte, deux silhouettes défiées le vent.

Elles étaient dressées, l'une en face de l'autre, l'une bien plus grande que l'autre,
une main dans celle de l'autre.

Le manteau du junky, la jupe de la petite fille, et leurs cheveux volaient au rythme du vent.

Malgré le bruit continue et assourdissant de cette maudite pluie,
c'était un silence de mort qui régnait en maître des lieux.

Les gouttes dégoulinaient de leurs visages et sur le corps du jeune homme,
elles chassaient peu à peu le sang qui maculait ses habits.



Ce sang, elle ne le voyait pas.
Inconsciente de ce que pouvait devenir l'homme, elle se montrait trés sure d'elle et lui avait tendu la main pour l'aider à se relever. Maintenant, ils étaient face à face et la question de Jakkob restait en suspend. Uneksia ne voulait pas se dévoiler.
Se dévoiler était toujours se mettre en danger pensait-elle.

Elle avait laissé sa main dans la main du jeune homme. Elle avait compris au moment où Jakkob avait répondu à une question qu'elle n'avait pas formulée, emprisonnée dans son mutisme, qu'elle avait réellement acquis le pouvoir de télépathie.
Pourquoi ? Comment ? ...
Avait-ce vraiment de l'importance ?



Jakkob... Jamais elle n'avait entendu ce nom.
Mais ce n'était qu'un nom et en rien il pouvait lui signifier qui était cette personne. De ce qu'elle voyait et entendait, c'était un jeune homme aussi paniquée qu'elle avait pu l'être... qu'elle était toujours au fond d'elle. Elle aussi, même si elle ne voulait se l'avouer, aurait aimé que quelqu'un la prenne dans ses bras, la rassure, et l'emmène en lieux sur, loin de toute cette froideur.

Non.
Jamais elle ne l'avouerai.
Même pas à elle même...


Toute sa vie, depuis la mort de sa mère, elle s'était battue pour n'avoir jamais besoin de personne. Ne compter que sur elle-même était sa force. Et pourtant, si elle n'avait pas lâché cette main sans doute était-ce autant pour contrôler l'autre que pour se réconforter de n'être plus seul dans ce lieu si étrange.

" Petit … nan petite … tu es perdue ? "

La phrase avait frappé comme une claque dans ses oreilles.
Peut-être aurait-elle finit par demander de l'aide si cette phrase ne l'avait braqué dans les profonds retranchements qui la refermaient inexorablement sur elle-même. Elle n'avait que 13 ans, elle avait peur, mais elle avait connu plus grande souffrance et aujourd'hui, elle se sentait plus forte que jamais alors il n'était pas la mondre question de se laisser attendrir.
Est-ce que ses doutes et ses pensées avaient envahis l'esprit de l'autre comme ses questions pouvaient le faire ?
Elle ne le savait guère.

Elle n'avait que 13 ans, et ce monde lui était inconnu, elle savait bien que seule elle n'irait pas loin, que seule elle aurait peur, que seule elle pleurerait de nouveaux de tous ses souvenirs douloureux qui lui martelaient le coeur sans cesse.
Tout son coeur n'était que mélancolie.

Mais sa tête en ce jour n'était que curiosité et son âme voulait jouer.
C'est avec une détermination sans faille et un nouveau sourire malin qu'elle transmit :

"Il n'y de perdus ici que ceux qui veulent être perdus. Veux-tu être perdu ? Si ce n'est pas le cas, allons ensemble vers l'autre part."


Elle ne savait pas ce que c'était, mais son destin lui dictait qu'il y avait un endroit qui l'appelait.

Cet "autre part" l'attendait.
Elle le savait.
Elle le sentait.

Cet "autre part" l'attendait.
Elle le connaissait.
Elle le cherchait.

Et cet homme pourrait l'aider.
Elle le savait.
Elle le souhaiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tourisme improvisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tourisme improvisé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Regards et regrets sur le tourisme haïtien
» Les haïtiens, 1ers dans le tourisme religieux en Dominicanie
» Tourisme: les joyaux de Fort-Liberte
» Promouvoir le tourisme local...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 3-
Sauter vers: