AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 1 : l'arrivée [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Lun 1 Oct - 1:56

Sang. Le goût métallique et désagréable dans sa bouche c’était du sang. Ecarlate. Epais. Presque sirupeux. Elle l’avait identifié rapidement puisque son accident était empreint de son odeur écœurante, asphyxiante. Ce fut sa première perception. Ce sentiment de vacuité, de n’être plus rien…Ce sentiment de dislocation, d’avoir perdu son identité.

*Mon Dieu…*

Juste avant qu’elle ne sente le froid contre sa joue, envoûtant, enveloppant, comme les bras d’une mère, qui la retenait au sol, laissant son corps dans un engourdissement bienfaisant. Elle pourrait rester là des heures et s’y reposer, jusqu’à ce que l’impression de mourir de l’intérieur s’estompe enfin…où jusqu’à ce que la mort ne l’emporte complètement. Juste une frêle silhouette sur la neige, tâche grise sur cette étendue éclatante.

*Julia…*

La gamine ouvrit les yeux, océan glacée et embuée de larmes…Une pauvre petit chose, faible et sans défense… Destin cruel pour une enfant si jeune. Traumatisme trop important à supporter pour son psychisme déjà fragile….mais elle restait Julia…Une battante… Il fallait vivre maintenant. Se relever…

Avec un effort surhumain, la gamine se redressa sur ses coudes, en grimaçant fortement. Son corps torturé, brisé, la lançait de tous les côtés, comme si un rouleau compresseur lui était passé dessus… Non pas un rouleau compresseur… On l’avait battu à coup de barres de fer.

« Suis-je morte ? »

Assise désormais, au beau milieu de la clairière, transie de froid, Julia se demandait où étaient les anges dont parlaient les livres. Quel était cet endroit de perdition dans lequel, elle semblait s’être téléporté.


« Hého ! "

Hurla t’elle avec toute les maigres forces qui lui restaient.

« Il y’a quelqu’un ? »

Sa voix se brisa, à bout de souffle, l’enfant se recroquevilla afin de garder un maximum de chaleur. Au loin, des hurlements brisèrent le
silence de la nuit. Elle n’était pas au paradis, mais en enfer et ceux qui
hurlaient étaient les damnés qui payaient leur péché. Les larmes débordèrent de nouveau alors que Julia appelait sa mère doucement, comme un mantra, comme une prière. Peut être que tout ceci n’était que cauchemars et fabrioles. Elle allait se réveiller dans ses bras sécurisants et tout serait fini.


Dernière édition par le Dim 14 Oct - 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Scott Hawkins
Cryptologue de la route - eh, zavez vu ma grosse rame?
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 31
Temps passé à Hollow Dream : Un petit moment maintenant...
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Sam 13 Oct - 11:05

[ Je me permet Very Happy ]

Après la rencontre avec Cali et Yorick, Scott avait erré quelques jours dans cette vallée. Il n’y avait pas grand-chose d’intéressant ici et la beauté de la vallée semblait avalée par la quantité de neige qu’il y avait. Ses pas crissant dans la neige, le jeune homme se frayait un chemin vers une destination connue, la seule qu’il connaissait actuellement, la clairière où il était arrivé. Les évènements récents n’avaient pas changé grand-chose, il ne connaissait que Cali pour l’instant, préférant rester à l’écart ne sachant pas trop quoi penser… Il connaissait aussi Yorick, mais au fond, il savait que cet être ne leur voulait pas du bien et qu’il valait mieux ne pas s’y frotter de trop près. Il avait trouvé refuge sous un pin-compagnon pour la nuit. Ce genre de pin, avait des branches jusqu’au sol et un espace creux proche de leur tronc. Il était ainsi facile de s’y abriter, à l’abri de la neige et du froid, si l’on avait la patience de faire un petit feu. La dénotation pin-compagnon prenait alors tout son sens. Ainsi, Scott avait pu sécher ses vêtements, et malgré le fait qu’il n’était toujours habillé que d’un T-shirt, il n’avait plus autant froid que la veille.

Traversant les arbres pour s’approcher encore de l’endroit où il s’était éveillé, Scott essaya de se souvenir comment il avait pu arriver là. En effet, si la rencontre avec Cali et Yorick l’avait momentanément détourné de ses interrogations, il était toujours autant préoccupé par ce soudain réveil en plein milieu de nulle part… D’aussi loin qu’il se souvienne, il s’était disputé dans la matinée avec son père et avait prit la moto pour faire un tour… En premier chef, il avait décidé d’aller voir Mary, mais arrivés à quelques rues, il avait décidé de faire demi-tour, préférant d’abord se calmer avant d’aller la voir. Puis il s’était arrêté dans un parc, se posant sur un banc et se calmant avec le chant des oiseaux et le calme ambiant. Plus tard, il avait reprit la moto et arrivé à une intersection où il avait la priorité, il vit une voiture débouler sur sa droite, grillant ainsi le feu rouge… Impossible d’éviter le choc, c’est la chute… La moto glisse… Il voit le semi-remorque s’approcher en face de lui… Ses roues deviennent de plus en plus grosses. Puis plus rien… Sa tête vient d’heurter lourdement le sol et malgré le casque, il tombe inconscient… Un peu plus tard des vagues sensations de présences autour de lui, il se fait transporter, puis le noir complet… Et après le noir, un blanc pur, immaculé de la neige qui fait son matelas… Il est couché sur le sol, se relève et ne sait pas où il est… Il n’y a aucun sens à tout cela ! Préférant ne pas s’énerver, il soupira et se jura de demander à quelqu’un s’il savait où ils étaient… En espérant qu’il ne tomberait pas sur quelqu’un de la trempe de Yorick… Vraiment bizarre celui-là…

Puis, il arriva dans la clairière, rien n’avait changé… Avançant doucement, Scott écoutait ses pas faire se son si caractéristique d’un sol enneigé, lorsque soudain, un autre son, plus faible, étouffé presque, parvint à ses oreilles… Une sorte de mélopée qui s’élevait non loin. Doucement, il s’avança pour mieux entendre et enfin aperçut la source de ses sons… Une petite fille était recroquevillée par terre, cherchant surement à lutter contre le froid. A mesure qu’il s’approchait, il entendit distinctement qu’elle appelait sa mère sans cesse… Le cœur serré, il s’approcha d’elle et s’agenouilla. Doucement, il lui dit :


« - Bonjour petite princesse, tu es perdue ? »

Sa voix était douce, apaisante, n'avait rien d'hostile, il cherchait à aider la jeune fille et ça se ressentait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Dim 14 Oct - 15:13

Son ours en peluche coincée sous le bras, les genoux ramenés contre sa frêle poitrine, la petite fille se basculait d'avant en arrière, susurrant des mots incompréhensibles. Elle avait froid maintenant que la neige avait traversé le tissus fin de sa chemise et ses dents ne tarderaient pas à claquer... C'était désagréable mais son esprit semblait s'être déconnecté de son envellope charnelle...Pour un moment... Un moment de stase, bref, qui ne tarderait pas à éclater, la laissant encore plus désoeuvrée et frigorifiée qu'elle ne l'était déjà.

A quelques dimensions de là, dans un ailleurs peut être moins hostile, une petite fille à la tête bandée était allongée sur un lit d'hôpital, totalement immobile... Les yeux clos, plongée dans un rêve qui ne la laisserait jamais partir. Le médecin secoua la tête, presque dépité, et sortit de la chambre silencieusement, ne laissant que les BIP BIP incessant de son coeur qui continuait tout de même à battre.

Elle les avait entendu ces pas dans la neige...le crissement caractéristique, un craquement sinistre. Sa raison l'aurait poussée à s'enfuir, à se cacher... Rien de se qui sortirait de l'enfer ne pouvait être amical...Et on lui avait mainte fois répété que l'on ne devait jamais ô grand jamais entrer en contact avec un inconnu... Oui son esprit lui dictait de fuir...mais son corps refusait obstinément de bouger, comme comprimé dans une gangue de glace.


« - Bonjour petite princesse, tu es perdue ? »

Il était là, grand, élancé, une masse sombre que notre jeune amie avait du mal à distinguer tant le contre jour était important. Ce ne fut qu'en plissant les yeux qu'elle commença à distinguer les traits de son visage. Il paraissait jeune pour un adulte...Plus jeune que ces parents ou son institutrice...mais plus vieux que Sean, le voisin d'à côté...Et Sean était un garçon gentil, qui lui donnait toujours un bonbon quand il la croisait... Il lui ressemblait un peu. Son esprit enfantin fit rapidement la transition. L'inconnu ne pouvait pas être méchant... C'est pourquoi, sortant de sa torpeur, Julia hocha la tête lentement, presque indésise. Peut être qu'elle avait fait une bêtise mais sa mère ne serait pas là pour le voir...et il était le seul dans les environs qui pourraient peut être la protéger des démons qui hurlaient.

« Je... »

Puis elle se souvint... De son accident. Cela l'aurait jeté à terre si elle n'y était déjà allongée. Ils étaient jeune eux aussi, avec une lueur sauvage dans leur regard. Des fauves. Des bêtes féroces...Des monstres. Elle se rappellait de la douleur électrisante qui lui avait parcouru le bras quand la barre s'était écrasé sur son épaule... Les râles et les supplications... Et puis le noir... avant de se réveiller ici, dans le froid et la neige. Etait elle une mauvaise fille ? Quelles exactions passées la condamnaient à l'enfer ? Il faisait trop froid pour le jardin d'Eden, et la réalité semblait trop grotesque pour que ce ne fut pas le domaine de Belzébuth.

« Nous sommes en enfer ? »

Le son de sa voix était ténu, rauque, presque métallique comme si son utilisation n'était qu'occasionnelle puis elle eut un mouvement de recul, réellement effrayée...Il paraissait gentil... mais les hommes du tunnel aussi... Sachant que ses jambes ne la porteraient pas, la gamine se recrocquevilla un peu plus, s'attendant au pire.


Dernière édition par le Dim 14 Oct - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Scott Hawkins
Cryptologue de la route - eh, zavez vu ma grosse rame?
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 31
Temps passé à Hollow Dream : Un petit moment maintenant...
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Dim 14 Oct - 15:47

Agenouillé auprès de la petite fille, Scott attendait qu’elle relève son visage pour pouvoir mettre un joli visage dans un coin de sa mémoire. En effet, c’était une petite jeune fille d’environ six, sept, peut-être même huit ans… Scott n’aurait pas pu donner plus de précision, après tout, il ne se fiait qu’à des paramètres physiques qui pouvaient ou non refléter fidèlement la réalité. Ses cheveux blonds, et ce malgré l’humidité de la neige, étaient d’une couleur de blé qui rappelait à Scott l’un de ses immenses champs qui bordait une route qu’il prenait souvent, avant… Il plongea son regard brun très clair dans celui bleu glace de la jeune fille qui du plisser les yeux pour mieux le voir. Il était vrai que Scott n’avait pas fait attention au contrejour et aida la jeune fille en se déplaçant un peu sur le côté et masquant ainsi un peu mieux la lumière. Comme il s’y attendait, la jeune fille le dévisageait, ce qui n’était pas vraiment dérangeant, après tout il faisait de même. Puis finalement, elle sembla hocher de la tête, fébrilement, mais elle le fit. Tout d’un coup, Scott se rappela que, généralement, les parents interdisaient à leurs enfants de parler à des inconnus et eut un sourire d’encouragements pour la petite fille qui devaient vraiment être perdu, autant physiquement que moralement.

Puis, elle parla, une petite question avec surement beaucoup d’importance pour elle, mais qui ne manqua pas de surprendre Scott. En enfer ? Il n’y avait jamais pensé, mais il était vrai que ce n’était pas si bête que ça… Etait-il mort ? Cela aurait pu être la conséquence logique de l’accident, mais il faisait bien trop froid ici pour que son esprit face le parallèle avec l’enfer… Surtout qu’il n’y avait pas de bête à cornes, ni diable, ni souffrance… Du moins pour l’instant… Il vit le mouvement de recul de la jeune fille et ne la brusqua pas en ne bougeant pas. Elle avait peur c’était normal. Gagner sa confiance de la manière la plus simple était ce qu’il fallait faire. La pauvre était seule pour l’instant et Scott ne se voyait pas de la laisser ici sans personne… Car nuls doutes qu’elle ne passerait pas la nuit. Mais ne vous méprenez pas, ce n’est pas de la pitié, mais plutôt un sentiment de paternité qui animait le jeune homme, bien qu’il n’avait pas encore songé à s’occuper d’enfants. Son sourire toujours aux lèvres, sa voix douce et légèrement grave, il répondit :

« - Ne trouves-tu pas qu’il fait un peu froid pour être en enfer ? Non, je ne pense pas que nous y sommes, sinon nous serions déjà entrain de souffrir de nos péchés, et puis, une jolie jeune fille comme toi ne mérite surement pas d’aller en enfer, n’aie pas peur. »

Il resta accroupi, préférant ne pas effrayer la petite en se relevant. Après tout, c’était plus agréable de discuter avec une personne dont le visage se situait à la même hauteur que le votre, non ? Il laissa quelques secondes à la jeune fille pour lui montrer qu’il ne voulait pas lui faire de mal et fini par rajouter :

« - Je m’appelle Scott Hawkins, mais tu peux m’appeler Scott tout court, ou Scotty, mais je t’en prie, pas de Monsieur Hawkins, ça fait trop vieux pour moi pour l’instant. »

Il ajouta un petit rire, léger et un grand sourire. Il espérait vraiment qu’elle ne prenne pas la fuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Dim 14 Oct - 17:08

L'enfer...Julia venait d'une famille athée...Mais elle n'avait pas besoin de dessin pour savoir ce qu'il en était, et cette vision s'était précisée avec la lecture de la Divine Comedie de Dante. La traversée des neufs cercles de l'enfer avait été le sujet de multiples cauchemars et la gamine n'avait plus jamais osé relire ce livre maudit. On le décrivait comme un endroit brûlant, bruyant, où les hurlements se faisaient échos. Ici, il n'y avait que le silence et la neige...et le vent dans les arbres... Aucun monde souterrain, ni galerie obscure. La lumière du jour. Glaciale et crue. Pourtant, pourtant dans son esprit d'enfant, cette clairière était bien plus terrifiante que n'importe quelle image d'épinale qu'elle avait pu se créer. Il y' avait quelque chose de malsain dans l'air...Et puis, objecta l'esprit brillant de la gamine, personne n'en ais jamais revenu pour en témoigner... Ces concepts ne viennent que d'une tradition populaire datant du bas moyen-âge...de plus que dans les traditions grecques et romaines, l'enfer, le tartare, était un endroit glacé, où les âmes erraient pour l'éternité. A noter que Julia Starling avait cette particularité d'être une enfant au QI de plus de 160... Un génie dans le corps d'un enfant de sept ans.

«Je le mérite»

Elle avait relevé la tête, ses petites lèvres serrées. Qui était il pour dire qu'elle ne méritait pas ce châtiment. Si ses parents n'étaient pas aller se balader avec elle, ils seraient encore en vie et non pas à la morgue. C'est ce que Julia avait décrété. Puisqu'ils n'étaient pas avec elle, c'est qu'ils devaient être mort...Sûrement au paradis...avec les anges et les autres agents du FBI qui mourraient au champ d'honneur. De toute façon, il n'y avait pas d'autre explication à cet état de fait. Elle était à New York, au beau milieu du mois de septembre...Il ne neigerait pas avant deux mois.

« Et si nous ne sommes pas en enfer... Quel est ce lieu ? »

Il n'y avait rien de plus angoissant pour un enfant de ne pas pouvoir nommer le lieu où il se trouvait. En effet, même si le territoire était le plus effrayant de l'univers, au moins il pouvait s'y référer...Et être suspendu dans la moiteur glacé de cette clairière eneigée ne faisait rien pour la rassurer...Et le fait que l'adulte en face d'elle ne semblât pas en savoir plus la laissa pensive... En dehors de la tradition populaire alors... Peut être que tout le monde s'était planté en beauté tout compte fait... peut être que...la mort ressemblait à ça...à une clairière enneigée. Cessant de trembler, elle planta son regard azur dans celui de l'inconnu au nom de Scott Hawkins... La bienséance l'obligeait à se présenter à son tour... Oui ses parents ne l'auraient pas supporté... La politesse était tout de même la règle de base de son éducation...Aller à son encontre aurait été comme craché sur leur mémoire.

« Je suis Julia...Starling »

Avec un effort démentiel, la gamine s'était redressé de son petit mètre trente cinq et lui tendit une main minuscule et diaphane, comme elle avait vu ses parents faire. A l'école primaire, on ne se comportait pas ainsi, et les adultes préféraient la plupart du temps l'étreindre comme des ours avant de lui coller une bise sonore sur la joue. Ici, elle était seule...alors autant se comporter comme une grande personne non ?
Revenir en haut Aller en bas
Scott Hawkins
Cryptologue de la route - eh, zavez vu ma grosse rame?
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 31
Temps passé à Hollow Dream : Un petit moment maintenant...
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Dim 14 Oct - 19:46

Scott aurait pu volontiers dire qu’il s’attendait à tout, sauf à ça… La réponse de la jeune fille eut pour effet de lui glacer le sang… Il ne connaissait pas beaucoup de monde qui avait effectivement leur billet d’entrée pour l’Enfer, mais il en connaissait encore moins qui l’avouerait de but en blanc comme ceci, d’autant plus que voir de tels mots dans la bouche d’une enfant était surprenant. En tous les cas, cette petite phrase, toute simple, était gage de la maturité avancée de la jeune fille. Il y avait fort à penser que cette « petite » était plus mature que certains adultes, voir plus mature que lui… Il n’était pas spécialement immature, mais aimais bien avoir l’air d’un gamin, ce qu’il était au fond encore un peu, il n’aimait pas vraiment devenir un homme, un adulte… La surprise passée, il regarda avec douceur le visage de la petite fille qui s’était relevé et qui était tourné vers lui… Leurs regards tombant l’un dans l’autre, Scott eut la mauvaise impression qu’elle lui en voulait d’avoir eu un jugement sur elle sans même la connaître… Espérant que cela ne ruine pas le reste de la rencontre, Scott essaya de se refaire avec la dernière question. Où se trouvaient-ils ? Il ne le savait pas vraiment lui-même et jetant un dernier coup d’œil à la clairière, il répondit :

« - Tu dois te douter que je ne sais pas trop où l’on est, mais ce que je sais c’est qu’on n’est pas seuls ici. On trouvera donc quelqu’un pour nous dire où l’on est, quelqu’un doit forcément savoir. »

Il avait gardé son sourire et son regard pétillant. Scott n’était pas défaitiste et ce n’était pas parce qu’il ne savait pas où il était qu’il allait arrêter de vivre. Pourtant, il vit que sa réponse laissa perplexe la jeune fille. Il préféra donc se présenter, essayant de rendre leur échange plus amicale et surtout pour ne plus paraitre tel un inconnu pour la jeune fille. Cessant de trembler, son regard bleu azur fixant son regard brun clair, elle répondit en se présentant comme Julia Starling. C’était un bien joli prénom pour cette petite fille avait pensé Scott, avant de voir la petite Julia se relever toute seule, affichant ainsi une taille d’un bon mètre trente, voir un peu plus, puis tendre la main vers lui. Scott se releva alors, et faisant une révérence courtoise, il se saisit délicatement de la main de la jeune fille et la baisa doucement, puis en se relevant, il lâcha lentement la main et rajouta en souriant :

« - C’est un plaisir que de te rencontrer Julia. »

Puis, se rendant compte qu’auparavant la jeune fille était transie de froid, il se souvint du pin-compagnon qui n’était pas très loin.

« - Mais, j’y pense. Tu ne voudrais pas venir te réchauffer auprès d’un bon feu ? On pourrait ainsi discuter un peu sans subir la morsure du froid. Qu’en dis-tu ? »

Il n’y avait là aucune proposition douteuse, mais juste une envie de lui être agréable et surtout qu’elle n’attrape pas quelque chose… Avec le froid, tout est vite arrivé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Mer 17 Oct - 5:20

Le vent glacé fouettait le visage de Razgun, le genre de vent qui quelques semaines à peine aurait frigorifié le corps svelte, vêtue de vieux torchons, de Razgun. Mais, les choses ont changé depuis quelques semaines, le corps de Razgun a subit une transformation. Maintenant Razgun n’est plus un humain. Non il est une créature inhumaine, brutale et sanguinaire qui dévore la chair humaine, une créature envahit par la haine et la colère, une créature au corps avec des traits d’animal. Une chimère. Le froid a beaucoup moins d’incidence sur lui.

Depuis ces derniers temps, la jeune chimère avait prit une habitude de grimper dans les arbres en bordure de la forêt, cela avait comme double avantage de lui fournir un promontoire et de la maintenir sa forme physique. Il y restait quelques heures, voire parfois un avant-midi complet. Il ne voulait pas rester jusqu’à la tombé de la nuit car il avait entendu parlé des bêtes, ces démons qui peuvent apparaître n’importe ou à l’extérieur, lorsqu’on s’y attend le moins. Il restait donc aux aguets de chaque petit bruit ou mouvement insignifiant. La raison qui le poussait à veiller ainsi dehors était pour guetter des proies potentielles, car le goût de la viande le lassait rapidement. Il avait envie de quelque chose de plus que de la simple viande congelée déjà morte. Il ressentait cette pulsion tenace lui tenailler l’esprit. Celle de sentir une proie encore vivante se tordre de vie sous ses griffes, d’implorer pour ne pas perdre sa vie misérable. Oui, il voulait sentir le sang d’un humain ruisseler sur son corps, être enivré du jouissif plaisir de dominer les plus faibles.


*Ah, enfin, Dieu a exaucé mes prières. Deux humains, seul, dont un enfant à en juger par sa taille. Il avait raison, les nouveaux humains arrivent ici. Bon, je ne sais pas si le plus grand est armé. Je vais y allé pour l’option infiltration. Je m’approche en cachant mes griffes derrières mon dos, mes yeux cachés par mes longs cheveux, ma langue et mes crocs caché dans ma bouche. Ils vont se faire avoir comme la vermine qu’ils sont.*

Le prédateur était maintenant sur la piste de sa proie. Il s’approcha des deux humains d’un pas lent et serein, ses pieds vêtus de vielle bottes percée laissait des empreintes dans la neige qui s’effaçaient lors de bourrasque. Il ne voulait pas trop attirer leur attention, mais dans une clairière les endroits pour se dissimuler se font rare. Après quelques minutes de marche, il était maintenant à une distance raisonnable pour tenter une attaque. Il s’arrêta net, sa longue tignasse noire et grasse cachait son visage, les mains dans le dos. Il frémissait d’envie de foncer directement sur le jeune enfant mais il décida de rester et d’entamer une longue chasse qui durerait longtemps pour se délecter de la peur qu’ils auraient, causé par l’impuissance qu’ils vont éprouver face à la torture qui les attends.


Dernière édition par le Lun 22 Oct - 2:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Jeu 18 Oct - 12:43

Depuis plusieurs jours déjà, Gunter avait chassé dans les parages, pour son propre compte, et revenait régulièrement à l' antre des chimères, pour nourrir les quelques chimères restées là en attendant le retour de Cold, mais à chaque fois, il le loupait de peu.
Maugréant, à cause du froid, ses pattes griffues qui lui servaient de pieds lui permettaient de résister du froid, de la neige. Gunter entendit soudain une voix.

Une voix pure et cristaline.

Une enfant.

Puis celle d' un humain plus âgé.

Mais l' odeur qu' il sentit aussitôt après n' était pas celle de ces humains.


Une chimère, probablement affamée, qui maraudait dans le coin. Gunter fit la grimace.
Il n' aimait pas louper un bon repas.

Gunter s' approcha de la clairière, ses pas crissèrent dans la neige, on pouvait maintenant distinguer sa silhouette. Celle d' un jeune homme, dissimulé dans un manteau court, un bonnet, dont les mains griffues tenaient une sorte de bâton et des pieds, ou plutôt ses pattes de loup. Il faissait balancer nochalemment son appendice caudal, une queue de loup...

Visiblement, l' autre chimère avait choisit d' approcher les humains de façon plus tactique.
Il chassait, sans doute. Aucune importance. Gunter resta silencieux, à distance de la scéne, prêt à intervenir si une des proies potentielles tentait de s' échapper. Il campa sur sa position, mais en vue de tous, et observa ce que les humains allaient faire. En attendant, Gunter ne bougea pas, comme un chat attentif au moindre geste des autres, chimère y compris.
Seule sa queue de loup se balançait de gauche à droite, comme le balancier d' une horloge, impassible du temps qui passe...
Revenir en haut Aller en bas
Xarha
La Reine Rouge - PNK: pyromane, nymphomane, kleptomane
avatar

Nombre de messages : 838
Temps passé à Hollow Dream : Assez pour que vous ayez appris à m'aimer.
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Jeu 18 Oct - 21:17



Un pas, deux pas, des sillons sans écume dans la neige éternelle, trois pas, quatre pas, des traces sans avenir sur la poudreuse qui craque, crack, crack, un raï pur qui suit les chaussures abîmées de Xarha, qui évolue au fur et à mesure de son avancée.

Elle n’essayait pas de se cacher. Elle savait bien qu’on pouvait se cacher des autres, qu’on pouvait se protéger des monstres et des démons, on pouvait même se voiler la face pour se cacher à soi-même.
Mais sa cachette avait été pillée, détruite à jamais, et elle ne s’habituerait sans doute jamais à l’exposition qu’elle subissait.
Elle avait tellement marché dans l’ombre, qu’est-ce qui lui prouvait qu’elle ne risquerait pas de s’y fondre et de ne jamais en sortir ?
Elle avait marché en silence dans le danger, mais qu’est-ce qui faisait qu’elle n’en était pas encore un ?

Douce, gentille Xarha.
Elle marchait à la vue de tous, son corps léger s’enfonçant à peine dans la neige ; elle était calme.
Elle ne savait pas bien sûr ce que c’était que d’être calme ; elle avait pu voir des fois, sur les visages des gens, cette vague expression de contrôle et de sang-froid que beaucoup appelaient « sérénité. »
Mais elle ne l’avait jamais été.

Peut-être qu’elle ne le serait jamais.

Pourtant quand elle arriva à son tour dans la Clairière, son visage blême et long reflétait quelque chose de…beau ?...
Oui, c’était ça. Ces yeux énormes, cette bouche trop rouge, ce visage trop pâle, ce corps trop maigre, tout ce qui sonnait faux, tout ça paraissait calme. Un regard paisible, un sourire serein, l’air de la personne qui savait garder son self-control même dans les pires situations.

Seul un Norinco 213, visiblement chargé et prêt à cracher ses balles de feu dans le corps de la première personne que Xarha aurait envie de tuer, fermement tenu par une longue main blanchâtre, trahissait l’illusion. Alors, qui allait-elle tuer aujourd’hui, qui allait-elle blesser ? Elle s’était attaquée à Samuel malgré sa promesse ; qui maintenant pouvait prétendre être protégé d’elle ?
Qu’est-ce qu’elle allait leur préparer pour s’occuper cette fois ?


Ceux qui connaissaient Xarha savaient très bien que cette pauvre gamine n’était pas du genre à être calme. Ils auraient sûrement trouvé ça plus inquiétant de voir ce sourire serein chez cette bouche qui ne sait que cracher des insultes et ce regard profond vide de toute émotion que de la voir nettoyer son flingue en les regardant comme s’ils étaient la future chasse de la rouge.
Peut-être auraient-ils pensé qu’à l’avenir, il ne faudrait pas laisser cette espèce de punk marcher dans leur dos, qu’il ne fallait pas la laisser s’approcher d’eux et encore moins lui faire confiance…

Oh, bien sûr elle était humaine. Chair, sang, quelque chose la retenait encore dans cette faiblesse permanente, elle était réelle, elle était vivante…
Mais qui ici aurait eu la stupide idée de la qualifier d’humaine ? Prenez son visage. Vous voyez la courbe effacé des pommettes ? Vous voyez ici le coin droit du sourire, comment il se tord affreusement ? Vous voyez dans ses yeux les ténèbres qui vous attendent si vous vous y plonger ?
Et là. Regardez la façon dont ses cheveux écarlates – dont il manquait de longues mèches visiblement – dansent autour de son visage.


Non, elle n’avait jamais été humaine même vivante. Elle avait été un monstre et un fantôme plus sûrement que n’importe quelle Chimère ou Ombre, et maintenant elle était dans le coma, maintenue en vie grâce à une machine et quelques médecins qui devaient sûrement profiter de son corps endormi, grâce à l’argent de sa famille qui ne laisserait pas tomber leur fille – ça porterait une mauvaise réputation à la lignée Patterson.
L’humaine inhumaine qui maintenant était chassée, traquée.
Vivante peut-être, mais un instrument de mort.

Que c’était drôle. Que c’était drôle qu’elle soit encore humaine, qu’elle garde toujours espoir, elle l’instable, elle « l’inhumaine. »


C’était comme ça que sa mère l’avait appelé un jour. Elle n’avait peut être pas tort. Elle n’avait rien, ni la beauté, ni l’amour, ni la joie, ni les pleurs, ni la réalité. Petite elle n’avait rien eu, grande elle avait volé ces choses, elle les avait falsifié et imité.
Et cette gosse qui était là, au milieu de tant de dangers – pourquoi les enfants ?...

Peut-être que quelque part au fond de son regard creux et fou s’alluma une lueur de bonté, une lumière de pitié. Peut-être que le visage de l’enfant, l’enfant perdue, lui avait rappelé une autre enfant, lui avait rappelé elle. Qui pouvait prétendre comprendre ce qui se passait dans la tête de Xarha ? La seule évidence c’était que, visiblement, elle n’avait encore décidé de descendre la gamine ou de jouer avec elle…

Elle avança calmement vers les deux humains, tout en évaluant la situation. Oh, elle n’était pas bête la rouge ; elle savait reconnaître les tricheurs et les menteurs, elle savait reconnaître les Chimères et les Ombres, elle savait leur puissance et leur danger. Elle avait pris l’habitude, elle en avait rencontré, elle avait été blessée, une Bête avait essayé de la tuer, elle n’avançait pas avec cette audace d’autrefois, elle avançait avec force. Elle avait l’habitude.

Elle pouvait mourir ; ils pouvaient mourir ; elle n’avait rien à perdre ni à gagner des deux côtés. Elle n’était pas une chasseuse, elle n’était pas une amie de la mort, ni l’héroïne parfaite qui venait sauver les âmes en peine. Ce qui comptait, c’est qu’elle avait visiblement remarqué la présence de l’homme à queue de loup sur le bord de la Clairière, sans parler de l’autre inconnu qui se cachait derrière ses longs cheveux gras – mais il échappait de lui une telle rage, un tel mal aise qu’il pouvait juste espérer tromper les handicapés et les paralysés d’Hollow Dream. Il avait quelque chose qui faisait frissonner…

Les Chimères qui avaient encerclé leur repas allaient avoir une mauvaise surprise…Pour l’instant elles étaient assez éloignées, assez discrètes – qu’est-ce qu’elles comptaient faire ? Xarha était curieuse, elle ne voulait pas les descendre comme ça sans voir jusqu’où elles étaient capables d’aller devant la silhouette anorexique, une enfant glacée et…

Et…un mec en veste de cuir…
Le voir la fit frémir de haut en bas. Si elle l’avait rencontré dans d’autres circonstances…

Elle l’aurait fui…


Elle l’aurait évité, elle aurait certainement eu peur…
Oh, il était beau, sans doute. Trop beau pour être vrai ; il portait ces vêtements en cuir dont elle avait toujours raffolé, et il paraissait fort.
Si elle l’avait vu dans le Refuge, elle s’en serait souvenue, même si ça n’avait été que quelques secondes, même si elle n’avait vu que la couleur de ses yeux, que la plus minuscule partie de son oreille, à ce moment là elle aurait sans doute fermé les yeux et serait partie loin, aurait couru dans la neige jusqu’à s’écorcher les membres et à mourir sur le sol blanc.
Peut-être que…peut-être qu’elle lui aurait dit que…
Si elle avait pu le toucher pour vérifier, juste comme ça, qu’il était vivant et pas mort…

Si elle l’avait vu avant, si seulement elle l’avait vu avant, elle ne serait pas sombrée dans cette lourde déchéance, elle ne serait pas tombée dans le gouffre qui l’avait avalé, elle n’aurait pas frapper Samuel, elle n’aurait pas…elle n’aurait pas quoi ? Elle ne savait pas, elle ne savait rien de toute façon…


Pourquoi maintenant, là, comme ça, par hasard ? Pourquoi lui, pourquoi elle, pourquoi la mort autour, pourquoi la vie au milieu ?

Soudainement elle ne voulait plus mourir, elle ne voulait plus risquer sa vie bêtement. C’était très bête, trop, elle devait les aider bien sûr, mais comment ferait-elle si elle perdait tous ses moyens ?
Une fissure dans le masque…une plaie de plus sûrement…

Pour la première fois de sa vie Xarha ne sentit aucun réconfort en serrant la crosse du flingue dans sa main, elle se sentit même désarmée et c’était si…
Elle avait tellement peur, tellement, elle ne comprenait même pas, pourtant elle ne se souvenait pas de l’avoir connu, même si quelque chose lui semblait familier, mais non, elle ne le connaissait pas…elle s’en serait forcément souvenue sinon…

Elle ouvrit la bouche, essaya de parler, mais les mots ne vinrent pas – si pathétique, c’était si pathétique, elle n’était quand même pas cette espèce d’adolescente rougissante qui perdait ses cordes vocales en présence de tout être doté d’un minimum de testostérone !
Enfin une voix rauque perça dans le silence, après quelques millièmes de secondes de confusion intense.


- Je sais très bien que vous me trouvez bizarre ! Et vous allez sûrement trouver encore plus étrange que je vous conseille vivement de me suivre jusqu’au Refuge, et encore plus que je vous conseille encore plus vivement de vous magner le cul si vous voulez pas que la petite meure de froid.

Ce serait assez con pour elle de ne pas profite de la merveilleuse météo du coin plus de cinq minutes. Le plus étonnant, c’est sûrement ce que je vous demande à tous les deux : faites-moi confiance, et préparez vos jolies jambettes musclées au plus beau sprint de votre vie dans quelques secondes.


Premiers avertissements lancés. Elle pouvait presque s’imaginer comment Maxime avait dû se sentir, lorsqu’il l’avait repêché ici, il y a quelques mois maintenant.

Quelques mois que son corps ne devait la vie qu’à une machine…

Elle aurait aimé avoir l’air plus rassurante, elle aurait aimé avoir le temps de les laisser entre les mains de Mary et de se débarrasser de leur présence trop perturbante, mais elle ne l’avait pas, et personne ici ne l’avait.
Elle avança encore un peu, se plaçant entre eux et les deux étranges individus.
Celui qui s’était rapproché avait une apparence encore humaine, et même sa stupide tentative de…déguisement ?...était bien pensée, elle ne fonctionnait pas sur elle. Il était comme elle : un meurtrier. Qu’il l’attaque s’il le souhaite ; elle trouverait sûrement chez lui un adversaire agréable, violent et bestial. Un ennemi plaisant.

L’autre était resté sur le bord. Plus observateur, il semblait attendre – il allait sûrement profiter d’un faux pas quelconque pour se faufiler et frapper. Un assassin. Il dégageait une aura inquiétante lui aussi ; et elle, la folle, elle se mettait là, maîtresse de rien, stupide enfant à la tête désordonnée, qui avait laissé de côté son apparence calme dès qu’elle avait dépassé les deux humains, laissant désormais apparaître ce sourire sadique et cruel qui se dessinait sur ses lèvres qui lui était beaucoup, beaucoup plus familier…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   Mer 31 Oct - 12:52

Gunter fit la moue, il y avait trop de monde, tout d' un coup, dans cette clairière, et cela ne lui plaisait pas du tout. Sans se préoccuper des humains et de la chimère présents, il s' éloigna de l' endroit où il se trouvait en maugréant, et grogna un peu. La faim. Tant pis, il chassera du gibier.
Soudain, à quelques cent mètres d' où se trouvait le "groupe", Gunter vit un humain vaciller, marcher, tituber... Il longea le bas côté, et quand l' humain fut assez près, il l' agrippa, le tua et s' en alla avec le bonhomme sur l' épaule. Il sentait la bière, mais cela ne déplut pas à Gunter, qui retourna au Cardinal's Jail avec sa proie, où il la partagerait avec d' autres chimères...

(HRP1 : rendez vous au Cardinal's Jail, le 1er décembre au plus tard... Wink )

(HRP2 : Joyeux Halloween ! )

>>> Cardinal's Jail
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 1 : l'arrivée [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 1 : l'arrivée [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Ouf enfin arrivée à destination ! [Libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 2-
Sauter vers: