AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Coup prophylactique

Aller en bas 
AuteurMessage
Llugh
Dromadulaire Serpillus Rudolphe.
avatar

Nombre de messages : 796
Temps passé à Hollow Dream : Dieu seul le sait...
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Coup prophylactique   Lun 20 Aoû - 0:41

[ Arrow Les ruines : Asile!]

Rencontrer l'être bannie ne laissa pas Llugh indifférent. Ce qu'elle lui avait dit... La facilité apparente avec laquelle il aurait la capacité de se mêler aux ombres mouvantes parmi les murs abandonnés... Déjà mort...
Ceci lui rappelait des souvenirs. Il ignorait quels souvenirs, encore une fois il se surprit étranger à lui-même, tentant de découvrir les blessures profondes qui le rongeaient. Serait-il possible qu'il ignore tout de lui même? Une ombre... Un fantôme...
Ridicule. Il était le fruit de la vallée. Du temps où l'hiver n'avait pas encore soumis ses arbres, soldats de glaise indifférents à la vérité, du temps où l'odeur familière de la nature renaissante suffisait à imaginer une résurrection improbable. Mais il n'était en aucun cas associé à Grianan, ce soleil hivernal à la lueur froide, il ne pouvait être fantomatique...
Fils du ciel et de la terre, il savait bien ne pas se trouver dans sa terre originelle, si loin de Tyr Na nOg, mais son statut le peinait au point de presque envisager d'être mort.

Llugh pénétra donc le manoir, sans se soucier d'être vu, mais apparemment il ne troubla le sommeil de personne. Seule l'imposante demeure semblait encore posséder un souffle de vie. Même le plafond si haut, n'accueillant pourtant qu'une quantité impressionnante de vide et de ténèbres, lui sembla amène.
Il caressa la peinture écaillée des murs, sentant leur rugosité comme autant de promesses protectrices. Non, les bêtes ne pourraient assurément pas s'introduire ici. La rigueur de l'hiver lui semblait tellement distante... L'intrus fut immédiatement adopté par la sombre bâtisse, tout comme celle-ci enchanta l'obscur, lui soutirant presque un semblant de sentiment ardent. Il pouvait en effet se sentir chez lui...


*Bríd aurait-elle raison...?*

Une sensation particulière l'interpela, l'attirant vers le salon. Quelque curiosité frôlant le souvenir.
L'âtre se tenait là, désinvolte, comme étranger au domaine, crépitant d'une chaleur miséricordieuse, narguant la toute puissance de l'hiver. Mais il semblait vouloir consumer la vie de tout ce qui s'en approchait, dévorant le bois comme l'espoir.
Non loin de là, un échiquier de marbre sur un piédestal, noir et blanc, à l'image de Hollow Dream, attendait vainement le prochain mouvement des pièces en espérant voir la situation évoluer.


*Quel destin notre vallée peut bien nous réserver...?*

Llugh effleura délicatement le cavalier noir qui reflétait la lueur chatoyante du foyer.
Quelle était cette étrange sensation qui le prit par surprise dans les ruines? Une chose était certaine: cela provenait du village des hommes... Il n'avait malheureusement pas pu apercevoir quoi que ce soit de là où il se tenait, mais un vent violent lui avait traversé l'esprit. Il allait falloir leur rendre visite tôt ou tard. De toute façon, une visite de "courtoisie" faisait déjà partie de ses plans.

Ces ombres se révélaient être des créatures bien étranges. Leurs intentions restaient particulièrement floues. L'obscur avait ses propres raisons de se comporter ainsi, mais elles, elles semblaient suivre les ordres d'un chef, Vincent, prince des ténèbres, qui, selon l'exilée, avait des intérêts dans la poursuite de cette guerre.


*Peut-être pourrais-je en tirer partie...*

Llugh s'appuya nonchalamment contre le piédestal. Peut-être l'avenir de ce monde était en jeu sur cet échiquier de glace, il lui faudra donc faire preuve de ruse et de diplomatie, quitte à se montrer machiavélique.
Un air étrangement familier l'empli d'une mélancolie tout aussi coutumière. Il en fredonna lentement la mélodie, revenant d'elle même petit à petit. Calmement et tendrement, il murmura pour les flammes...


"Suil, suil, suil a ruin..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Mar 21 Aoû - 15:45

"Suil, suil, suil a ruin..."

Chléa sursauta de son fauteuil, près de cette piste de danse où s'agitaient des flammes aux formes multiples et variées. Le feu formait un kaléidoscope dans les yeux de la clarinettiste, qui avait commencé à s'assoupir. Mais le son d'une chanson qu'elle avait entendu dans son enfance la rappela à la réalité. La rouquine se retourna afin de découvrir d'où venaient ses paroles connues, de la voix de quelle ombre de ce sombre manoir elles pourraient provenir.

"...Siúil go sochair agus siúil go ciúin..."

C'était la suite de la chanson que Chléa avait fredonné à son tour.

*Vas, vas, pars mon amour...
...Marche silencieusement et paisiblement...*


La suite, elle ne le prononcera pas, car où que son être aimé soit parti, il ne s'est pas envolé avec elle. Et de plus, elle n'esperait plus qu'il soit en paix.

En se retournant, Chléa aperçut une ombre semblant la fixer. En fait elle n'eut pas conscience tout de suite de sa présence, le prenant au premier regard pour un tronc d'arbre givré posé là contre le piedestal.

"Est-ce vous qui chantiez à l'instant?"

Le feu éclaira un instant son visage recouvert d'une barbe noire fournie parcourue par quelques cristaux de givre. Il portait des peaux de bêtes sur le dos et semblait avoir vécu lui aussi dehors, mais d'une façon toute autre que l'ombre rousse. Chléa s'était toujours tenue à l'écart, mais n'avait jamais vécu ainsi, tel qu'un chasseur, qu'un animal. L'automne apportait son lot de fruit et l'hiver son lot de roublardise. En effet, la clarinettiste préférait voler sa nourriture aux rares humains qu'elle croisait, où même se contenter de lièvres abattus par la ruse plutôt que de vivre traquante et traquée. Elle a toujours su éviter les combats et les rencontres funestes. Cependant, ça ne semblait pas être le cas de cette homme. Il était devenu partie intégante de la vallée, en devenant un de ces animaux. Il avait épousé le mode de vie de chasseur, s'était adapté, tandis que Chléa s'était tournée égocentriquement vers sa musique pour éviter le monde dans lequel elle avait débarqué.

Et ce sauvage connaissait les chansons que la mère de la rouquine chantait parfois le soir. Qui était-il? Un irlandais? Ou quelqu'un de bercé par cette culture comme l'avait été Chléa? Elle ne le savait pas encore, mais n'allait certainement pas tarder à le savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Llugh
Dromadulaire Serpillus Rudolphe.
avatar

Nombre de messages : 796
Temps passé à Hollow Dream : Dieu seul le sait...
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Jeu 23 Aoû - 22:43

Le feu sembla l'accompagner, l'aidant à se souvenir... Mais ce fut l'harmonie d'une chevelure flamboyante qui se manifesta. Rayonnante et ruisselante d'éclats mordorés, comme rattachée à l'âtre. L'égérie chantonna la suite de la complainte d'une douce voix, comme on raconte un secret.
Charmé, Llugh observait la nouvelle venue, ne l'apercevant pourtant que partiellement. Il sourit intérieurement de ne pas avoir perçu sa présence. Intérieurement, oui, car comme à l'accoutumée, ses émotions ne se manifestaient que rarement. Il avait à la longue perdu l'habitude de communiquer d'une manière ou d'une autre...
Celle-ci se retourna, l'abordant de manière fort courtoise. Mais Llugh prit quelques secondes pour répondre, quelques secondes pour elle. Le temps de la contempler, d'étreindre son regard aux nuances émeraudes des jeunes feuilles, juste quelques secondes...


"Il me semble, oui."

Etait-ce vraiment lui qui l'avait fredonné? La chanson s'était imposée d'elle-même, comme étrangère, et pourtant si familière... Comment en être sûr? Par ailleurs, la dame à la chevelure de cuivre semblait bien la connaitre aussi. Quel lien pouvait-elle avoir avec ces étranges souvenirs qui le troublaient?
Cette chanson avait un arrière goût amer. Pourquoi s'en rappeler maintenant?


"Cet air m'est devenu familier à mon insu. S'il revêt un semblant d'amertume, il reste pourtant étranger à ces terres, n'ayant rien à voir avec les évènements qui nous affligent.
Curieusement, vous ne m'êtes pas étrangère. Se pourrait-il que le sang qui se déversa en Tyr Na nOg coule désormais dans vos veines? Auquel cas votre présence ici me reste un mystère."


Une étrange sensation le parcourait en observant son interlocutrice... Comme un autre souvenir qui tentait tant bien que mal de percer son cœur de glace.

*Et cette chanson...*

Llugh avait visiblement beaucoup à apprendre de la demeure. Celle-ci l'inonda en quelques heures de plus d'émoi qu'il n'en ressenti en de nombreuses années. Le lien était indéniable, mais admettre son statut d'ombre était bien plus difficile.

La jeune demoiselle rousse l'intriguait. Il savait bien qu'elle l'écoutait, mais elle semblait lointaine, distante. Comme si elle n'était présente qu'à demi, attentive à ce qui l'entourait, ainsi qu'à d'autres choses, qui ne nous sont pas possible de voir.
Et cette créature, qu'est-ce qui pouvait bien la pousser à faire partie de ce monde? Peut-être n'était-elle pas rattachée à cette guerre... Peut-être y jouera-t-elle un rôle crucial... Il ne fallait certainement pas jouer à la légère.


*L'issue de cette guerre déterminera sûrement mon avenir en ces lieux...*

"Pardonnez mon indiscrétion... Mais je débarque ici et suis bien peu informé de ce qui s'y trame... Peut-être pourrais-je y voir plus clair à travers vos yeux..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Sam 25 Aoû - 15:47

C'était bien lui, le chanteur. Ce sauvage semblant tout droit sorti du célèbre roman de Daniel Defoe. Il n'était bien sur pas ce célèbre marin naufragé. Hollow Dream est bien plus froid que l'île de ce dernier, d'ailleurs, et là-bas, contrairement à ce purgatoire, l'espoir était permis. A la grande surprise de l'ombre rousse, il semblait bien qu'il soit d'origine irlandaise, sans doute même irlandais.

De ses yeux verts, Chléa semblait voir ce vagabond... fondre. Comme si après tout ce temps passé entre vent et neige, il pénétrait en ces lieux et y découvrait quelque chose... quelque chose qu'il avait en lui... peut-être... une lumière givrée, trop longtemps prise par les glaces.

"Pardonnez mon indiscrétion... Mais je débarque ici et suis bien peu informé de ce qui s'y trame... Peut-être pourrais-je y voir plus clair à travers vos yeux..."

La clarinettiste n'avait pas eu besoin de ces paroles pour comprendre que cet homme ne connaissait pas les lieux, qu'il avait vécu loin des commerces des ombres pendant bien longtemps et que, bien évidemment, il ne comprennait pas tout de ce nouveau monde. Mais il n'allait pas tarder à savoir que Chléa aussi était étrangère à tout cela.

"Oh... Je ne sais pas si mes yeux pourront vous être d'une grande utilité... Je suis arrivée au manoir aujourd'hui, et même avant cela, je n'y passais que très rarement. Les ombres et leurs affaires ne me concernent pas et je ne vois aucun intêret pour les miennes de m'y interesser."

Elle s'arrêta un instant pour contempler les flammes dansantes, puis se retourna vers son interlocuteur.

"Mais parfois, cela fait du bien d'avoir un endroit où se protéger du froid, du vent, de la neige... et de ce qui y rôde. Ne pensez-vous pas?"

Elle passa ses doigts de clarinettiste dans sa longue chevelure rousse. La neige fondu qu'elle avait senti tout à l'heure avait disparue. L'ombre était à présent sêche, mais malgré l'intense envie de quitter cet endroit, elle y restera sans doute encore quelques temps.

"Comment vous appellez vous?", rajouta-t-elle afin de faire plus ample connaissance puis, afin d'en avoir le coeur net: "Où avez-vous connu cette chanson?"
Revenir en haut Aller en bas
Llugh
Dromadulaire Serpillus Rudolphe.
avatar

Nombre de messages : 796
Temps passé à Hollow Dream : Dieu seul le sait...
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Dim 26 Aoû - 21:27

"Je me nomme Llugh. Simplement Llugh. A qui ai-je l'honneur?"

Cette chanson lui rappelait des plafonds nocturnes étoilés, une tendresse attentionnée telle qu'il n'en avait jamais vu ici, en des temps où il ne connaissait pas encore cet endroit. Souvenir abstrait d'un baiser supplanté par la souffrance constante d'une morsure glacée.

*Certainement avant la création de ce monde* se dit-il...

Il ne pouvait détacher ses yeux de la chevelure rousse de l'apparition, aussi ardente que la chaleur du foyer qu'ils étaient venus trouver ici.
Petit à petit ces couleurs chatoyantes se dessinaient de plus en plus nettement, comme la neige fige les contours des pierres tombales d'une immaculée aquarelle blanche.
Seulement l'esprit de Llugh renfermait plus de morts que la fosse commune, autant de souvenirs en décomposition que de lourds flocons froids et insensibles. Et profaner une amertume si profondément enterrée n'était pas sans risques.
Cette demoiselle en apparence si jeune portait pourtant son empreinte dans le cœur de l'obscur. Une empreinte marquée au fer rouge dans le sang et la douleur.
Une odeur lui parvint. Douce mais âcre, chaude mais avec un arrière goût métallique. Le parfum de son propre ichor lui emplit les narines, le prit à la gorge et il sentit ses tripes l'étrangler, comme un nœud coulant à l'estomac.

Maugréant entre ses dents, Llugh siffla plus qu'il ne chuchota, tel un venin que l'on distille au compte-goutte:


"Fianna..."

Dire qu'il se souvenait réellement de sa dulcinée eut été exagéré. Mais il savait, au delà des mots, là où seule la passion s'exprime, il savait. Avec la souffrance de l'amour, la lucidité de la haine, il se souvenait d'avoir été trahi par celle en qui il avait le plus confiance. Il savait que sa présence en ces lieux était liée à cette perfidie.
Et l'ombre de cuivre lui ressemblait tellement...
Un instant il la regarda différemment, il la vit différemment. Mais il détourna son regard. Il n'était pas de ces fous qui pensent pouvoir regarder le soleil en face sans s'en brûler les yeux.
Llugh se rapprocha du feu, espérant peut-être que sa morsure serait moins terrible que celle du froid ou de l'amertume.


"C'est une histoire ancienne... Éire go deo, son royaume. Rien à voir avec cette cour d'hiver qui nous séquestre... Mais ce chant est tout sauf salutaire. Une ancienne promesse rompue, un espoir anéanti, comme un bourgeon gelé serait brisé par le vent glacial."

[HRP: "Éire go deo" signifie "L'Irlande toujours" (et Éire en était une princesse, d'où le nom)]

"Certes, vous y êtes en sécurité, mais pour combien de temps encore? Si une horde de créatures diverses venaient achever ce qu'il reste du manoir, que ferez-vous?
Visiblement notre refuge a déjà sérieusement encaissé les blessures du passé. Si jamais nous venions à essuyer autre un cuisant échec, qu'est-ce qui pourrait-bien vous protéger des griffes des bêtes et des crocs du froid?
Cette guerre vous restera encore étrangère jusqu'à cet inévitable dénouement. Et je crains fort que cela nous arrive tantôt..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Mer 29 Aoû - 11:29

Le dénommé Llugh dévisageait Chléa avec un interêt non-dissimulé. Mais tandis que celui-ci se perdait dans la longue cheveulure rousse de celle-ci, la clarinettiste entendit quelque chose d'étrange. Dans une vaine tentative de chuchottement, Llugh cracha un unique mot, un nom de toute évidence, même plus précisément un prénom féminin, Fianna. Du moins c'est le mot qui arriva dans les oreilles de Chléa.

*Qui est-ce? Une femme que vous avez connu sans doute... Je vois que chacun de nous possède son passé avec son lot d'amours et de souffrances...*

"Certes, vous y êtes en sécurité, mais pour combien de temps encore? Si une horde de créatures diverses venaient achever ce qu'il reste du manoir, que ferez-vous?
Visiblement notre refuge a déjà sérieusement encaissé les blessures du passé. Si jamais nous venions à essuyer un autre cuisant échec, qu'est-ce qui pourrait-bien vous protéger des griffes des bêtes et des crocs du froid?
Cette guerre vous restera encore étrangère jusqu'à cet inévitable dénouement. Et je crains fort que cela nous arrive tantôt..."


Certes, cela arrivera, c'était certain. Chléa y avait un peu pensé, mais sans trop s'attardé sur le sujet. A cette occasion, elle retournerait sans doute à sa vie d'avant, et dans le cas où l'hiver persiste, elle chercherait à nouveau un abri. Cependant, sa rencontre avec l'ombre grise l'avait changé quelque peu. Elle se sentait désormais peut-être plus impliquée dans la lutte contre la vallée.

"Je ne sais pas vraiment ce que je ferai. Je pense que je retournerai à l'air libre, si ces évènements arrivaient. Je partirai loin d'ici, avec mon instrument pour seul compagnon, et nous jouerons notre musique. Peut-être même rejoindrai-je quelqu'un au dehors... Ces évènements approchent, en effet, mais même si je souhaite lutter contre la vallée et contre le sort qu'elle nous réserve, même si je souhaite découvrir ses secrets, je ne me sens pas liée à ce manoir. On verra ce que je ferai demain, lorsque demain arrivera. N'êtes-vous pas d'accord avec cela?"
Revenir en haut Aller en bas
Llugh
Dromadulaire Serpillus Rudolphe.
avatar

Nombre de messages : 796
Temps passé à Hollow Dream : Dieu seul le sait...
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Ven 31 Aoû - 16:30

"Il faut croire que non."

Llugh commençait à prendre goût aux enjeux qui bousculaient la vallée, à s'immiscer dans les méandres des problèmes que ses habitants se créaient eux-mêmes de toute pièce. Cette guerre promettait une lutte acharnée des plus savoureuses.
Quel qu'il soit, le jeu valait sûrement quelques sacrifices.


"Demain sera ce que nous en faisons aujourd'hui.
Il est inenvisageable qu'il me soit hors de contrôle, roulant au grès du hasard et fidèle au destin."


La vague de rousseur avait refusé de se présenter. [HRP: Wink ] Peut-être ne l'estimait-elle pas nécessaire, peut-être voulu-t-elle lui faire sentir son détachement face au manoir et tout ce qu'il représentait. Il est vrai qu'il est imprudent de se laisser nommer à tous vents, un nom limite les possibilités en restreignant un concept n'ayant pas forcément d'unité spécifique.
Toujours est-il qu'avec sa ressemblance frappante avec la traîtresse, il n'en fallu pas plus à l'obscur pour transférer sa rancœur sur elle.
L'amour et la haine intimement liés.
Entre reproche et supplication.


"Croyez-vous peut-être que la demeure acceptera de vous avoir protégée sans rien demander en retour? Croyez-vous qu'elle sera apte à vous laisser simplement partir? Et comment croyez-vous que les nôtres réagirons à votre fuite?
Que vous le vouliez ou non, cette guerre est indissociable de la vallée, de vous-même. D'une manière ou d'une autre nous sommes amenés à nous plier à cette triste vérité. Nul part où nous puissions être en sécurité, rien à quoi se raccrocher, tenir bon est tout ce qui nous reste.
Sans oublier les bêtes..."


*Cette maudite guerre qui m'arracha à ma douce solitude... Puisse-t-elle m'être favorable.*

Llugh était partagé. Il sentait un rire viscéral voulant s'échapper, mais la colère le tenait enchaîné. Ce qui ne fit qu'accroitre sa frustration. Ces derniers évènements ne dépendaient absolument pas de son bon vouloir, et il refusait l'emprise des terres tout comme il refusait celle des autochtones. Non, ça ne se passerait certainement pas de cette manière, il y veillerait.

Il la regarda à nouveau, une lueur de défi traversa son regard.


"Dois-je en déduire que votre loyauté est à remettre en cause? Avec tout ce que ceci pourrait impliquer...?"

L'ombre animale, spectre d'une plante carnivore s'apprêtant à refermer ses mâchoires végétales, s'approcha lentement de la non-nommée... A pas feutrés, insolent, guettant sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Mar 4 Sep - 18:22

[HRP: Oups... =/]

Les idées guerrières du barbu commençait à chauffer les oreilles de la clarinettiste. *Même morts, même dans cette état à peine qualifiable d'existence, ils continuent à vouloir se fouttre sur la gueule!* Chléa était la première étonnée de sa vulgarité, mais elle le pensait réellement. *Quand allaient-ils donc cesser?* Cette repproche n'était pas destiné en particulier à l'ombre qui se tenait devant elle, mais à toutes les ombres, ainsi que les chimères et les humains qui continuaient à vouloir se battre, encore et toujours. Oh, bien sur ils avaient tous de bonnes raisons de le faire! Celui-ci voulait participer à une sorte de combat épique entre la Vallée et ses habitants. Mais avant que la-dite Vallée ne se rebiffe en envoyant son lot de malheurs, les humains voulaient se battre pour se bâtir une place de choix dans le monde des vivants; *Eux et leur éternelle espérance...* les chimères combattaient par colère et par rage, réagissant ainsi devant l'incompréhension laissée par leur emprisonnement si arbitraire; tandis que les ombres se battaient par simple jalousie. Chléa le savait bien, elle avait observer tout cela lorsqu'elle errait. Ils avaient peut-être une bonne raison de se battre cette fois-ci, mais l'ombre rousse savait qu'ils en trouveraient bien une autre si ils arrivaient à vaincre les bêtes. Les humains (et ce terme était ici général, désignant ombres, chimères et humains, dans ce monde-ci comme dans l'autre) s'étaient toujours entendus lorsqu'il s'agissait de trouver une raison pour déclarer des hostilités.

"Je n'ai aucuns comptes à rendre aux ombres de ce manoir. Celle qui m'a accueuillie est partie et si ma présence dérangeait, je serais prête à quitter ces lieux dans la seconde. La guerre ne concerne que ceux qui se plient à se volonté. La guerre est aussi dangeureuse que la Vallée, peut-être même plus traitresse car elle est au fond de nous."dit-elle d'un ton froid. Son sourire avait disparu et son regard semblait étonnement proche, lui qui d'habitude semblait ailleurs. "Vous ne pourrez donc jamais cesser de vous battre, même morts..." dit-elle plus bas.

Elle les voyait déjà, ombres, humains et chimères, se dresser chacun de son coté, se reniant l'un et l'autre alors que tous étaient au départ frères, contre les bêtes. Elle ignorait qui vaincrait et s'en fichait royalement. Si l'une des trois races gagnait contre la vallée, il en résulterait probablement des évènements inimaginables, peut-être même incontrolables, mais la situation s'en trouverait inversée. Si la Vallée emportait la victoire, ce ne serait de toute façon pas en exterminant tout le monde, simplement en rétablissant l'ordre qu'elle souhaitait avoir, en reprenant le contrôle d'elle-même plus vite que s'il n'y aurait pas eu de combats. Et tout continurait comme cela avait toujours été. C'est ainsi que Chléa voyait l'avenir, et elle ne voyait pas l'utilitée d'y prendre part, car dans tout les cas de figures, cet avenir était incertain. En effet, ce qui est pire que de mener une guerre, c'est bien mener une guerre pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Llugh
Dromadulaire Serpillus Rudolphe.
avatar

Nombre de messages : 796
Temps passé à Hollow Dream : Dieu seul le sait...
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Jeu 6 Sep - 16:49

Visiblement agacée, l'ombre rousse exposa avec véhémence sa position de neutralité vis-à-vis de cette guerre, des siens, et de la demeure. Llugh se demanda un instant si son soudain intérêt pour la vie politique des lieux n'avait que pour origine son instinct de survie et sa soif de terreur. Se pouvait-il que le conflit fasse partie intégrante de leurs natures, quelles qu'elles soient?

Celui-ci continua à s'approcher au rythme de ses paroles, encaissant ses remarques comme l'on traverse une bourrasque. La tête basse, touché de plein fouet par une sentence invisible qui, pourtant, ne lui semblait pas directement destiné.
Une fois à proximité du fauteuil, L'obscur posa sa main sur l'appuie-tête, dissimulant l'autre derrière son dos, et se pencha légèrement vers elle, laissant choir sur l'accoudoir une feuille morte qui gisait sur son épaule.
Son regard émeraude n'était plus aussi lointain. Llugh se l'était approprié, laissant de côté son amertume comme l'on repousse une mèche de cheveux. Et il se demandait comment la jeune femme réagirait...

Elle lui dit d'un murmure de glace:

"Vous ne pourrez donc jamais cesser de vous battre, même morts..."

Son sourire disparaissant, ses éphélides s'imposèrent d'elles-mêmes. De légères marques parsemant son doux visage comme autant de flocons de neiges apaisant l'aspect écorché de la vallée.
Llugh la nomma donc ainsi.


"Bricìn. Souffrir ou ne rien sentir, il faut choisir.
N'êtes-vous vraiment ici que pour la douceur de l'âtre? Un feu que vous seriez à même de créer seule. Si ce n'était autre chose qui visiblement vous retient en ces..."


Un monstrueux grondement bestial fit vibrer les vitres embuées, coupant court leur conversation. Cela provenait des terres voisines. Et il fut suivi de près par un autre hurlement, plus humain, déchirant de souffrance.
Le second cri inquiéta visiblement la rousse, bien plus que le premier, contrairement au sauvage. Et celle-ci jeta un œil vers la fenêtre, soucieuse.

L'obscur s'achemina indolemment vers le carreau, un léger sourire mauvais transperçant son masque d'écorce. Il n'y vit pas grand chose à travers la buée, et s'apprêta à l'effacer d'un geste, mais un mouvement fugace attira son regard au loin. Comme si la brume s'était matérialisée au dehors. Evidemment, une fois essuyée, la vitre n'en gardait aucun souvenir.
Cependant, à l'horizon, des individus se profilaient... Un curieux spectacle se préparait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Sam 22 Sep - 17:25

[excuse-moi du retard...]

"N'êtes-vous vraiment ici que pour la douceur de l'âtre? Un feu que vous seriez à même de créer seule."

Llugh avait sans doute raison. Une ombre grise rencontrée il y a si peu de temps n'était pas étrangère à la venue de Chléa au manoir. Si cette rencontre n'avait eu lieu, elle serait certainement dehors à l'heure qu'il est, seule et errante, près d'un feu conçu par elle seule. Malgré tout, la douceur de l'âtre n'était comparable à aucun foyer sauvage qu'elle aurait pu façonner. *Et vous? Vous auriez également pu rester à l'exterieur du manoir, n'est-ce pas? Un appel guerrier, un désir belliqueux, est-ce tout ce qui peut résumer votre retour parmi vos semblables?*

Un indicible grondement vint frapper les vitres du manoir, plusieurs ombres autour de Llugh et de Chléa stoppèrent nettes leurs discussions. Si Chléa n'avait jamais vu de ses yeux la créature capable de cet innommable rugissement, elle savait pourtant bien qui pouvait le produire. *Les bêtes s'en prennent à des créatures égarés, pour se nourir ou pour s'amuser tout simplement... A moins qu'elles ne veuillent juste nous rappeller qu'elles sont toujours là, tapies au-dehors, seules ombres à oser fouler la neige immaculée, sans crainte.* Un second cri inquièta beaucoup plus Chléa, qui se sentit frissonner, malgré le proche foyer. Un cri de femme, probablement la victime de la bête rugissante, hurlait à son tour. Une intense souffrance, une peine atroce s'émanait de cette voix. Torture, amputation, rien n'aurait pu changer une voix à ce point, la douleur était plus que physique, la bête jouait comme elle l'entendait avec sa victime. Puis le cri se tue, le silence recouvra la vallée comme auparavant, silence que Chléa aurait pu anhiler de sa musique en tant normal. Mais elle sentait à présent que si elle avait été dehors à ce moment-là, rien ne serait sorti de son instrument d'ébène, pas même la plus petite mélodie. La bête avait laissée sa victime morte, ou comme telle. La rouquine ne le savait pas, mais elle aurait sans doute préféré que la femme, qui qu'elle soit, décède, aucune créature, pas même la plus cruelle des chimères ne mérite une telle souffrance. *Une créature le mérite peut être,* se dit-elle en pensant à son ancien amant, rien ne pourrait être trop doux pour lui...*
Cependant, malgré son souhait morbide pour la victime de la bête, une pensée vint la contredire. En effet, Chléa connaissait une femme, qui errait au-dehors du manoir. En dépit de sa précédente reflexion, la clarinettiste ne pouvait se résoudre à souhaiter la mort de la grise. Elle lui avait promis qu'elle la retrouverait et qu'elle jouerait pour elle, elle le fera. Chléa n'était pas comme ce pianiste qu'elle avait eu la bêtise d'aimer, Chléa tenait toute ses promesses.

Llugh s'était approché des fenêtres embuées et semblait voir audelà de leur opacité. Quelque chose avait attiré son oeuil de chasseur. Chléa ne savait pas si il s'agissait de l'imagination de Llugh ou d'une réelle vision, mais le sourire malsain qui passa furtivement sur son visage l'inquièta.

"Que voyez-vous, au-delà de la brume? Dites-moi ce qui se faitsur la neige, là-bas, je vous en prie" dit Chléa d'un voix réellement boulversée. La pâleur soudaine de son visage jurait avec sa cheveulure toujours flamboyante.
Revenir en haut Aller en bas
Llugh
Dromadulaire Serpillus Rudolphe.
avatar

Nombre de messages : 796
Temps passé à Hollow Dream : Dieu seul le sait...
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Coup prophylactique   Dim 23 Déc - 2:00

[HRP: Il y a peu de chance que je t'en tienne rigueur...]

*Mo Brid...*

L'instigatrice du printemps défigurée par la meute de l'hiver. La cour blanche impose sa toute puissance et réprime toute forme d'espoir...

"La vallée réclame son tribut, ma douce. Un sacrifice de plus dans l'étendue de cette hécathologie chronique."

Une espèce de fascination malsaine le maintenait cloué à cet étrange spectacle. Les Bêtes sont joueuses, valsant au rythme des bourrasques... Et pour souffre-douleur des êtres insignifiants prenant une soudaine importance sous leurs griffes, sous leurs crocs, leur jugement.

"Celle qui vous a accueillie est bel et bien sur le point de partir."

Curieusement, la détresse de l'ombre rousse n'enthousiasma point l'obscur. Peut-être jaloux d'une telle passion, peut-être par une compassion refoulée...
Mais une chose était sûre: Il était bien plus lié à ces créatures qu'il ne voulais l'admettre.
Cette bataille le laisserait de glace pour combien de temps encore?


"La guerre semble pourtant tout autant concerner ceux qui s'en préservent. Votre vision des choses est noble mais Ô combien utopique..."

La buée sur la vitre se regroupait en larmes éphémères, comme de petits yeux cristallins attristés par la tournure que prenait les évènements. Llugh en essuya une délicatement, du bout du doigt, avant de la voir sombrer misérablement sur le sol.
La demeure l'oppressait.
C'en était trop.


*Il est temps.*

L'occasion était inespérée, la diversion intervenait à point nommé.

*Le village...*

[HRP: Initialement prévu pour poursuivre avec Drusilla près du lac (confere), Llugh reprendra le prochain scénario vers ces lieux Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coup prophylactique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coup prophylactique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Coup raté, coup réussi, — “coup d’Etat” sans Etat
» Coup d’État en Haïti « revisité
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 2-
Sauter vers: