AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le retard ne pardonne pas /!\ [Privé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Le retard ne pardonne pas /! [Privé]   Mer 26 Sep - 23:05

Une immense étendue de brume, il avait beau plisser les yeux, c’est tout ce que l’armurier debout sur les rives du lac pouvait apercevoir. Enfin pas exactement car il y avait aussi une immense étendu d’eau gelée et pour le moment celle-ci était bien plus intéressante. Un coup de feu résonna et une petite fumée blanche s’échappa de son canon, le projectile qui en était sortie venait de rebondir sur la surface cristalline, creusant un impact sur la glace dure comme la roche. Ce qu’il faisait n’avait pas vraiment d’utilité si ce n’est de beaucoup l’amuser et puis ça avait au moins le mérite de calmer son ennuie.

Plus d’une heure et demi qu’il était sur le bord de ce foutu lac ne sachant pas vraiment quoi faire, mais il n’était pas arrivé là par hasard, quelqu’un lui avait donné rendez-vous. Il était parti très en avance pour être sûr d’être à l’heure et il avait eu raison car c’est avec pas mal de détour qu’il était parvenu à trouver cet endroit. Il ne savait pas exactement pourquoi elle avait choisie ce lieu isolé plutôt qu’un autre moins dangereux, mais elle avait tellement insisté pour être seule avec lui qu’il n’avait même pas cherché à comprendre.

Cette personne lui avait demandé de remettre son arme en état, ce qui n’avait pas été une mince affaire même pour lui. Ca faisait déjà deux jours qu’il travaillait dessus, il l’avait démonté entièrement, nettoyé chaque millimètre, remplacé toutes les pièces qui comportait le moindre défaut ou la moindre trace d’usure et il en avait même profité pour faire un moulage de celles qui étaient encore en bonne état. Il avait également rempli deux chargeurs, l’un était déjà inséré dans la crosse du pistolet tandis que l’autre pesait dans sa poche. Elle était maintenant comme neuve et il était plutôt fière du boulot qu’il avait accompli. Mais la propriétaire de cette arme n’avait toujours pas dénié se montrer et Samuel commençait quelque peu à s’impatienter.

De plus il avait été peiné du peu d’intérêt qu’elle avait montré à cette arme, pour lui elles étaient comme des pierres précieuses, fortes et fragiles à la fois, il y avait tellement de paradoxe pouvant les qualifier qu’il serait trop long de tous les énumérer. Samuel était pourtant d’un naturel calme mais le retard de cette femme commençait sérieusement à l’énerver. Il fit feu une nouvelle fois et la glace vola en éclat, l’un d’eux vint atterrir à ses pieds, il le ramassa, le frotta légèrement sur la paume de sa main le débarrassant ainsi d’éventuel impureté et finit par le porter à ses lèvres, cette interminable attente lui avait donné soif. S’en était trop pour lui, il décida que le rendez-vous était annulé et qu’il était temps de rentrer au refuge. Il rangea l’arme qu’il considérait maintenant comme sienne et il commença de marcher en direction, en tout cas celle qu’il croyait être la bonne, du refuge humain.


Dernière édition par le Sam 29 Sep - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Selene
Le Doute - Moi j'ai besoin d'amooouuur...
avatar

Nombre de messages : 862
Age : 35
Temps passé à Hollow Dream : Une Eternité à mes yeux...bien trop en tous cas !
Date d'inscription : 20/08/2007

MessageSujet: Re: Le retard ne pardonne pas /!\ [Privé]   Sam 29 Sep - 12:41

La Vallée toute entière semblait s'être mise au diapason du coeur sombre et maussade de cette si mince silhouette qui avançait, lentement, en direction du lac. Il faisait froid ce jour là... peut même aussi froid qu'en son coeur et en tous cas bien plus froid que d'habitude. Et même si la neige ne menaçait pas de tomber pour une fois, le ciel s'était soudainement chargé de gros nuages noirs, comme pour saluer l'arrivée de cette Ombre à l'âme torturée.

Sans même vraiment prêter la moindre attention, laissant ses pas la guider sur ce chemin qu'elle avait déjà tant de fois emprunté, la jeune femme avançait. Le visage soigneusement enfoui derrière le grand col de sa longue redingote, elle cachait sa tristesse. Ses traits étaient marqués, bien plus par le chagrin que par la fatigue et au coin de ses yeux une première larme cristaline apparut. Lentement celle ci glissa sur cette peau si pâle venant mourir sur ces lèvres frémissantes.

Comment cela avait il débuté, Selene ne s'en souvenait même plus !
Ou plutôt si... Elle se souvenait bien, trop bien même ! Tout allait pour le mieux entre Maxime et elle ce jour là... jusqu'à ce qu'ils en viennent à parler de cette peur dont Selene devait se nourrir. Maxime lui avait dit qu'il serait son calice et qu'elle s'abreuverait à lui... Rien que d'y repenser la jeune femme se sentait bouillir ! Comment aurait elle pu se nourrir , se repaître de l'homme pour qui elle avait décidé de tout quitter ? Pour qui l'avait il prise ? La connaissait il si mal qu'il puisse seulement penser qu'elle accepterait une telle folie ? Les mots doux avaient bientôt fait place à d'autres bien plus durs, la situation s'était tendue jusqu'à finir par littéralement devenir explosive. D'un côté comme de l'autre, les mots avaient été blessants et méchants, et les deux amants s'étaient finalement quittés furieux et fâchés.

Selene avait alors fui. fui, loin de cet homme qu'elle aimait pourtant de tout son être, fui loin du Manoir où se trouvait ses frères et ses soeurs, fui de tous ces êtres qu'elle ne supportait plus de voir. Selene avait fui et comme à chaque fois que cela n'allait pas, elle se dirigeait vers ce lac gelé où elle savait pouvoir laisser sa peine éclater sans risquer d'être vue par qui que ce soit. Personne, ou presque, ne s'aventurant là bas...

Enfin, elle vit se dessiner devant elle l'immensité immaculée du lac. Cette si gigantesque plaque de givre qui, ça et là, se teintait parfois d'étranges reflets bleutés, et qui semblait ne pas avoir de fin. Soulagée de voir ce paysage qui savait si bien apaiser son coeur et son âme, Selene se laissa aller à esquisser un mince sourire...

Mais le soulagement ne fut que de courte durée... Et bien vite son regard s'assombrit. Là, à une dizaine de mètres environ, une silhouette féminine se dressait. D'abord contrariée de cette bien importune présence, Selene fut un moment tentée de rebrousser chemin. Mais quelque chose la retint au dernier moment. Où serait elle allée d'autre qu'içi ? Retourner au Manoir était tout simplement hors de question : elle n'aurait pas supporté de croiser Vincent. Retourner voir Maxime ? Pas question ! Même si elle regrettait amèrement cette ridicule dispute, son orgueil et sa fierté l'empêchait de faire route arrière. Maxime saurait bien où la trouver s'il désirait lui parler. En espérant que cette fois cela se ferait plus calmement ! Et s'il ne voulait pas et bien qu'il aille se faire voir ! Il pouvait bien s'en aller retrouver ses compagnons humains, Selene s'en contrefichait bien !

Aveuglée par sa tristesse, enivrée par le chagrin, égarée par cette douleur qui étreignait son coeur, Selene sentit sa haine pour les humains ressurgir lentement. Depuis sa rencontre avec Maxime elle avait refusé de chasser et encore plus de tuer un humain quel qu'il soit. Elle avait fait ce choix par Amour, même si cela impliquait vivre en contradiction totale avec sa que sa nature d'Ombre exigeait d'elle. Mais pour Maxime, aucun sacrifice n'était trop grand... Mais aujourd'hui... A ce moment précis... Alors que ses yeux croisèrent à nouveau cette silhouette d'humaine... Selene oublia toutes ses résolution et redevint la prédatrice qu'elle avait toujours été.

Pendant encore un moment elle resta immobile, figée dans son intangibilité, fixant sa proie de ses yeux étincelants de cruauté. Celle ci ne semblait même pas avoir perçu sa présence. Les lèvres de Selene se soulevèrent légèrement. L'humaine tournait en rond, scrutant l'horizon avec impatience et quelque appréhension. Cette délicieuse odeur que seule la peur peut faire naitre parvint jusqu'à l'Ombre qui éprouva alors un certain frisson d'excitation. La peur... délicieux sentiment qui préparait ses victimes à subir leur châtiment, leur dernier calvaire...

Sans faire le moindre bruit, Selene s'avança vers l'endroit où se tenait la jeune humaine. Sans même prêter la moindre attention à sa beauté point encore flétrie par les années, sans même regarder cette innocence peinte sur ce visage d'ange, Selene frappa. A peine était elle arrivée derrière elle, que Selene se matérialisa à nouveau. Joueuse, elle souffla doucement dans la nuque dégagée de la jeune femme, qui, surprise et apeaurée, se retourna prestement. Selene la regarda alors froidement et, comme par jeu, lui dit d'une voix moqueuse :


- " Bouh ! Juste un petit conseil si tu veux avoir une chance de vivre : cours ! Je ne suis pas du tout d'humeur à tépargner si jamais je t'attrape... Je compte jusqu'à ... disons trois. Un... Deux... "


Mais avant même qu'elle ait eu le temps de dire trois, la femme avait déjà pris ses jamabes à son cou et s'enfuyait, tentant de prendre la direction du village des humains. Selene laissa son rire éclater ! Pauvre petite idiote qui pensait encore pouvoir rivaliser avec la célérité d'une Ombre ! Mais tant mieux... La chasse n'en serait que plus intéressante !

Sortant une dague et la glissant entre ses dents, Selene s'élança à toute vitesse vers cette proie si délicieusement apeurée. Apparemment Selene devait être la première (et certainement la dernière) Ombre que cette femme ait jamais aperçue ! Elle exhalait une odeur de terreur et la prédatrice pouvait l'entendre sangloter pendant qu'elle tentait si désespérément de fuir. Mais la peur fait bien souvent perdre ses moyens et l'humaine se fatguait à pleurer, se montrait maladroite, trébuchant à plusieurs reprises sur des roches qui se trouvaient à terre, allant même jusqu'à se perdre et à se tromper de direction. Si elle continuait dans cette voie, elle finirait par arriver chez les Chimères et non chez les humains !

Pendant une bonne demie heure, Selene joua avec ce petit oiseau égaré dont elle allait bientôt prendre la vie. Elle la traqua, la rabattant encore et toujours vers le Lac où elle savait pouvoir la contrôler, évitant qu'elle ne s'éloigne trop. On ne sait jamais... Elle aurait pu recevoir de l'aide... L'Ombre aimait à sentir cette terreur grandir chez sa proie, elle aimait l'entendre pleurer, la voir trembler lorsqu'elle se rapprochait pour ensuite feidre de la laisser échapper. Elle ne lui ferait pas la grâce de l'achever trop rapidement. Oh ça non ! Elle la traquerait jusqu'à ce que l'autre rende les armes et supplie qu'on en finisse. Elle voulait voir la dernière petite étincelle d'espoir quitter ses yeux. Elle voulait entendre ses suppliques. Elle voulait la voir terrifiée lorsque sa dague s'abaisserait sur sa poitrine pour déchirer ses chairs. Selene voulait que cette humaine vive suffisemment longtemps pour savoir ce que la Peur, la vraie, voulait dire. Et elle voulait se repaître de cette peur dont elle s'était privée depuis si longtemps. Trop longtemps sans doutes...

Et tout ce que l'Ombre en colère avait souhaité se réalisa. L'humaine, à bouts de force, ne mit pas longtemps à s'écrouler, à quelques mètres seulement de l'endroit où Selene l'avait repérée pour la première fois. Comme cette dernière le voulait, la femme demanda grâce, pleura et implora. Mais l'Ombre ne fit preuve d'aucune pitié et ce que subit cette pauvre humaine avant de mourir ne peut être raconté. La colère était telle en Selene qu'elle ne put se contenter de se nourrir de cette peur qui était vitale pour elle. Elle s'amusa certes, et terrorisa cette pauvre innocente, mais elle laissa aussi exploser sa rage et lacéra ses chairs, mutilant son corps. Horriblement, avec une parfaite maitrise de soi et une froideur parfaite... Et pourtant lorsque, lassée et apaisée, Selene mit enfin un terme aux souffrances de sa proie en lui arrachant le coeur, aucun sourire ne vint illuminer son visage. Comme si tout ce carnage n'avait finalement servi qu'à une chose : lui prouver qu'une Ombre ne pourrait jamais vivre auprès des humains... Et dans ses conditions, comment pourrait elle en aimer un ?

*Oh Maxime... Pardonne moi... Je t'en prie... Je t'aime tellement... mais... *

Perdue dans ses pensées, à nouveau seule avec sa douleur et ses doutes, Selene retournait à pas lents vers ce lac maudit. La vie n'avait jamais eu beaucoup de saveur mais là elle n'en avait plus la moindre ... Elle était Ombre mais aimait un humain. Les siens ne l'accepteraient jamais, sans même parler de Vincent... Les humains ne verraient jamais en elle qu'une prédatrice sans pitié... Même l'homme qu'elle aimait ne comprenait pas son dilemme... Elle ne pouvait pas accepter de faire de lui son calice... Elle aurait fini par le tuer lui aussi... Selene ne voyait pas d'issue à cela...Aucune issue...

Elle était déjà morte une fois par Amour... Elle saurait le refaire...
Et peut être serait elle enfin délivrée de cette maudite et sinistre Vallée...
Sa décision prise, elle s'agenouilla aux bords du lac, sortit sa dague et d'un geste sur l'enfonca dans son ventre. Le sang commenca à couler, rouge et tellement chaud comparé à sa peau si froide... Le sang s'écoulait lentement et Selene était sereine...

Derrière elle des pas retentirent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Le retard ne pardonne pas /!\ [Privé]   Dim 30 Sep - 11:34

Des bruits de pas rapides, il courait presque, non pas qu’il était pressé d’atteindre la silhouette agenouillée près de l’eau glacée car en réalité il était tellement pressé de rentrer à la bibliothèque qu’il ne prêtait même pas attention à ce qui se passait autour de lui. Les pensées les plus sombres, du moins dont il était capable, habitaient son esprit. Il allait retrouver cette fille qui avait osé le laisser patienter et elle avait intérêt de pouvoir justifier de son retard. Il ne supportait pas l’inactivité, depuis son plus jeune âge il avait toujours eu ce besoin de bouger, de faire quelque chose, n’importe quoi du moment qu’il ne s’ennuyait pas. Au moins maintenant il avait trouvé de quoi passer le temps, il fouillerait chaque recoin du refuge et il finirait par mettre la main sur elle, autant dire qu’il était très remonté.

Mais ses réflexions furent interrompues brutalement, en effet Samuel venait de faire une chute aussi spectaculaire qu’inattendue, l’armurier avait glissé sur quelque chose et il tomba lourdement sur le sol, son dos heurta la surface de glace violemment puis suivit de sa tête. Il tenta de se relever en grimaçant, mais le choc l’avait un peu sonné et puis sa colonne vertébrale venait de prendre un sacré coup mais la douleur était moindre comparée à la stupeur qu’on pouvait lire sur son visage. Il détailla, de son regard légèrement trouble, ses mains, ses vêtements, comme si il les voyait pour la première fois, il ne comprit pas immédiatement ce que pouvait être ce liquide rougeâtre et visqueux mais soudain son air perplexe laissa place à un dégoût mêlé de frayeur, traduisant que l’information venait d’arriver jusqu'à son cerveau malmené.

Il se releva d’un bon, pas question de rester allongé dans tout ce sang, il recula de quelques pas et promena son regard sur la traîné sanguinolente, elle courrait sur plusieurs mètres et à son extrémité Samuel pu distinguer un amas de chaire, il n’aurait su dire à quel espèce il avait appartenu, ou peut être qu’il ne voulait pas le savoir car il sentait déjà que son estomac allait faire des sienne. Il détourna bien vite le regard en cachant sa bouche derrière son bras dans un réflexe nauséeux mais il n'eut pas le temps de faire autre chose que déjà ses yeux gris s’étaient posé sur la femme allongée sur le sol. Celle-ci bien que couverte de sang était quand même un peu plus présentable et il décida de s’approcher d’elle, il fit quelques pas méfiants, lents et silencieux à la manière des loups. Il finit par s’accroupir près de son visage, il était couvert de sang mais Samuel découvrit malgré tout des traits qui pour lui avaient l’air humains, ceux d’une femme qui lui était totalement inconnue. Il posa ses doigts joints sur sa gorge comme il l’avait vu faire des centaines de fois dans les films mais il ne sentit rien, elle était déjà morte apparemment.

Il se releva lentement et malgré lui une larme roula doucement sur sa joue. Il n’avait jamais été vraiment confronté à la mort, pas de cette façon en tout cas. Cette violence lui était étrangère, lui qui avait toujours été aimé par tous, il avait du mal à comprendre qu’on puisse se haïr ainsi sans même se connaître. Mais tout était différent dans cette vallée et quelque part chacun luttait pour sa survie à sa manière mais Samuel n’avait pas encore parfaitement assimilé ce concept. Il savait malgré tout que la réalité d’hollow dream le rattraperait bien assez vite et qu’il serait bientôt forcé d’agir comme les autres. Cette idée lui déplaisait fortement, il préférait largement se faire ses propres règles plutôt que de suivre celles qui lui semblaient injustes bien que pour le moment il n’avait pas encore eu personnellement à se plaindre.

Il fit demi-tour et commença de s’éloigner de cette scène d’épouvante quand un bruit se fit entendre dans son dos, tellement subtile que seul le silence quasiment oppressant qui régnait alentour lui permis de l’entendre. Peut être un râle ou bien un mouvement, il n’aurait su le dire exactement mais en revanche il était sûr que ce son trahissait qu’une étincelle de vie subsistait dans le corps inanimé de la jeune femme. Il se précipita de nouveau auprès d’elle et réussi à se calmer quelques secondes pour regarder plus attentivement la fille et il constata avec soulagement qu'effectivement elle respirait encore. Un frisson le parcourut en pensant qu’il aurait pu partir et la laisser là agoniser toute seule mais heureusement ce n’était pas le cas, il la souleva dans ses bras et partie rapidement en direction du village, c’était le seul lieu pour lui dans lequel il était susceptible de trouver un médecin.


Arrow Y a-t-il un médecin dans la salle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retard ne pardonne pas /!\ [Privé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retard ne pardonne pas /!\ [Privé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» Ed, Détective privé
» Un mois de retard pour la rentrée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 2-
Sauter vers: