AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Munitions ?... ^^

Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Munitions ?... ^^   Ven 21 Sep - 23:15

[Je m’excuse d’avance si il y a des vrais experts par ici Laughing ]

Samuel s’était déjà réveillé depuis plusieurs jours dans ce paysage surréaliste et glacé, il avait d’abord marché quelques temps sans vraiment savoir où il allait et ne croisant pas âmes qui vivent. Au bout de quelques heures il fini par rencontrer quelques personnes et on lui avait expliqué très vite la raison de sa présence ici, sa mémoire avait commencé à reprendre sa place peu à peu dans son cerveau malmené. Le premier souvenir fit son apparition lorsqu’un type lui avait mit dans les mains un pistolet mais pas n’importe lequel, un Smith&Wesson, il eu alors comme un flash, il revit le canon pointé sur sa tête et la détonation qui avait suivie. Il rendit aussitôt cette arme maudite pour en choisir une autre, celle qui était dessinée de façon indélébile sur son coeur. Depuis tous les récents événements s’étaient remis en place comme les pièces d’un puzzle qu’on avait éparpillés au préalable. Il se souvenait à présent de la tentative de meurtre, des cris de Sarah, de son visage couvert de sang mais surtout de son étrange regard vide, il n’avait guère eu l’envie de repenser à tous ça. Le reste lui fut brièvement expliqué par le groupe d’humain qui l’avait accueilli, ce monde qu’ils appelaient Hollow Dream peuplé de chimères et d’ombres et parmis toutes ces créatures quelques humains tentant de survivre envers et contre tous. Il n’avait pu que remarquer que leur situation était vraiment des plus précaire, mais il devait bien se faire une raison c’était aussi la sienne à présent. Et par conséquent il devait à tout prix se rendre utile, il était évident pour lui qu’il devait participer à la survie du groupe et c’est tout naturellement qu’il avait pensé à ce qu’il savait faire de mieux à savoir l’armurerie. Justement les conditions météorologiques étaient idéales pour fabriquer quelques munitions, l’humidité de l’air était suffisante pour une sécurité optimale, même si il avait fait ça des centaines de fois lorsqu’il était plus jeune, le danger était toujours omniprésent.

Il avait commencé il y a quelques jours par rassembler non sans mal les composants essentiels à la fabrication de la poudre, premièrement du souffre pour confectionner l’acide sulfurique, deuxièmement du salpêtre pour l’acide nitrique et troisièmement de la cellulose qui utilisée avec les deux autres donnait naissance à la précieuse poudre B. Il avait passé des heures et des heures à rassembler et surtout à manipuler tout ça mais maintenant il en avait en quantité suffisante pour remplir pas mal de balles, mais il lui manquait toujours les douilles. Il fouilla les ruines et il finit par en trouver quelques unes mais c’était loin d’être suffisant pour ce qu’il projetait de faire mais il ne se découragea pas et sculpta minutieusement dans un bout de bois un moule en deux parties parfaitement identiques, avec pour modèle les restes de projectiles ramassés. Il entreprit ensuite de trouver quelques métaux qui traînaient parmis les décombres, des casseroles en cuivre, des plaques en laiton et quelques tuyaux en plomb, il réussit même à dégotter une marmite, idéal pour faire fondre tout ça. Après l’avoir fait chauffer longuement, il versa lentement le métal en fusion dans son moule de fortune et le plongea aussitôt dans une bassine d’eau fraîche, figeant ainsi la forme obtenue, il répéta l’opération jusqu'à épuisement du liquide brûlant. Il entreprit ensuite de remplir ses œuvres avec l’indispensable poudre et il finit par sertir le petit tube d’un autre petit morceau de métal afin de rendre le tout parfaitement hermétique.

Il avait passé la journée à sa tache minutieuse sans prendre la moindre pose et il était maintenant affamé et fatigué mais ça valait le coup, une immense satisfaction l’envahit en admirant son travail, un chaudron plein de munitions parfaitement réalisées, elles étaient de couleur différentes selon le métal utilisé mais en revanche elles étaient toutes du même calibre. Il ne pouvait plus attendre, il en prit une avec impatiente et la glissa dans le chargeur de son Desert Eagle, celui qu’on lui avait donné en arrivant. Il chargea le projectile dans le canon avec en prime ce son tellement familier qui lui avait déjà tellement manqué. Il caressa la crosse presque amoureusement avec un air de satisfaction évidente et soudain pointa son viseur sur la personne qui venait d’arriver…


[Humain de préférence ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Xarha
La Reine Rouge - PNK: pyromane, nymphomane, kleptomane
avatar

Nombre de messages : 838
Temps passé à Hollow Dream : Assez pour que vous ayez appris à m'aimer.
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Lun 24 Sep - 0:06

Quel personnage agressif.

Elle, elle n’aurait jamais été du genre à pointer son arme sur un visiteur inconnu. Encore moins sur un de ses « frères ».
Non, non, ce pauvre bonhomme manquait cruellement d’éducation. Et il avait bien raison d’ailleurs d’avoir encore quelques bribes de prudence, chose qui lui était complètement étrangère, à elle.

Mais tout de même.
En plus, son visage lui disait quelque chose.

Elle essaya de se remémorer son nom. Elle l’avait déjà vu quelque part – il traînait pas chez les humains lui ? Ah si. Un nom qui sonnait comme Michel, ou…non, Samuel. Samuel Parker.
Oh bien sûr, elle ne lui avait jamais parlé, juste entendu par ci par là quelques bribes de conversation, questionné un peu. Le minimum, pour une fouineuse comme elle, c’était d’être tenue au courant de ce qui se passait dans le coin.

Mais même avec toute la sympathie spontanée qu’elle était capable d’avoir, voir encore une arme pointée sur elle lui fit l’effet d’une douche froide et eût tôt fait de faire disparaître sa douceur innée.
Si bien sûr elle en avait.

Elle était habituée bien sûr à être agressée et à agresser, spirale de violence comme une autre. Et il était si rare d’en sortir…une violence, ça entraîne toujours une autre, ça fait mal et ça blesse toujours…
Ça crée des bleus autour des bras et ensuite, ça déforme le visage et le corps, ça coupe et ça déchire, des fois ce n’est même pas physique, tout se passe dans la tête, ça détruit l’esprit et la raison et abîme les bases, c’est monstrueux et c’est son monde…
Un monde pas vraiment souhaitable, où chaque coup doit être rendu jusqu’à ce que l’un des deux crève, et finisse ensuite comme un vieux paquet de chair puant abandonné par tous…jusqu’au jour où le gagnant tombe à son tour et finisse là où il aurait toujours dû être : à mordre la poussière…

Après tout, ce n’était que ça, n’est-ce pas ? Juste un peu de poussière…

Son corps, par réflexe, s’était figé tandis que ses yeux tombaient sur la gueule de l’arme. Un sifflement passa entre ses lèvres comme un souffle glacé et irréel. Le même sifflement que les filles recevaient, de temps en temps, quand elles portaient des jupes trop courtes ou sur la plage. Ce sifflement dont il est si difficile de comprendre le vrai sens.


- Tsss…un Desert Eagle…T’es pas un petit joueur toi…

De mémoire, c’était un de ses anciens joujoux préférés. Ça se vendait plutôt bien, ça avait la classe. Au moins avec ça, on n’était sûr de ressembler à quelque chose en le pointant sur quelqu’un. Pas du genre à vous laisser tomber en cours de route, ça tenait la distance et on ne se ridiculisait pas avec.
C’était assez amusant de savoir que, peut-être, cette arme-là provenait de son petit trafic. Et que maintenant elle était pointée sur elle.

Un flingue délicat et gracieux, auréolé de mort. Un symbole de plus…

Qu’est-ce qu’elle les aimait, ces trucs. Pour le simple bonheur de les toucher, de les effleurer, elle aimait leur douceur rugueuse et métallique, l’odeur de la poudre et la cacophonie d’un coup de feu…

Feu.

C’était pour ça qu’elle les aimait, ces machines si travaillées, réalisées parfaites dans leur moindre détail.
Des machines à tuer sans défaut et sans âme, qui ne demandaient rien et n’attendaient rien. Elles étaient sages et en colère à la fois, elles étaient la mort mais aussi la vie d’un certain point de vue.
Parfaites.

Elle détestait ce qui était parfait.
Les armes avaient été son avenir aussi, à un moment.

Maintenant…ça ne valait rien en fait…c’était du passé…

C'était une preuve qu'elle avait eu un passé...

Nostalgie.
Son regard fit le tour de la scène rapidement avant de revenir sur l’arme qui la visait avec calme et détermination. L’homme semblait prêt à tirer sur elle.
Au moins quelqu’un qui avait des couilles et qui ne baissait pas sa garde ni ne cédait à la panique. Et ça, ça avait la classe et méritait le respect.


- Si tu veux essayer l’effet de tes nouvelles balles, vas-y, je t’en prie. J’adore me prendre des balles en pleine gueule. Ça arrive assez peu souvent, faut en profiter quand ça se passe.

Et, sans s’avancer, elle fit une légère révérence gracieuse et ironique.


- Xarha Patterson, à ton service.

Et bien sûr elle finit par avancer. Prévisible de sa part.
Un pas, deux pas…apparemment elle était toujours en vie, mais elle s’arrêta au bout du troisième, se disant que, peut-être, elle ferait mieux de mettre en confiance le nouveau venu s’il ne la reconnaissait pas. Ce serait assez con de crever aussi bêtement.
Reconnais-moi, dépêche-toi.

Elle espérait tout de même qu’elle était reconnaissable.

Bien sûr, il se pouvait aussi qu’il ne l’ait jamais vu, en ce cas-là elle se ferait une joie de se présenter sous son meilleur jour.

Elle croisa les bras et attendit patiemment que l’autre réagisse, le regardant vaguement de ses yeux assombris par l’obscurité ambiante.
En fait, elle était surtout intéressée par tout le bordel qu’il y avait derrière, et sa curiosité piquée au vif ne demandait qu’à en savoir plus.

Après tout, qui faisait rencontre avec Xarha croisait au passage son hystérie maladive et sa curiosité de folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Lun 24 Sep - 12:28

Bien sûr qu’il avait reconnu l’espèce l'épouvantail rouge, comme il l’avait surnommée, comment aurait-il pu ne pas la voir fourrer son nez partout chez les humains, outre le fait qu’il était observateur, il faut dire qu’elle ne passait pas facilement inaperçu. Mais malgré tout il continua de pointer son canon sur sa tête, non pas qu’il ait l’intention de lui faire du mal, mais il ne savait pas exactement quoi penser à son sujet il faut dire que son attitude prêtait à confusion et dans le doute il préférait se montrer prêt à agir.

Le fait qu’elle nomme son arme au premier coup d’œil ne fit que renforcer encore sa méfiance, bien que ce fut un engin connu et médiatisé, il était rare qu’on puisse le reconnaître facilement, elle était sans aucuns doutes connaisseuse et il ne savait pas trop si c’était une bonne chose ou si au contraire c’était plutôt inquiétant mais en tout cas ça forçait l’admiration. Il l’écouta ensuite le provoquer mais ne broncha pas pour autant, si elle voulait jouer avec lui, elle avait trouvé le bon partenaire. Samuel n’était pas le genre à céder à la provocation au contraire mais cela n’empêchait pas la politesse et il lui répondit :


-" Samuel Parker, au plaisir "

Il sourit, mais pas un de ces sourires charmant dont il avait le secret mais un sourire presque sournois qui signifiait *Je contrôle la situation* il savait qu’il avait un avantage certain sur elle, c’est pourquoi il se montrait sûr de lui, mais il savait aussi que ça pouvait très vite tourner à son désavantage. Lorsqu’elle fit quelques pas il décida de ne pas la laisser approcher plus.

-" Fait un pas de plus et je te refroidit, je meure d’envie de les essayer justement "

C’était du bluff évidement, si il en venait à faire feu ce ne serait pas sur un point vital, il n’était pas assez stupide pour tuer une personne de sa race. En revanche il savait parfaitement où viser pour calmer n’importe qui, il n’avait qu’une seule balle dans son chargeur mais c’était amplement suffisant pour lui, il y a bien longtemps qu’il ne ratait plus ses cibles. Il espérait ne pas avoir à en arriver là, mais si elle l’y obligeait, il n’hésiterait pas.

Ils étaient entrés à présent dans une sorte de rapport de force que sa fierté lui empêchait de rompre et comme à son habitude il ne se souciait guère des conséquences que ça pourrait entraîner concernant son intégration au groupe. Quelqu’un devait laisser tomber mais ce ne serait pas lui. Il maintenait son bras tendu, sa main enserrant l’arme fermement, sans trembler, il suivait les mouvements de Xarha du bout du canon, traduisant une parfaite maîtrise de son équipement.


-" Je sais que tu es humaine, mais ça ne m’empêchera pas de tirer si tu tentes quoi que ce soit de stupide"

Il attendait un signe de rémission, un geste ou un mot de sa part qui prouverait qu’elle était prête à se montrer sage, pour peu qu’elle en soit capable, au moins maintenant elle était prévenue. La tension était presque palpable et il décida de continuer la conversation en attendant car malgré tout il était plutôt content d’avoir trouver quelqu’un pour partager sa passion, c’était tellement rare, dommage que celle-ci ne lui inspire si peu confiance. Il jeta rapidement un coup d’œil à son laboratoire improvisé et lui dit :

-" Tous ceci m’appartient, je suis armurier. Et toi comment as-tu appris à distinguer un flingue d’un autre ? "

Son sourire était devenu plus amical, son visage s’illuminait toujours lorsqu’il était amené à parler de la grande passion de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Xarha
La Reine Rouge - PNK: pyromane, nymphomane, kleptomane
avatar

Nombre de messages : 838
Temps passé à Hollow Dream : Assez pour que vous ayez appris à m'aimer.
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Lun 24 Sep - 22:19

Cette assurance. Ce sourire.
L’arme dans sa main, la confiance en soi et l’aplomb que ce mec avait.
Toute sa silhouette, sa figure et ses yeux fiers et forts.
Tout ça…

Ce n’était rien maintenant à ses yeux…

Avant ça avait été tellement important…avant…
Malheureusement depuis, il y avait beaucoup de choses qui s’étaient passées, qui l’avaient marquées à jamais…Son assurance n’était plus qu’une apparence menteuse, et sa confiance en elle, ça faisait longtemps qu’elle ne comptait plus dessus. Non, elle ne pouvait plus se faire confiance, elle en pouvait pas se laisser aller à ça, sinon elle allait repenser à…à…
Non, il ne fallait pas y penser…c’était si douloureux encore…

Oh oui, avant elle aurait pu en remonter à ce type, lui montrait qu’elle aussi avait plus d’un atout dans sa poche. Elle aurait pu le flinguer sans hésitation, et le laisser crever la gueule ouverte devant elle.
Avant, c’était il y a combien de temps ? Pas si longtemps en fait.
Ce monde l’avait détruite, morcelée petit à petit pour mettre à jour l’essentiel, un essentiel sensible et instinctif qui ne demandait qu’à tuer, qu’à sentir le sang sur son corps, une chose qui n’était plus vraiment humaine et elle préférait ignorer ce que ça pouvait être.
Fermer les yeux et détourner le regard, c’était tellement plus facile. Indifférence sourde.

Comme cette journée où elle avait laissé partir quelqu’un, pas très loin d’ici, où elle l’avait laissé disparaître et abandonner à son sort…
Elle s’en voulait toujours de n’avoir pas réagi, peut-être que si elle avait fait quelque chose ce jour-là elle aurait pu empêcher tout ce qui s’était passé ensuite…conséquences et rebondissements un peu trop dangereux à son goût…

Et dans les yeux de l’homme qui lui faisait face avec aisance, elle voyait les prémices de quelque chose de beaucoup plus terrifiant, peut-être l’achèvement de ce qu’elle avait commencé…ses yeux gris enjôleurs qui aspiraient toute la lumière alentour…ils étaient beaux eux aussi n’est-ce pas ?
Tout ici se lisait dans le regard…
Le gris, l’ombre, la lumière, le noir, le bleu, l’émeraude et le rouge...il y en avait tant, de ces regards inquisiteurs et forts qui suivaient et transperçaient, maître de leur jeu d’illusion et de tromperie…


*Et toi qu’est-ce que tu vas devenir ici Samuel ?
Un pantin de plus ? Le fil qui emprisonne celui-ci ?
Un tueur peut-être ? Mais tu verrais cela comme être protecteur…je ne peux même pas te prévenir, je ne peux même pas te regarder…et tu ne devrais pas non plus, qui sait où moi je peux t’emmener ?...
Dans un piège ? Ou vais-je t’ignorer comme tous les autres ?

Qu’est-ce que ça va être ton rôle ? Avec tes yeux, avec ta taille, tu ferais tourner la tête de plus d’une fille…
Une façon comme une autre de foutre encore plus le bordel…
Et moi je ne pourrais pas faire grand-chose, je n’ai jamais vraiment su faire bien les choses, désolée…
…*


- Tu veux me refroidir ? Je t’en prie…même si j’aurai plutôt besoin d’être réchauffée plus qu’autre chose…

Oh, ce n’était pas qu’elle avait vraiment froid. La neige et le gel, on s’y habitue. Le danger et le souffle glacé des machines à tuer du coin, on s’y habitue aussi.
Mais on ne peut pas s’habituer à soi.

Et elle avait si froid dans son vide émotionnel…Givrée…

Non, on peut s’habituer à tout, on peut mourir si facilement et survivre si étrangement, il y a tellement de choses bizarres qui se passent ici, c’est le jeu du hasard qui truque ses chances…techniquement, ils n’étaient plus que des âmes hors de leur corps, alors pourquoi être toujours si lourds et si…matériels ?...

Le sang dans ses veines était glacé depuis longtemps…

- Oh, je ne suis pas du genre à faire des choses stupides.
C’est lâche et si bête.
Si dommage.
Je gâche pas mon temps à le perdre.
Je fais les choses toujours…imprudemment, inconsciemment, sous l’effet de l’hystérie, par impulsion, sans réfléchir, je réagis à l’instinct et change tout le temps d’humeur…et chaque chose que je fais n’est qu’une erreur de plus à rajouter sur une liste déjà longue…et je ne regrette jamais…
Alors ce n’est pas stupide non ?...

Les derniers mots lui ont terriblement coûté. Comment pouvait-on ne rien regretter ? Elle ne faisait que ça, regretter.
Elle ne faisait que se voiler la face pour ne pas voir la vérité. Elle lui faisait bien trop mal, il fallait mieux refermer la plaie plutôt que de perdre tout son sang…


- Armurier ?...

Un sourire spontané se dessina sur ses lèvres tandis que son regard s’abandonnait sur la scène. Un sourire mélancolique…

- Comme par hasard…

Oh, moi je ne suis pas vraiment une spécialiste des armes tu sais. Je les aime, c’est tout, elles sont fortes elles, et quand elles tirent elles ne plaisant pas…
Elles tuent, elles transforment, elles ébranlent, pourtant elles sont si petites des fois…


J’ai joué assez longtemps avec ce genre de jouet et vu assez de douleur et de sang pour savoir de quoi je parle en effet…

C’est étrange n’est-ce pas ? Comment je te parle…

Mais c’est ta faute si je raconte n’importe quoi, c’est toi qui m’as demandé…on ne demande pas n’importe quoi, où on répond n’importe quoi forcément…

Quand j’étais petite j’ai toujours fait du mal autour de moi…à ma famille, à mes amis, partout, et j’en suis heureuse, et j’en étais heureuse, je faisais le pire parce que comme ça les autres ne pouvaient que faire mieux que moi…
Ça me dégoûtait et me donnait encore plus envie de les remettre à leur place…

Les flingues, c’est mon rayon, mon ministère, mon histoire…
Ils étaient si beaux et si intéressants…et leur commerce rapportait pas mal, ils m’assuraient mon confort…

Les armes, elles m’ont aidé à régler des comptes avec des gangs qui me cherchaient d’un peu trop près, elles ont fait pleuré des clients jusqu’à ce qu’ils supplient leur mère de venir les aider…
Parce qu’ils ne payaient pas, parce qu’ils m’agaçaient…

Tu comprends, tout était si futile à l’époque…

Je parle pour ne rien dire, je parle de choses que je ne devrais pas dire, je te laisse la place du gagnant, mais c’est normal tu vois, quand on perd on finit toujours pas gagner quelque chose…

A force de perdre, et j’en ai perdu des choses bien plus précieuses qu’un flingue, j’ai gagné ce qui restait en moi…
Tu sais, ce truc qu’on ne voit pas et que personne, personne ne peut t’enlever, à part toi-même…
Certains disent que ça s’appelle la faiblesse, parce qu’ensuite on ne joue plus vraiment de la même manière qu’avant…
On n’arrête d’être dur et dangereux, on n’est plus que soi-même…

On arrête de sourire en pensant sûrement qu’on contrôle la situation, parce que malheureusement un jour vient où on ne contrôle plus rien…

Mais ce n’est pas une mauvaise chose…

C’est juste…triste au début…et puis ça passe…ou alors ça te transforme…


Elle parle d’une voix lointaine et proche à la fois, elle a appris à travailler toutes les sonorités de sa voix, mais maintenant elle reste rauque et éraillée, comme cassée à jamais, douce pourtant quand elle parle à Samuel, elle a compris que ce n’était que des sons, et elle les rend beaux pour le plaisir, en leur donnant un sens si difficile à saisir…

Elle parle avec ses yeux surtout, ces yeux qu’elle a tant essayé de contrôler, parce qu’ils trahissaient trop de choses. Maintenant ils sont une porte ouverte sur elle, et son regard signifie sûrement plus que des mots.

Sa main déjà s’est refermée sur la crosse de son flingue à elle. Oh, ce n’est pas un Desert Eagle, ni un très bon calibre, mais elle sait qu’il marche et qu’elle ne ratera pas son coup.
Elle le sort calmement de sa veste tâchée de sang, le regarde calmement. C’était un vieux cadeau que Mary lui avait offert quand elle était arrivée.

Mary…et elle, qu’est-ce qu’elle devenait ?...et sa famille, de l’autre côté ?...

Elle le pointe calmement et rapidement, sans hésitation, sur la tête de Samuel.
Lui aussi il va souffrir sûrement ici.
Comme Maxime, comme les autres.
Il va souffrir et elle ne pourra pas l’en empêcher.
Et puis elle jette le flingue aux pieds de Samuel.


- Hey, beau gosse, si tu me montrais tes talents d’un peu plus près ? Je pourrais jamais te descendre si j’ai pas de balles dans mon chargeur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Mar 25 Sep - 15:49

-" Trafiquante d’arme, comme par hasard "

Samuel avait laissé s’écouler le flot de paroles de Xarha jusqu’à la fin mais il était resté bloqué sur ce détail. En général le jeune homme ne détestait pas grand monde, celui qui avait tué Sarah figurait en tête de liste et les trafiquants n’étaient pas loin derrière. S'ils s'étaient rencontrés dans la vie ils auraient certainement été ennemis, peut être même qu’ils auraient été emmenés à s’entretuer, le commerce de l’un portant irrémédiablement préjudice à l’autre. Mais aujourd’hui dans le coma tout était différent, ils étaient du même clan et le même combat les unissait à présent. Samuel décida de ne pas insister sur cette révélation, ça n’aurait servit à rien de toute façon, tous cela était tellement dérisoire et même presque ironique maintenant. Il baissa son arme mais fixant toujours Xarha dans les yeux.

Il avait eu la vague impression qu’elle essayait de le mettre en garde contre quelque chose mais il n’avait pas vraiment compris de quoi exactement. La vallée était encore tellement mystérieuse à ses yeux qu’il s’attendait à tout et n’importe quoi, mais ce serait à lui de faire ses propres expériences et peut être qu’il ne voulait pas être prévenu justement.

Mais pour l’heure la chose la plus important qu’il avait retenu était qu’elle n’avait pas l’intention d’agir contre lui et Samuel s’en réjouissait. Mais quand elle sortit son arme à son tour, il se crispa à nouveau sur la gâchette, il se demanda un instant s’il avait bien compris ses mots, après tout ce n’était pas réellement clair et il devait bien avouer qu’il avait parfois du mal à saisir le sens de tout ce qu’elle racontait.


L’armurier ne savait plus quoi penser et surtout plus quoi faire, décontenancé par son attitude il était prêt à presser la détente et c’est avec un certain soulagement qu’il vit Xarha jeter son pistolet à ses pieds. Il resta un instant perplexe avant d’enfin comprendre où elle voulait en venir.

-" Pourquoi ne pas l’avoir dit tout de suite " Lança t’il en riant

Il finit pas ranger la sienne, estimant que la jeune femme ne serait pas une menace pour lui. Il ramassa l’arme à terre et l’observa longuement, il la tourna et la retourna encore. C’était un petit calibre tout ce qu’il y a de plus ordinaire mais par contre il fut peiné de constater que celle-ci n’était pas vraiment choyé, mais heureusement maintenant il était là et il se ferait un plaisir d’effectuer ces entretiens.


-" Je n’ai pas de munitions de ce calibre, mais si tu me trouve une douille, je te promet que ton chargeur sera plein quand je te le rendrais "

Il était ravi de pouvoir ajouter un modèle à sa nouvelle collection et accessoirement de rendre service à Xarha. En principe il préférait travailler seul, autant pour la sécurité que pour sa concentration. Cependant il était prêt à faire une exception pour elle, disons qu’après avoir pointé son flingue sur sa tête, la notion de mise en danger de sa vie lui était devenu quelque peu étrangère et de toute façon il se doutait qu’elle ne partirait pas sans avoir assouvit sa curiosité.

Heureusement il lui restait assez de poudre pour quelques balles de plus, il n’aurait pas eu le temps d’en refaire, il se promit d’en avoir toujours un peu d’avance à l’avenir. Il se doutait que la fouineuse aurait tôt fait de répandre la nouvelle de ses compétences comme une traîné de poudre et bientôt d’autres viendraient certainement lui demander de remplir leurs chargeurs. Mais ça ne le dérangeait pas de mettre ses talents au service du groupe, qu’aurait-il pu faire d’autre de toute façon ? Il ramassa les chutes de métal qu’il avait laissé traîner ci et là et les mis à chauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Xarha
La Reine Rouge - PNK: pyromane, nymphomane, kleptomane
avatar

Nombre de messages : 838
Temps passé à Hollow Dream : Assez pour que vous ayez appris à m'aimer.
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Mer 26 Sep - 21:48

- Si je l’avais dit tout de suite, Samuel, ça aurait cassé tout l’effet théâtral que je viens d’essayer de faire. Tu sais, les longues phrases où j’ai raconté ma vie…Et vu le temps que j’ai mis à essayer de le rendre intéressant, je te prie de bien vouloir le respecter mon grand ! Je raconte pas ma vie tous les jours à n’importe qui !

Bon, passons aux choses sérieuses. Beau gosse, on commence par où ? Hein ?
Ah. La douille. Excuse-moi, je suis un peu lente en ce moment.

Alors comme ça tu serais prêt à me remplir mon chargeur si je trouve une douille ? Eh bien dis donc...on peut dire que t’es direct toi…ou alors c’est moi qui interprète mal ce que tu racontes…

Au fait, pour les flingues…tu proposerais la même chose à Mary ? Et aux autres ? Je veux parler des autres humains…

Si tu ne veux pas que je le répète, dis-le moi surtout. Je suis pas là pour diffuser tes petits secrets…en général, à partir du moment où je les sais je ne cherche pas plus loin…mais je crois que t’es la seule personne qui sache vraiment faire ça…ça serait cool pour tout le monde, à la bibliothèque…Et puis, c’est ton boulot après tout ! Oh, au fait, je suppose que je n’aurai pas le droit de trafiquer le résultat ? Pff, c’est pas drôle…


Elle plaisanta un peu, rapidement, elle n’était pas une comique qui connaissait tous ses livres de vanne par cœur, elle essaya de détendre l’atmosphère qu’elle avait elle-même instauré, avec son monologue long et déchirant, terriblement incompréhensible…ce n’était pas une manière d’accueillir les nouveaux, non ?


Elle se rapprocha doucement, avec une allure féline et sournoise. Un sourire difficile à interpréter s’était collé sur ses lèvres.

Ce genre de sourire inquiétant et sournois, toujours couronné d’une pointe de séduction. Ce genre de sourire qu’on évitait d’observer de trop près, de peur peut-être de comprendre qu’est-ce qui se cachait derrière – des crocs peut-être ?...


Elle s’arrêta doucement, leva le poing, le serra et le lança vers la tête de l’humain. Au dernier moment, elle adoucit sa poigne et finalement sa main vint se poser délicatement sur la joue de Samuel. Elle le regarda un instant, pensive, attendant la contre-attaque de l’homme qui risquait d’avoir des réflexes défensifs dangereux pour elle. Elle était rapide peut-être, surprenante sans doute, mais il n’était pas n’importe qui…
Un mètre quatre vingt dix de muscles, de sex-appeal et de force, combiné à un regard gris un peu trop intelligent et à une farouche expression du visage…extérieurement, c’était un battant, tout reflétait une certaine force délicate chez lui. Quelque chose de ronronnant, qui attendait. Intérieurement…ça, il n’y avait que lui qui savait…

Ça lui faisait un peu de peine, au fond. Rien qu’en le voyant, elle aimait déjà ce grand gars qui, à n’en pas douter, ferait un excellent humain.
Surtout pour la Bête qui profiterait de sa chair tendre.

C’était tellement injuste, des fois…
Alors elle demanda, d’une voix très douce et pressante :


- Dis, Samuel, tu me promets que tu mourras pas tout de suite hein ? Tu feras pas n’importe quoi ? Je te vois déjà entouré de flingues, tu veux tuer qui ici ? Te protéger ? Protéger les autres ? Regarde comme tu es casse-cou…et si tu meurs ? Qu’est-ce qu’on fait nous ? Qu’est-ce qu’on grave sur ta tombe ?

Je me fous que les autres meurent, mais tu es mon frère, je me fous que les Ombres et les Chimères se fassent décimer, mais vous c’est pas pareil…tous pour un et un pour tous non ?...

Ici y a pas de clémence…ce serait si triste si on se perdait déjà de vu…
Je parle comme une vieille maintenant, moi qui aie toujours détesté ça…fait attention, bientôt je vais me mettre à radoter, c’est mauvais signe pour toi !


Mais tout en parlant, en plaisantant pour noyer ses paroles trop alarmistes, elle se dit que c’est vrai au fond, qu’elle parle comme une vieille…peut-être parce qu’elle le devient un peu trop vite ici…oh, elle ne veut pas, elle aurait préféré rester jeune…mais en ce moment elle est fatiguée, terriblement fatiguée, c’est normal qu’elle se sente lourde…

Ça va lui passer, c’est rien…
C’est rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Jeu 27 Sep - 13:04

Décidément Samuel était un peu long à la détente car il n’avait pas vraiment compris la plaisanterie de Xarha et il sentait que ce ne serait pas la dernière fois que ses paroles resteraient un mystère pour lui. Mais heureusement, il avait quand même compris la question qu’elle lui avait posé et ça l’avait même un peu surpris d’ailleurs, il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui demande la permission, il l’imaginait incorrigible bavarde. Enfin peut être que s’il lui avait dit "non" elle serait quand même aller tout raconter aux autres. Peut importe de toute façon puisque ce n’était pas le cas.

-" Bien sûr que je proposerais la même chose aux autres, si je peux me rendre utile. D’ailleurs ce n’est pas un secret, tu peux parler de ça à qui tu veux "


Au moins la dernière blague, il l’avait comprise et même si elle ne le faisait pas tellement rire, il préféra faire comme si et répondit avec un sourire qui paraissait peut être un peu faux mais c’est le mieux qu’il pouvait faire.

-" Si tu trafique, c’est à tes risque et périls "

Ensuite il la laissa approcher, tout en cherchant à interpréter son sourire mystérieux mais encore une fois ce fut en vain. Il vit ensuite son poing se rapprocher de son visage mais il ne réagit pas, il faut dire que la main de Xarha n’avait vraiment rien d’inquiétant à ses yeux, à la limite agaçant comme la piqûre d’un insecte mais de toute façon il savait qu’elle n’avait aucune raison, si ce n’est peut être sa folie lunatique, pour l’agresser. Il la laissa faire se poser doucement sur sa joue et se contenta de le repousser, tout aussi doucement, d’un geste de la main. Il pensa qu’il serait peut être préférable de la prévenir mais il préféra rester sur le ton de la plaisanterie afin que ça n’est pas non plus l’air d’une menace.

-" Ne t’amuse pas trop à ça, j’ai parfois des réflexes incontrôlés, ce serait quand même dommage "

Il décida ne pas lui dire ce qui serait dommage, la laissant deviner ce qu’elle voudrait. Puis soudain le son de la voix de Xarha changea radicalement et Samuel fut d’abord surpris puis finit par sourire de façon attendrit face à cette douceur qui ne lui ressemblait pas vraiment et cette pointe d’inquiétude qu’on pouvait deviner dans ses intonations.

-" Tu n’as pas de raison de t’inquiéter pour moi, si je suis entouré de flingue c’est avant tout parce que ça me plait. Si je dois protéger quelqu’un je le ferais mais c’est pas mon genre de faire n’importe quoi. "

Il doutait sérieusement de pouvoir protéger tout le monde et de toute façon ça n’était pas vraiment dans ses intentions, il ferait simplement ce qu’il avait à faire. Mais elle l’avait appelé frère et quelque part ce mot l’avait touché, lui qui était fils unique ne savait pas réellement ce que ça signifiait mais il avait senti que bientôt ce mot prendrait tout son sens. Elle était réellement inquiète pour lui et bizarrement voila que maintenant c’est lui qui commençait de s’inquiéter pour elle mais aussi pour les autres du groupe. Il n’avait pas encore pris conscience des dangers que pouvait recéler la vallée et il n’avait pas été tellement inquiet, jusqu’à maintenant en tout cas. Il posa ses deux mains sur ses épaules et préféra détendre l’atmosphère par une petite plaisanterie mais surtout en changeant de sujet.

-" Si je meure tu pourra graver sur ma pierre tombale " RIP Samuel Parker, l’armurier mort d’inactivité ". Alors tu me l’emmènes cette douille ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Xarha
La Reine Rouge - PNK: pyromane, nymphomane, kleptomane
avatar

Nombre de messages : 838
Temps passé à Hollow Dream : Assez pour que vous ayez appris à m'aimer.
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Dim 30 Sep - 20:29



Malgré elle, un sourire involontaire, léger et tiraillé fit son apparition sur son visage pâle. Un moment, elle pensa même qu’elle allait rire, mais c’était comme si ce simple fait d’exprimer un peu trop de gaieté lui faisait peur : elle ne voulait pas attirer qui que ce soit ici, et surtout quoi que ce soit.
Elle laissa Samuel poser ses grandes mains sur ses frêles épaules, un peu gênée tout de fois. Un contact trop léger et trop…fraternel. Il n’y avait pas de violence derrière ce geste, pas d’arrière-pensée, et finalement elle se retrouvait complètement surprise devant ce geste, et elle ne savait pas vraiment comment réagir. Elle savait seulement que ce geste la touchait, et elle aurait voulu le dire, mais se retient juste à temps.

Manquerait plus qu’elle ruine son image de dur à cuire auprès de tous les humains qui traînaient dans le coin. Elle ne serait plus jamais crédible si des bruits sur sa sensibilité couraient.

Elle considéra encore une fois de ce regard lourd et mystérieux l’homme qui lui faisait face, une dernière fois. Oh, elle avait déjà tellement envie de le repousser loin, très loin, de se dégager de la légèreté de ses bras, de le descendre et de partir en courant. Un système de défense comme un autre.

Mais pourtant, à travers ses idées malades et sa raison inexistante, elle se sentait en sa présence presque...presque lucide.
Oui, cette présence sourde l’empêchait de tomber plus bas dans sa folie, et elle ne se sentait plus envahie par les terribles images qui la déchiraient pour l’instant, et elle n’était plus sous le joug de ses émotions incontrôlées et violentes. C’était comme si elle était sous une averse de pluie, comme si le ciel s’était ouvert et avait saigné, et qu’elle était là, dans la rue, les cheveux trempés et malade à en crever, tout en continuant d’avancer dans l’espoir que bientôt ce serait fini, et que quelqu’un lui avait donné un parapluie.

Et pour ça et son assurance il méritait sûrement plus son respect que beaucoup de gens qu’elle avait connu.


- Je suis assez okay avec toi, ce serait dommage que je me prenne une droite dans la gueule à cause d’un vieux réflexe. Mais si ça peut te rassurer, je ne te frapperai pas, c’est promis…ne le répète pas surtout, je ne voudrai pas que ma réputation soit réduite à néant parce que j’ai eu la connerie de jurer que je ne te ferais pas de mal.

Elle reprit entre ses mains son arme. Un Norinco 213, originaire de Chine sûrement. Le fameux « Black Star », que n’importe qui avait déjà vu aux mains des triades chinoises.
Ah, à condition que la personne soit comme elle et se soit déjà frotté aux nombreuses guerre des gangs en tout genre. Ou alors qu’elle soit allée au cinéma une fois dans sa vie.
C’était une arme assez originale esthétiquement, à peu près de 20 cm et légère. Elles tiraient du 9mm Parabellum, munitions les plus répandues et utilisées. Capacité de 8 coups, levier de sécurité. Bref, un pistolet maniable, efficace et confortable.
Mais à côté du Desert Eagle soigné et imposant de Samuel, il avait pour seule classe l’étoile noire sur sa culasse, effacé. Qui avait été son vrai propriétaire ? Comment était-il mort ?
En tout cas, il ne fallait pas espérer que les deux armes se chargent avec les mêmes munitions. Le Desert Eagle était tout de même d’une classe nettement supérieur à son malheureux flingue.

D’une main avisée elle fouilla quelque part dans une des poches intérieures de sa veste en cuir et sortit plusieurs cadavres de douilles de toutes sortes. Elle les collectionnait, avant. Et oui, elle avait toujours eu des goûts assez étranges pour la décoration.
Des 5.56 OTAN, des balles perforantes qui trouaient littéralement les victimes et brisent tous les os rencontrés sur les chemins, des balles dum-dum qui se déformaient pendant l’impact augmentant ainsi les dommages causés sans jamais tuer la victime…
Mais maintenant, c’était juste des cadavres sadiques qui ne trouvaient plus de propriétaire…Elle les regarda un instant avec nostalgie. Tant de travail, de perfection dans un si petit morceau de métal, combien de fois les avait-elle utilisé ? Elle était tellement libre avant, les flics savaient qu’il fallait fermer les yeux dans les rues où elle traînait, ils savaient que le ghetto n’était pas leur place, et elle avait toujours put faire ce qu’elle voulait. Elle avait eu entre ses mains des armes militaires si diverses, des éternels AK47 et même des lance-flammes. Armes légendaires qui n’étaient jamais resté entre ses mains, elles ne lui étaient pas désignées.

Elle se rappela du jour où elle avait écoulé un stock de mine pour la Bosnie. Elle se rappela des visages de ses associés, de ceux des Slaves dans les rues. Là-bas, le commerce était florissant, et elle avait retiré une très jolie somme de la vente.
Et il lui restait l’image du gamin qui avait sauté sur une mine – ce n’était peut-être pas une des siennes, mais elle s’était sentie coupable ce jour-là, coupable de voir le corps déchiqueté du gosse et de savoir que, ailleurs, elle alimentait la guerre et la mort.
Les pays slaves avaient été une mine d’or pour elle. Là où il y a la guerre, il y a de l’argent à se faire, c’est connu.
La guerre de Yougoslavie, celle de Tchétchénie, Darfour, Congo, Libéria, guérilla au Pérou, Afghanistan, des noms qui la ramenaient toujours à une période de sa vie.


*
- « Putain, comment on a roulé ce con de Bosniaque ! On se paye une bière pour fêter ça ? »
- « Je déteste l’Afrique, ça pue l’cadavre. »
- « Hey merde ! Ils ont arrêté de s’entre-tuer dans les pays slaves ! Nous font chier jusqu’au bout, on fait quoi de la livraison ? »
- « Monsieur, je ne vous permets pas d’avoir de tels doutes sur moi. Je fais juste du commerce de légumes. » *



Mais rien dans ces souvenirs ne lui évoquait de regret ou de scrupules, si ce n’est l’image de ce gosse aux yeux bleus qui s’était explosé sur cette mine. Et sa mort lui donnait du fric à elle, et comme ça elle subvenait à ses besoins de droguée, elle pouvait plonger le nez dans des paquets de coke et se piquer quand elle le voulait. C’était moche, en fait, la guerre, la violence, le sang, et ces armes qu’elle adorait en étaient un instrument si beau pourtant…
Heureusement, la guerre, ça ne se passait pas en Amérique, ça ne se passait pas à côté de chez elle, elle n’était pas poursuivi en sortant de chez elle par la présence de cadavres…elle n’avait jamais été poursuivie par les morts, et peut-être était-ce pour ça qu’elle avait baigné si longtemps dans ce métier si cruel…

Elle ne voulut pas laisser traîner le silence, elle ne voulut pas évoquer cette période de sa vie, sa vie en fait, dont aujourd’hui elle se sentait troublée.

Et elle ne voulait surtout pas être jugée par Samuel, ça la ferait trop souffrir.

Elle piocha rapidement la douille qu’elle cherchait et rempocha le reste tout aussi rapidement, comme si ces munitions la brûlaient. Elle savait que s’il n’avait pas été là, sa folie l’aurait sans doute amené à se confronter aux images qu’elle avait oubliées et qui venait encore une fois de se présenter.

- Alors, heureux ? Je t’ai trouvé une occupation finalement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Mer 3 Oct - 12:56

Samuel avait cru rêver, il avait entraperçu l’espace d’un instant un semblant de sourire qui avait illuminé furtivement le visage trop pale de Xarha. Mais celui-ci disparut presque aussi vite qu’il était apparut et Samuel fut un peu déçu. Il aurait aimé que ce sourire prenne un peu plus d’ampleur, qu’elle se laisse aller pour une fois mais apparemment elle n’avait pas encore assez confiance en lui pour y parvenir. Ils se connaissaient encore si peu mais il avait déjà envie de veiller sur elle comme il l’aurait fait s’il avait eut une petite sœur, c’était comme une évidence à ses yeux et en même temps un comble pour lui qui avait du attendre d’être dans le coma pour trouver un début de famille.

-" T’en fais pas, je sais garder un secret, tu peux me faire confiance "

Il lui avait rendu son Norinco, cette arme n’avait rien d’ordinaire finalement puisqu’elle reflétait parfaitement le caractère de sa nouvelle propriétaire. Samuel pensait que ce n’était pas les gens qui choisissaient leurs armes mais l’inverse, s’ils faisaient le mauvais choix celles-ci finiraient par les trahir tôt ou tard. La personne qui lui avait donné le black star ne s’était pas trompée et même si ce fut certainement involontaire elle avait su correctement cerner la jeune femme. Xarha pouvait être sûr d’avoir fait le bon choix en ne le refusant pas, comme lui-même l’avait fait avec le Smith&Wesson lorsqu’il était arrivé, elle pourrait compter sur son pistolet quoi qu’il arrive et l’armurier s’en réjouissait.

Il la regarda sortir une poignée de douille, bizarrement ce geste ne l’avait même pas surpris, comme si plus rien ne pouvait l’étonner venant d’elle. Il se moquait pas mal de savoir ce qu’elle faisait avec tout ça dans les poches, il ne voulait pas la questionner, elle était déjà suffisamment torturée. Elle était perdue dans ses pensées, il aurait voulu la sortir de cette spirale de souvenirs, chasser tous les démons qui semblaient la hanter mais peut être qu’au contraire il devait la laisser les affronter seule pour mieux s’en délivrer. Elle finit pas lui tendre la fameuse douille et les autres disparurent aussitôt alors il répondit à sa question avec un sourire ravie.


-"Oui très ! "

Il l’examina attentivement, elle ne présentait apparemment aucuns défauts, il allait pouvoir la cloner sans trop de difficulté. Il commença par nettoyer soigneusement les résidus de poudre, puis il recommença les opérations qu’il avait effectué un peu plus tôt pour ses propres munitions, à la différence qu’il était d’autant plus concentré qu’il n’avait pas l’habitude de travailler avec des spectateurs sans compter que ces balles étaient bien plus petites et par conséquent aussi difficile à réaliser qu’a manipuler. Il essaya de faire abstraction de tout ce qui l’entourait, il ne voulait surtout pas prendre le risque de faire une erreur. Quand il eut finit il lui tendit la poignée de huit balles de calibre 9mm parabellum.

-" J’espère que tu ne feras pas de bêtise avec et n’hésite pas à revenir me voir si t’as besoin de quoi que ce soit."

Il espérait vraiment qu’elle suive ses conseils car il avait peur que son comportement irrationnel finisse par lui attirer de grave ennuie ou pire encore, qu’elle se laisse gagner par la colère ou la rancoeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Xarha
La Reine Rouge - PNK: pyromane, nymphomane, kleptomane
avatar

Nombre de messages : 838
Temps passé à Hollow Dream : Assez pour que vous ayez appris à m'aimer.
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Mer 3 Oct - 21:01

Sourire en coin, sourire enfantin.

Sa main tremble à peine lorsqu’elle saisit avidement les balles. Des souvenirs étranges la remue, des souvenirs qui la ronge depuis si longtemps.

Ils...

Elle sait qu’ils vont revenir, les salauds ! Ils vont profiter de chaque seconde d’inattention, de chaque seconde de solitude pour venir la mordre et l’aveugler.
Rester forte.
Unie.

Comment on fait pour rester fort ?
C’est quoi, la recette miracle ?


Oh, elle sait qu’ils vont revenir. Ils reviennent tout le temps.


Ils.


De temps en temps ils sont calmes. Des fois ils ne la blessent que pour la beauté, des fois ils la blessent parce qu’ils aiment ça tout simplement.
Elle est écorchée sous leurs doigts avides.
Eux qui sont là tout autour, mais qui restent sages et invisibles près de Samuel…

Elle essaie de ne pas perdre son sang-froid. Mais elle veut s’enfuir, tout de suite, plutôt que de s’effondrer aux pieds de cet homme.

C’est trop lui demander. Elle est si fière, Xarha. C’est la seule chose qui lui reste encore quand ils la déchirent et qu’elle doit se battre contre eux.
Elle ne se laisse pas faire ; elle les attend souvent pour les éteindre, mais ils finissent par l’étreindre de leurs sourds baisers.

Les balles l’ont réveillé.


Elle se rappelle presque des visages, des noms, des pierres dans les cimetières.
Des images de mort, bien sûr, et puis de ceux qui vivent, qui survivent, qui se plaignent et se traînent, qui étouffent et s’essoufflent…
"Mais qui sont ces serpents sifflant sur son Samuel ?

(ils sont là...)


Des souvenirs comme des autres. Des pièces de mémoire détachable, attachées, abîmées et rangées sauvagement. De temps en temps le rangement est mal fait et quelque uns réussissent à s’échapper ; mais elle ne peut pas les laisser l’envahir si facilement.

Parce que Samuel est là. Parce qu’il est si beau, et qu’elle a promis de ne pas le blesser. Jamais.

Alors il faut qu’elle s’en aille tout de suite, non ?

Ou elle va regretter. Et elle n’est pas du genre à regretter.
Elle va souffrir peut-être, mais ce n’est pas grave. Le plus important, c’est lui.

Un long sourire délicat, faible et réel s’affiche sur son visage. Peut-être que ce sera le dernier sourire aussi sincère qu’elle donne ; peut-être que, s’ils se recroisent, elle ne sera plus que violence et aura oublié.
Sa pauvre mémoire, qui ne l’écoute pas. Ce serait dommage.
Dommage.

En attendant elle veut paraître comme avant. Lui montrer, lui prouver ce qu’elle avait été. Elle veut sourire comme un mannequin.

Avant elle était si belle, elle aussi, si jeune, si assurée et audacieuse ; est-ce qu’il le voit ?
Elle était suicidaire, indécente et rafraîchissante ; est-ce qu’il le voit ?
Avant elle était intense, pâle, fade, rouge et noir sur fond bleu, avant elle arrivait à penser sans s’embrouiller, elle pensait pas, avant elle était belle elle était amante sœur et amie…
dis, Samuel, tu le vois ça ?


Tu vois quelle conne j’étais, quelle salope je faisais ?

J’admettais à peine que je tuais…
Ce n’était jamais ma faute.
Je foutais le feu, des fois, quand j’arrivas pas à allumer mon beddo correctement.
De temps en temps je frappais ceux qui me cherchaient un peu trop ; ça me détendait.
Sans jamais rien avouer, sans jamais ouvrir les yeux. Respirer.

Respire.
RESPIRE !


Mais c’était impossible ; j’avais pas le temps pour ça. Vitesse, temps perdu, vitesse, pressée, tellement pressée jusqu’à en être écrasée, broyée, os par os !...
vitesse, vitesse, le vent qui souffle et les hommes qui rentrent et qui sortent d’une chambre…
Avant j’implosais et explosais comme une bombe bien minutée, le micro-ondes qui sonnait quand les raviolis sont cuits…
Nucléaire !
Je veux du nucléaire !
De l’éther dans la tête…tu sens comment il remonte en toi ?
Il brûle…

Il est mort l’éther, y a plus d’éther, y a plus rien ici pour se cacher…

Où sont les plants de cannabis ? On peut pas faire pousser de l’herbe ici ? Merde, on est dans une Vallée tout de même !
Et la cigarette ? Pas de nicotine ?...
Le LSD, ça tombe pas du ciel ma grande…

Un besoin comme un autre. Les balles, la drogue, tuer, oublier ; et toi !...toi tu me fais trop respirer, tu me normalises ! Tu me protèges et m’étouffe…
A quoi tu sers ?...
Va t’en !
Ici c’est ma place ! Mon terrain ! Mon gang !...[/i]

- Samuel ! Samuel ! J’ai promis de pas te blesser !
Rappelle-le moi…Pardonne-moi…
Ils m’obligent tu sais !
Ils m’obligent comme ils ont fait tout le temps, c’est pas ma faute, même quand c’est ma faute ! Ils voient là où c’est tout noir…ils respirent là où je crève…mais je les laisserai pas !

Samuel !
Va t’en, dégage, t’attends quoi là ? Qu’est-ce que tu fous encore ici bordel de merde ! T’es sourd ?

Ils sont sourds, plus que moi !...

On les entend jamais quand ils viennent…

Putain mon vieux tu commences à me prendre la tête là ! Ils viennent, tu comprends ça ?!...
C’est TA faute !


Discours décousu, cordes vocales trop tendues. Plus de masque, plus de joker.

Il veut la connaître ? Qu’il la connaisse.


Elle est ça, elle est ce truc que chacun possède, cette essence de douleur et de colère qui tente de survivre dans les veines et qui rend le sang chaud.
Elle se lance sur Samuel comme une vipère se jette sur une souris ; et les muscles délicatement travaillés renversent l’homme surpris par la force inattendue de la gamine des rues, de celle qui a passé sa vie à se battre et qui en connaît un rayon.
Il tombe ; elle est sur lui, au-dessus, et abat son poing à côté de son visage, des larmes plein les yeux.

Ses yeux ! Mon dieu ses yeux !

Elle sait !...elle va les donner, les offrir à son Ombre !
La sienne !
Elle va lui donner pour qu’elle la voie et qu’elle se rappelle…Elle la remerciera !
La prendra dans ses bras ! Et elle verra qu’elle est là, toujours, toujours, toujours, et elle verra tout ce qu’elle ne voit pas, ou alors elle la tuera et la hachera menu, morceau gris par morceau gris, et elle l’enterra à côté de Samuel, son frère d’armes, son frère humain, et ils auront tous les deux une tombe bien propette, oh elle passera mettre des fleurs !

C’est beau, les fleurs, non ?

Des jonquilles et des roses
Des marguerites et des tournesols
Fanées !
Elle seront toutes fanées à la fin de l’année…


Mais non, y a pas de fleurs à Hollow Dream…aucune…


- Pourquoi tu me regardes ! Pourquoi !
Il m’a regardé lui aussi ! Ils m’ont tous regardé !
Tais-toi ! Tais-toi !


Elle griffe sa joue ; elle surveille, prête à tirer si il bouge, s’il ne se laisse pas maltraiter comme elle a été maltraitée.

Mais dès qu’elle sent ses ongles fins riper délicatement sur la peau douce de l’humain, elle s’effondre en larmes. Secouée de sanglots infinis elle se penche et serre l’humain entre ses bras trop faibles, ses bras trop violents ; elle l’embrasse à peine pour se faire pardonner, et le recouvre de ses cheveux écarlates. Elle le serre un peu comme un doudou ; elle n’a plus d’images dans ses yeux gris.

Gris.

Gris…


- Pardon, pardon, pardon…j’ai promis, j’ai promis pourtant ! Je t’aime, pardon, pardon…

Elle se fait douce, délicate quelques millièmes de seconde ; elle se renverse pour ne plus l’étouffer, elle roule sur le côté et se relève.

Fuir. S’éloigner.
Elle s’étouffe, des spasmes agitent son petit corps blessé tandis qu’elle se griffe et tente de partir ; elle se relève, retombe, reste à terre, roule, chorégraphie pure et sans âme.
Elle veut partir, s’enfuir, elle se sent traquée. Elle part avant le contrecoup, elle part avant d’être jugée.

Comme une bête.

Comme la bête que je deviens…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel
Lucky Luke?...Il tire. Ouais. Il tire.
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 34
Temps passé à Hollow Dream : 3 ans deja
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   Mar 16 Oct - 13:58

La poignée de munitions passa dans sa main comme un cadeau qu’il lui fit. Il sourit, il était satisfait d’avoir pu lui rendre service et il avait hâte de pouvoir faire la même chose avec les autres humains, s’il pouvait leurs redonner un peu d’espoir, les aider d’une manière ou d’une autre il n’hésiterait pas. Mais quelque chose n’allait pas et inconsciemment il s’en doutait. Il vit enfin le regard de Xarha, il était bien différent de celui observé un peu plus tôt. Les démons n’avaient pas perdu de temps et ils avaient déjà repris leurs droits. Il le savait mais il ne réagit pas pour autant car Samuel n’était pas le genre à fuir alors il resta là, il écouta ses mises en garde ses excuses, il la défiait presque. Il se demandait si elle serait assez forte pour tenir ses promesses, si ce n’était pas le cas il ne pourrait plus rien pour elle, elle serait perdue quoi qu’il fasse et quoi qu’il dise.

Soudain tout bascula, elle céda à ses pulsions et elle se jeta sur lui, il fut bien trop surpris pour réagir et heureusement car de toute façon ça n’aurait servi qu’à attiser sa folie destructrice. Chaque coup de griffe que lui portait Xarha ne faisait pas que atrocement entailler son visage et brûler ses chairs, ils l’atteignaient aussi au plus profond de son cœur car pour lui ce n’était que la confirmation de ce qu’il redoutait, son humanité s’envolait peu à peu, ce n’était plus qu’une question de temps avant que celle-ci ne soit plus qu’un souvenir.

Vient subitement le moment du pardon, aussi imprévisible que surprenant, elle se faisait câline à présent mais il était trop tard pour les regrets, il ne dirait rien et ne ferait rien cette fois ci et pourtant ce n’était pas l’envie qui lui manquait mais il savait qu’à la prochaine rencontre il ne lui ferait pas de cadeau. Il était en colère pas seulement contre elle mais aussi contre lui-même de s’être laissé piéger. Ses larmes brûlaient ses plais, ses cheveux et ses bras l’étouffaient, il résistait à l’envie d’agir, il aurait voulu lui faire payer mais l’armurier n’était pas comme elle, il ne voulait surtout pas céder à sa colère, il savait que ça n’engendrerait rien de bon. L’étreinte, qui avait pris des allures de supplice, se termina enfin et il pu respirer à nouveau alors que déjà elle fuyait et il n’avait pas l’intention de la retenir.

Il se redressa et la regarda partir, il essuya d’un revers de main le sang qui maculait son visage, mais sa peau salée ne fit qu’accentuer encore un peu plus la douleur. Cependant celle-ci était moindre comparé aux blessures qui meurtrissaient son âme, il avait énormément de peine, il venait de perdre une sœur car pour lui elle était déjà morte, d’une manière ou d’une autre elle était perdue, il en était persuadé. C’était bien la première fois que quelqu’un lui lacérait ainsi le visage et il espérait bien que ce serait la dernière. A peine quelques jours qu’il était arrivé et il avait déjà vu et vécu tellement de chose étrange, dangereuse et horrible. L’adaptation était dure, très dure même, mais il fallait surmonter tout ça, toujours avancer face aux épreuves qui ne faisaient au final que le rendre plus fort et déterminé et surtout le plus important à ses yeux s’il voulait espérer survivre dans cet enfer, rester lui-même à n’importe quel prix. Mais pour l’heure il rêvait de rentrer au refuge pour essayer de soigner ce que la folle lui avait fait et surtout prendre un repos bien mérité. Il remballa vite fait son attirail et partit sans attendre.


[Fin de topic pour moi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divine-comedy.bbactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Munitions ?... ^^   

Revenir en haut Aller en bas
 
Munitions ?... ^^
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Instruction Technique Armes de Poing
» Nostale !! :D
» Munitions des terres désolées
» Création arme à feu et munitions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 2-
Sauter vers: