AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un palace six pieds sous terre

Aller en bas 
AuteurMessage
Saedroth
Chimère Renégate - date limite de consommation dépassée
avatar

Nombre de messages : 327
Temps passé à Hollow Dream : Euh... J'étais là à l'automne, d'autre questions?
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Un palace six pieds sous terre   Sam 11 Nov - 18:15

Dur d'imaginer que ces souterrains soient aussi étendus. Après sa rencontre à l'entrée avec Ryam, Saedroth s'était enfoncé dans les cavernes obscures, et avait passé de longues heures à visiter sa nouvelle demeure. Ce coin lui plaisait. Mais il n'avait pas la moindre envie de partager la salle de repos avec toutes ces chimères. Aussi avait-il décidé de suivre l'exemple de certains en s'excavant son propre domaine. Et la chance lui avait souri. En explorant des galeries isolées car loin des lieux principaux mais proches de la surface, il était tombé par hasard sur une ancienne section partiellement effondrée depuis très longtemps et qui lui conviendrait parfaitement.
Il faut dire que la configuration des lieux avait tout plour plaire. Au bout d'une gallerie transversale à un axe de moyenne importance, un ancien croisement s'était à demi éboulé, formant une petite grotte hémisphérique d' à peu près dix mètres de diamètre. Etant juste sous la surface du sol, cette grotte était percée en son sommet d'un trou suffisament large pour laisser passer de l'eau et de la lumière, sans pour autant nuire à la solidité ou à la tranquilité de l'ensemble. Dans cette grotte avait poussée une herbe courte et sèche, qui faisait une moquette un peu rude mais infiniment préférable à la terre nue. Déblayer cette grotte de ses gravats avait pris du temps, mais il n'avait rien d'autre à faire et nul ne venait l'importunner dans cette zone abandonnée. Une sorte de lière tenace avait envahi les parois, les consolidant et masquant là aussi la terre de façon très esthétique. Il avait patiement déterré une sorte de grosse fougère, en surface, dont l'apparence lui plaisait, et l'avait replanté sous le puit de lumière, ajoutant à coté quelques plantes de plus petite taille et quelques grosses pierre, pour former un massif du plus bel effet. Il avait même réussi à former un petit bassin qui récoltait l'eau de pluie et s'avérait très pratique pour ses ablutions (bien que son apparence fut repoussante, la chimère avait gardé l'habitude de se passer un peu d'eau sur la face le matin, autant pour se laver que pour se réveiller). Il avait ensuite décidé de rajouter un banc, fait d'un tronc ébranché d'un diamètre assez conséquent qu'il avait laborieusement trainé depuis l'entrée de la grotte jusqu'à son domaine. Inutile de dire que les autres chimères, plus préoccupés par leurs manies de carnivore que par leur habitat le considéraient souvent avec des yeux ronds en le voyant trimballer tous ces matériaux incongrus dans les galleries sans savoir ce qu'il en faisait, et pour d'aucuns il était indubitable que le "zombi" n'avait plus toute sa tête. Son jardin terminé, il avait décidé de passer à l'habitat lui même. Son domaine ressemblait à un Y, dont le point d'intersection des branches était son jardin. La branche inférieure était connectée au reste du royaume souterrain des chimères, les deux branches supérieures étaient des impasses. Il avait commencé par veiller à la consolidation de ces galleries en rajoutant des poutres de soutainement, prélevées sur les galeries abandonnées des environs. Il avait au passage déniché des outils fort utiles : une pelle et une pioches, toutes deux piquées de rouille et ayant besoin d'un nouveau manche, ce qui fut assez simple à trouver. Il déblaya et élargit donc les galleries qui lui appartenaient, les renforça de poutrelles de soutainements et obtint ainsi trois belles pièces d'à peu près cinq mètres par six, toutes donnant sur le jardin. Le gros oeuvre était achevé, après une douzaines de jours de labeur interrompu seulement la nuit, où il dormait sur l'herbe de son étrange habitat troglodyte. S'ensuivit une période de voyages constants entre le village et la grotte. Car s'il avait pour ordre de ne pas tuer d'humains, il ne voyait aucun inconvénient à piller les maisons manifestement abandonnées. Il était donc assez courant de le voir déambuler dans la grotte avec une brouette chargée d'objets hétéroclites, à la stupéfactions de chimères qui, sans même avoir l'idée de le suivre pour voir ce qu'il pouvait bien faire de tout ce fourbi, haussaient les épaules et racontaient entre eux que ce zombi était décidément taré, encore qu'inoffensif. Ayant besoin de planches et de clous, il prit pour habitude de piller le cimetière de ses cercueils, après avoir pillé les cercueils de leurs occupants pour se nourrir. Il dota donc ses pièces d'un plancher en chêne et en sapin, aux lattes dans un état assez variable mais qui restait bien plus esthetique à son gout que la terre battue. Le "bois de cercueil" comme il l'appelait, servit aussi à confectionner des cloisons entre les pièces et le jardin, car il faisait plutot frais à Hollow Dream et les courants d'air le gênaient (il était, il est vrai, déjà frileux de son vivant). C'est tout naturellement qu'il construisit donc deux cheminées en pierre, une dans le vestibule (la branche inférieure du Y), et une dans la chambre (la branche gauche). La cuisine eut droit à un traitement spécial vu qu'il y importa un gros poêle en fonte venu du village, et qui lui permit de faire cuire sa tambouille.
Un mois s'était écoulé depuis le début des travaux, et il ne lui restait plus qu'à s'occuper du mobilier. Il avait commencé à y pourvoir, récupérant au fil de ses pérégrinations au village tout ce qui lui faisait envie. Son mobilier était de style typiquement dix neuvième, étant importé pour majeure partie du village, et souvent en assez mauvais état. Mais l'ensemble donnait un résultat assez cossu, avec ses tapis épais et un peu moisis au sol et ses tableaux représentant des paysages sur les murs.
Son vestibule était meublé, en plus de la cheminée d'un banc "récupéré" à l'église, d'un porte parapluie qui avait eu à faire à trop d'humidité pendant trop lontemps, d'une bibliothèque qu'il avait patiement démonté, transporté morceau par morceau et remonté, puis garni de livres récupérés un peu partout (si bien qu'il avait la Bible en trois exemplaires). Un cercueil entier, incrusté dans une paroi et dans laquel il avait placé des planchettes en guise d'étagères lui servait à ranger ses vestes et ses paires de bottes. Car il avait récupéré une garde robe assez conséquente que ce soit dans les maisons ou dans les cercueils, choisissant toujours des habits noirs et confortables. Un fauteuil en cuir fatigué, un guéridon sur lequel étaient posés plusieurs bibelots, dont un crane humain et un autre cercueil, allongé contre le mur et contenant toutes les bouteilles d'alcool qu'il avait pu récupérer complétaient cette pièce, dont il se servait comme salon. Elle était fermée coté jardin par une porte intérieure assez légère mais en bonne état, et coté "tunnel public" par une lourde porte d'entrée d'allure assez rébarbative et totalement incongrue dans ce royaume souterrain, mais qui lui permettait de fermer à clef son domicile.
Sa chambre était meublée dans le même gout, avec moult tapis et tableaux (les plus beaux qu'il ait récupéré), deux bibliothèques qui faisaient le coin, un gros lit en bois dont le démontage, le transport et le remontage avait exigé deux jours d'effort, un bureau massif avec la chaise qui allait avec, deux cercueils-placards et un coffre où il rangeait divers objets et un gros fauteuil en assez bon état, et où il s'asseyait pour lire. Car un fois son palais souterrain achevé, il prit cette habitude de profiter de son temps libre pour savourer un bon livre, une bonne bouteille à portée de main.
De son habitat cossu, la cuisine était l'endroit le plus dénudé : en plus du poêle, de la table bancale et des trois chaises, il n'y avait là que deux cercueils-placards, des casseroles en cuivre rongées par le vert-de-gris et un gros vaisselier. Il consommait sur place les cadavres qu'il trainait ici depuis l'abattoir après les avoir cuisiné (il avait découvert que faire cuire la viande avec divers condiments ou légumes fauchés au village était bien préférable à la consommer crue). Cette pièce était plus petite que les autres, car il l'avait coupée en deux à l'aide d'une cloison en bois de cercueil, la porte du fond donnant sur ce qu'il appelait le "magasin".
Car le mort-vivant s'était lancé dans le négoce. Plus pour s'occuper que pour s'enrichir d'ailleurs, il vivait déjà comme un prince au vu des standarts chimériens. Cette dernière pièce contenait surtout des tables, le long des murs et au centre de la pièce, chargés d'objets en tout genre. Des cercueils rangés sous les tables et des étagères sur les murs rajoutaient de l'espace de rangement dans cette caverne d'Ali Baba. Vêtements en tous genres (dans les cercueils), bijoux (dans un petit coffre fermé à clef), outils, alcool, armes blanches comme à feu... Sur la table centrale tronait même une antique gatling, hélas hors d'usage car rouillée et ayant manifestement subi une chute assez importante et qu'il avait trouvé en forêt en compagnie de plusieurs squelettes en haillons. Il la conservait plus comme bibelot que dans l'espoir de la vendre. Son magasin suffisament rempli, Saedroth s'accorda une semaine de repos après ces deux mois d'efforts incessants qu'avait exigé la construction puis l'aménagement de son repaire. Il alla à la pêche, lut, se promena, et finalement, s'ennuya si bien qu'au bout d'une semaine, il accrocha près de sa porte une écriteau indiquant "Les coffres de Saedroth", éclairé par une lampe à pétrole (il s'éclairait surtout à la cheminée et à la lampe à pétrole) et attendit les clients.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un palace six pieds sous terre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» COURS / " Des trains sous terre ? Ingénieux ces Moldus"
» LIBRE. Il y a des fois où l'on aimerait disparaître six pieds sous terre.
» MI8 ?on veut tous passer sous le bureau
» Petites énigmes de Jad seif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: